En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sécuriser les approvisionnements, acheter au meilleur prix, réduire les émissions de CO2… les Energy Managers sont confrontés à de nombreux défis. Dans un contexte de prix record du pétrole, de questionnement sur le nucléaire et de réseaux électriques en pleine évolution, il est nécessaire de développer des compétences spécifiques. Le Mastère Spécialisé « Ingénieur d’Affaires pour les Marchés de l’Énergie » de Supélec et Cegos est la formation incontournable pour devenir l’expert des marchés de l’énergie recherché par les recruteurs.

Questions à Marc Petit, professeur à Supélec

Marc Petit, professeur à Supélec

Les évolutions du secteur électrique ont-elles un impact sur les organisations ?

Le secteur électrique est en pleine mutation, principalement liée aux enjeux suivants : la réduction des émissions de CO2, une croissance de la demande, des pointes de consommation qui croissent plus vite que la demande moyenne d’énergie, des capacités de production limitées. Cette situation génère des contraintes de plus en plus fortes sur le système.

La sécurisation du système électrique impose, notamment, de réduire la demande en énergie lors des pointes critiques de consommation. Les entreprises et organisations courent alors deux risques : payer leur électricité plus cher et être contraintes de brider ponctuellement leur consommation. Les Energy Managers doivent prévoir ces situations de crise.

Comment donner plus de flexibilité aux réseaux ?

réseau électrique

Nous sommes face à une évolution du système électrique. Aujourd’hui, il est basé sur une production centralisée qui s’ajuste à la demande. Demain, le système sera constitué d’un mix de production centralisée / décentralisée et d’une demande qui se verra fixer des objectifs de Maîtrise de la Demande en Énergie (MDE). Cela va nécessiter des évolutions profondes.

La convergence entre les réseaux électriques et les technologies de l’information (TIC) permettra de donner plus de flexibilité aux réseaux. Elle permettra d’en faciliter le pilotage par les gestionnaires et de garantir la sureté et la fiabilité de fonctionnement. Les réseaux devront être équipés de dispositifs intelligents dits « smart grid ».

Quels outils pour les piloter ?

Les smart grids vont se traduire par la mise en place de systèmes de contrôle évolués : les EMS - Energy Management Systems, ou DMS - Distribution Management Systems. Ils s’appuieront sur des informations collectées sur le réseau et fourniront des signaux de commande à des récepteurs communicants.

Il y a ainsi tout un champ d’activités à développer : les systèmes de communication, la gestion et la sécurisation des flux de données, les stratégies de pilotage des charges, la commande des systèmes, les systèmes de comptage, la prise en compte des incertitudes (production renouvelable, consommation)…

RÉUNION D'INFORMATION Vendredi 30 mars 2012
Maison de Supélec
21 avenue Gourgaud
Paris 17ème

Fanny Armelin
farmelin@cegos.fr
01 55 00 99 11

Quelles perspectives pour les Energy Managers ?

Les Energy Managers ont pour mission d’évaluer les potentiels de flexibilité des infrastructures consommatrices, tant en résidentiel, qu’en tertiaire et que dans l’industrie : quelle part de puissance réductible, pendant combien de temps, quel délai de mise en œuvre… Ils doivent également établir le coût de cette flexibilité (perte de production et de confort) et déterminer les moyens pour la valoriser.

De nouveaux métiers apparaissent, comme celui des agrégateurs qui pourront constituer un portefeuille de petits clients producteurs ou de clients consommateurs, pour offrir de la flexibilité au réseau. Ces acteurs devront être en mesure d’appréhender toute la complexité du secteur de l’énergie. C’est bien l’objectif du Mastère Spécialisé Ingénieur d’Affaires pour les Marchés de l’Energie.

Quelles autres missions pour les Energy Managers ?

La loi NOME vise à améliorer l’ouverture du marché à la concurrence, en France, en donnant la possibilité aux fournisseurs alternatifs d’acheter de l’électricité nucléaire à EDF pour la revendre à leurs clients.

Dans le cadre de la loi, les fournisseurs doivent évaluer au mieux les consommations de leurs clients sous peine de devoir s’acquitter d’un complément de prix au titre des volumes d’énergie nucléaire excédentaires. L’estimation des besoins et le montage d’offres commerciales sont des activités nouvelles pour les Energy Managers.

Questions à Agnès Chevrolat, responsable de programme Cegos

Agnès Chevrolat, responsable de programme Cegos

En quoi une expertise d’ingénieur d’affaires est-elle indispensable pour réussir dans ce nouveau métier ?

Le choix, la vente ou l’achat d’énergie sont aujourd’hui abordés dans un contexte de relation client/fournisseur : les affaires que l’on y traite portent sur du volume et s’inscrivent dans le long terme. Le risque d’erreur doit impérativement être maîtrisé, sur le plan technique comme sur le plan commercial. La facture économique est un élément budgétaire essentiel pour les industriels et les collectivités : l’Energy Manager maîtrise les différents leviers.

Les consommateurs comme les fournisseurs d’énergie sont donc concernés ?

En effet, les entreprises qui produisent, distribuent ou commercialisent l’énergie, tout comme les acteurs qui fournissent l’infrastructure ou les matériels de l’énergie, et bien entendu ceux qui la consomment, vont avoir besoin d’Energy Managers. Toutes les personnes ayant à gérer un portefeuille clients constitué d’industriels et d’institutionnels sont amenées à développer cette expertise.

Comment s’organise le Mastère ?

L’enseignement s’articule autour de quatre axes : les technologies de l’énergie, l’économie de marchés de l’énergie, le marketing et le management de l’énergie, l’efficacité et la performance de l’Energy Manager. Cette formation organisée en part time est compatible avec l’activité professionnelle. Le niveau d’excellence du Mastère Spécialisé est porté par la complémentarité des expertises des enseignants chercheurs de Supélec, des consultants Cegos et des intervenants industriels.

En conclusion…

Le métier d’Energy Manager exige des compétences bien spécifiques et la nouvelle donne fait naître de belles opportunités de carrière.

> Consulter le programme détaillé de la formation
Contact CEGOS
Fanny Armelin
Tél : 01 55 00 99 11
farmelin@cegos.fr

Partager

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters