En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Formations professionnelles
Fiche de l'institut « AgroParisTech »
Formation AgroParisTech

Certificat de spécialité Ingénierie de l’Environnement

Formation Inter | 1 an

Objectifs pédagogiques

Former des ingénieurs agronomes et forestiers possédant des connaissances et des savoir-faire approfondis en Sciences et Technologies de l’Environnement.

Former des ingénieurs ayant une excellente maîtrise des problématiques environnementales liées à : l’eau (usages, gestion quantitative et qualitative, protection, traitement) • les déchets (élimination, valorisation, recyclage) • l’aménagement des milieux (espaces agricoles, forêts, paysage, biodiversité).

Développer une approche systémique de l’environnement et d’asseoir de solides bases scientifiques pour penser et agir aux différentes échelles de temps et d’espace d’une façon intégrée.

Conserver un éventail large de thématiques abordées, et donc une gamme étendue de débouchés dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

Publics concernés

Le certificat de spécialité (CS) Ingénierie de l’environnement permet à des étudiants ou des stagiaires de la formation continue, cherchant un approfondissement thématique, une double compétence ou une réorientation, de suivre une dominante de 3e année du cycle d’ingénieur d’AgroParisTech.

Les certificats de spécialité sont ouverts aux étudiants dépositaires d’un niveau M2 et aux stagiaires de la formation continue : jeunes en reprise d’études, professionnel (salarié, dirigeant, profession libérale), demandeurs d’emploi.

L'univers professionnel du certificat de spécialité (CS) Ingénierie de l’environnement concerne : Industries et services (entreprises du secteur Eau et Déchets, services environnementaux publiques et privés, services de l’état, structures privées et para-publiques d’encadrement de l’agriculture) • Bureaux d’étude (chargés d’étude, responsables d’équipes) • Collectivités territoriales (aménagement, environnement, agriculture, sylviculture).

Rentrée généralement en septembre. Lieu : Paris.

Programme

Le premier semestre s’étend de mi-septembre à fin février. Il est organisé en deux parties : un tronc commun, qui apporte des bases communes de connaissances et de savoir-faire en Sciences et Technologies de l’Environnement ; une partie optionnelle, qui permet à l’étudiant de s’orienter entre deux profils de formation : l’un tourné vers le traitement de l’eau, des sols et la gestion des déchets et leurs industries, l’autre tourné vers la gestion de la ressource en eau et l’aménagement des milieux naturels et anthropisés.

Le tronc commun (13 ECTS)

Le tronc commun correspond à une phase d’approfondissement des connaissances et de développement de la maîtrise des outils et méthodes de l’ingénieur en Sciences et Technologies de l’Environnement. Elle comporte deux modules d’ingénierie et trois modules thématiques :

Modules d’ingénierie

1. Méthodes et outils de l’ingénieur (3 ECTS). Ce module regroupe des apports de compétences en mathématiques appliquées (statistiques spatiales, analyse des séries chronologiques, modèles non linéaires) et en gestion de bases de données et systèmes d’informations géographiques (SIG).

2. Enjeux sociétaux de l’ingénierie environnementale (2 ECTS). Ce module a pour objectif d’apporter aux étudiants des connaissances sur les différents acteurs de l’environnement en particulier et du monde professionnel en général. Les acteurs institutionnels et privés de l’environnement en France et en Europe seront présentés, ainsi que le mode d’organisation des collectivités territoriales et leurs compétences dans les domaines environnementaux, et le mode de structuration des principales entreprises privées spécialisées en environnement (eau, déchets, bureaux d’étude). Ce module a aussi pour objectif de présenter un certain nombre d’outils et de méthodes utilisés par d’autres champs disciplinaires (droit, économie, sociologie) que ceux fortement mobilisés dans cette dominante.

Modules thématiques

1. Analyse et diagnostic d’un milieu (2 ECTS). Ce module, positionné au début de la formation et délocalisé, aborde les concepts et méthodes permettant de caractériser la diversité d’un milieu terrestre, avec un objectif concret d’identification, de caractérisation et de délimitation des zones humides au niveau d’une petite région. Sont abordés : la caractérisation des sols et les critères de fonctionnement hydrique, la diversité floristique et les espèces indicatrices, la qualité du paysage.

2. Processus biogéochimiques et risques environnementaux (3 ECTS). Ce module a pour objectif de consolider et développer les connaissances sur les grands cycles biogéochimiques (eau, C, N, P), sur l’impact des polluants sur les milieux (micropolluants organiques et minéraux, polluants atmosphériques) et sur l’analyse de risques, de façon à mieux comprendre et prévoir les impacts environnementaux des activités humaines et leurs couplages aux différentes échelles d’espace et de temps.

3. Préserver l’environnement dans les territoires ruraux complexes (3 ECTS). Au delà de l’acquisition de connaissances et de méthodes agronomiques permettant de traiter des thématiques environnementales (pollution des eaux,…), ce module vise à rendre les étudiants capables d’effectuer des changements d’échelle (de la parcelle au bassin versant ou au territoire d’exploitation) en intégrant différents pas de temps et différents territoires d’acteurs concernés.

Voyage d’étude

Ce voyage d’étude se situe à la charnière entre tronc commun et option. Il permet aux étudiants de confronter les connaissances acquises en tronc commun à la complexité et à l’imbrication des problématiques environnementales à l’échelle d’un territoire donné.

Options (10 ECTS)

Les options correspondent à des approfondissements à forte orientation professionnelle. Elles correspondent à 2 profils de formation d’ingénieur dans les domaines suivants :

Eaux, sols, déchets. Cette option vise les débouchés dans le domaine du traitement des eaux (production d’eau potable, traitement des eaux résiduaires) et de la gestion des déchets (valorisations agronomique ou énergétique, élimination et recyclage). La problématique de la dépollution des sols est aussi abordée. Un module sur les énergies renouvelables est réalisé en interaction avec la seconde option.

Aménagement et gestion de l’eau et des milieux. Cette option vise les métiers s’occupant de la gestion de l’eau, de la biodiversité et des aménagements à l’échelle d’un territoire. Les ingénieurs formés seront capables d’apporter des solutions à des problèmes relatifs à la gestion quantitative et qualitative de l’eau, à la protection et gestion de la biodiversité, à la conception et mise en œuvre d’aménagements en milieux rural, forestier et périurbains.

Projet (5+2 ECTS)

Les options intègrent un projet d’ingénieur : à partir d’une question posée par un commanditaire, un petit groupe d’étudiant(e)s, encadré par un(e) enseignant-chercheur, analyse le problème et propose des solutions, dans le cadre d’une démarche de projet. Ce travail est associé avec un perfectionnement en anglais. Sa restitution fait l’objet d’un court mémoire et d’une soutenance orale en anglais. Ce travail comprend 30 demi-journées réparties au long du premier semestre.

Stage (30 ECTS)

Le stage en milieu professionnel tient une place majeure dans la formation. Au-delà des perspectives professionnelles qu’il peut comporter, ce stage reste une opération pédagogique, la dernière pour l’étudiant, qui lui permette d’affirmer ses capacités d’ingénieur, d’interagir avec ses formateurs, et d’infléchir son profil de formation. Les sujets de stage font l’objet d’une sélection rigoureuse par le corps enseignant, qu’ils correspondent à un véritable travail d’ingénieur. Le stage se déroule de mars à septembre. Sa restitution fait l’objet d’un rapport écrit et d’une soutenance orale devant un jury.
Connaître les villes et dates de la formation « »

Partagez sur…