En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Librairie

AgricultureArchitecture / BâtimentEauRisques, management QHSE
Air / BruitDéchets / PropretéÉnergies / ClimatSites et sols pollués
Aménagement du territoireDéveloppement DurableMilieu naturelTransports / Mobilité
Mon compte Panier Aide
Insertion du boulevard périphérique (L')
Expédié sous 2 jours — Temps de traitement et de préparation de la commande
Hors acheminement —

Insertion du boulevard périphérique (L') Un enjeu de développement urbain au sud de Paris

15,00€ Editeur : L'Oeil d'orDate de parution : 15 février 2012Public : ProfessionnelsNombre de pages : n.c.
Aucun avis 0 sur 5

Le boulevard périphérique parisien, construit entre 1958 et 1973 sur l’emprise de la zone non ædificandi, s’est substitué aux anciennes fortifications de Thiers, marquant durablement la limite administrative de la capitale. Si le Boulevard périphérique est l’autoroute la plus empruntée du monde, comme certains spécialistes le prétendent, il n’en reste pas moins un objet territorial tout à fait singulier, appelé à jouer un rôle central dans la construction du Grand Paris. Mais, à court terme, le périf, qui borne la Cité internationale sur sa lisière sud, matérialise surtout une frontière physique et une source considérable de nuisances.

C’est pourquoi la Cité internationale universitaire de Paris a convié des spécialistes à débattre sur la question de son insertion urbaine, lors d’un colloque international évoquant, entre autres, l'évolution des périphériques en Espagne ou au Canada. Cette publication présente la synthèse de ce colloque, au moment où la Cité internationale érige les bases d’un vaste programme de développement urbain, paysager et architectural.

Longtemps dégagée de toute contrainte physique, l’extension de la Cité internationale semblait ne connaître aucune limite. Les 38 résidences de logements étudiants qui la composent furent construites en un temps record, de 1923 à 1969. D’une superficie de 27ha en 1925, elle sera projetée sur plus de 40ha en 1948. Mais dix ans plus tard, l’aménagement du Boulevard périphérique sur l’emprise de son territoire met un frein définitif à son développement, et sa superficie est ramenée à 34ha. Bien loin du projet hygiéniste que représentait la Cité internationale à ses débuts, cette réalité urbaine doit désormais être prise en compte dans les nouveaux défis du xxe siècle que la Cité internationale s’est lancé. À l’aube d’une nouvelle phase de construction, la Cité internationale se positionne aujourd’hui comme un acteur incontournable du développement de la capitale, privilégiant localement l’insertion urbaine du Boulevard périphérique comme un enjeu désormais central.

En coédition avec la Cité internationale universitaire de Paris

Auteur(s)

Cet ouvrage réunit les contributions de Carine Camby, Patricia Tordjman, Muriel Genthon, Yannick Beltrando, Florence Hanappe, Bernardo de Sola, David Mangin, Pierre-Alain Trevelo, Clément Demers, Pierre Mansat, Vincent Mallard, Olivier Godet, Philippe Lameloise, Yves Lion.


 
Haut de page

Déposez un avis

Note