En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
cellules solaires Solems

SOLEMS “saison 2” : une série à succès dans le solaire français !

Société atypique du secteur du photovoltaïque, SOLEMS est née en 1981 d’une alliance entre quelques chercheurs de Polytechnique et un entrepreneur audacieux. Aujourd’hui, c’est une PME française, indépendante depuis 20 ans, et qui ne connaît pas la crise !

Spécialiste du solaire basse puissance

Et pourtant, c’est bien en France que SOLEMS conçoit, produit et commercialise ses cellules solaires, ses modules basse puissance et ses détecteurs à base de silicium en couche mince. Son domaine de prédilection : les solutions solaires de 0 à 50W pour des équipements autonomes destinés à la météorologie, la signalisation routière, la motorisation de volets, la sécurité des réseaux ERDF…

Rendre les équipements autonomes

capteur solaire

A l’heure où chacun déplore les difficultés du marché du photovoltaïque en France, SOLEMS poursuit son activité sans être affectée. Car elle a résolument opté pour la différence, les produits spéciaux et l’accompagnement de ses clients.

Contrairement au solaire raccordé au réseau qui repose essentiellement sur le tarif de rachat, le photovoltaïque autonome répond à d’autres exigences : une conception rigoureuse (pas d’autres sources d’énergie la plupart du temps), une adaptation aux produits alimentés, une gestion intelligente du stockage, une fiabilité sans faille et un coût optimisé.

SOLEMS apporte des solutions performantes pour assurer l’autonomie des produits basse consommation, hors réseau et exposés à la lumière.

Anne Labouret, ingénieur et directrice commerciale de SOLEMS

Questions à Anne Labouret,
ingénieur et directrice commerciale de SOLEMS

■ Comment décririez-vous concrètement l’activité de SOLEMS ?

A.L. Notre métier est de considérer un besoin en énergie autonome et de le transformer, avec le client, en une solution qui s’intègre à son produit. Nous accompagnons ce développement dès l’optimisation de la consommation, en bureau d’études, et allons jusqu’à la fourniture de la solution d’énergie solaire adaptée : cellule ou panneau, batterie, régulation de charge.

■ Quels sont vos atouts pour réussir dans ce secteur d’activité ?

A.L. Notre production de cellules et de modules photovoltaïques est très flexible. Nous fabriquons des panneaux de tous voltages et de toutes dimensions jusqu’à 30 x 30 cm. Nous pouvons ainsi nous adapter mécaniquement et électriquement aux exigences du produit à alimenter.

De plus notre technologie silicium amorphe est particulièrement performante par temps couvert et sous lumière artificielle. Les climats tempérés, les expositions défavorables, et même l’utilisation à l’intérieur d’un bâtiment sont possibles avec nos produits.

Notre bureau d’études dispose d’outils pour prévoir les performances des panneaux et simuler leur comportement sur le terrain. En ce qui concerne la relation client, nos mots d’ordre sont réactivité et service : 48h maximum pour un conseil, un diagnostic ou un dimensionnement... c’est possible.

■ Le secteur est concurrentiel. Comment résistez-vous à la concurrence asiatique ?

A.L. La plupart des producteurs se sont engouffrés sur le marché de la puissance avec des panneaux de 200W et plus. Nous avons pris le chemin inverse. Les faibles puissances, les produits spéciaux, avec des prix nécessairement un peu plus élevés, mais compatibles avec notre marché.

On ne vend pas des kWh ou des €/W mais de l’autonomie durable et sans maintenance. Dans le cas des bornes d’appel sur autoroutes, la solution solaire s’est imposée grâce à un retour sur investissement de 3 ans seulement.

Dans le domaine des très petites cellules, la concurrence est plus rude. Mais nous faisons valoir avec succès, le service, nos produits sur mesure, et leur performance dans les conditions de très faibles éclairements.

■ Que signifie l’appellation SOLEMS « saison 2 » ?

A.L. C’est un clin d’œil cinématographique pour parler de la reprise de SOLEMS par ses salariés. Le 1er février 1993, nous avons racheté la société à notre maison-mère TOTAL, qui souhaitait passer la main.

Nous sommes fiers d’avoir conservé le savoir-faire et développé l’activité depuis 20 ans, même si nous n’avons pas dépassé le stade de 1M€ de CA. Ce doit être dans nos gènes, nous préférons innover et diversifier nos marchés que produire pour produire !

■ Votre technologie a-t-elle évolué depuis tout ce temps ?

A.L. Oui, bien entendu. La technologie a beaucoup évolué. Suivre cette évolution et parfois l’anticiper est vital pour nous. Cela vaut pour le rendement des panneaux, par exemple. Notre silicium en couche mince est en perpétuelle évolution grâce à nos partenariats avec les laboratoires de recherche de Polytechnique et Supelec notamment. Nous participons à des projets nationaux ou européens pour coopérer avec les meilleurs partenaires du secteur : CEA, Fraunhofer Institute, IRDEP par exemple.

5 équipements autonomes alimentés par des panneaux SOLEMS

• Capteur
de vent
• Signalisation
de chantier
• Ioniseur
de piscine
• Borne d'appel d'urgence • Bouée relais (Ifremer)
capteur vent signalisation de chantier ioniseur Borne appel urgence Bouée relais (Ifremer)
d’autres réalisations

Partagez sur…

Recevez gratuitement nos Newsletters

Modifier son abonnement