En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Accueil librairie Mon compte Panier Aide

Arctique Canadien – Itinéraires au Nunavut

15,00€ Auteurs : Jean-Claude Forestier, Nadine ForestierEditeur : Pages du MondeDate de parution : 01 janvier 2007Public : Grand publicNombre de pages : 144ISBN : 9782915867121 Aucun avis 0 sur 5

Territoire canadien, le Nunavut est né le 1er avril 1999. Ceux qui se sont désignés comme les Inuit : «les Hommes», étaient reconnus sur la terre de leurs ancêtres, une première dans l’Histoire. « Peuple du froid » depuis 4 000 ans, autonomes depuis moins de dix ans !

Mais qui sont les Inuit aujourd’hui ? Les descendants probables de migrations venues d’Asie, qui profitèrent de glaciations exceptionnelles pour franchir le détroit de Béring et migrèrent progressivement vers l’est jusqu’au Groenland. Appelés communément « Esquimaux », vocable indien signifiant « mangeurs de viande crue », les Inuit revendiquent aujourd’hui leur culture, véhiculée par une écriture inventée par les missionnaires, fin XIXme : l’inuktitut.

Comment les Inuit ont-ils pu survivre dans un des environnements les plus hostiles de la planète ? Semi nomades l’été, sur les terres émergeantes dans des maisons de tourbe ; l’hiver sur la banquise dans des maisons de neige, en petites communautés. Les cultures du Dorset puis de Thulé entre autres se sont succédées. Pas d’écriture, peu d’outils : plus ou très peu de témoignages. La survie dépendait de la chasse et de la pêche : saumon, phoque, caribou qu’il faut partager avec le plus grand prédateur de la planète Nanook l’ours blanc ! Aucune culture, aucun arbre, le feu uniquement pour s’éclairer, des chiens et des traîneaux pour se déplacer…mais la nature, unique, dans laquelle l’homme est indissociable du vent, de la mer, de la glace, des pierres, des animaux, avec la longue nuit de l’hiver et en été les jours de 24 heures…

Depuis la sédentarisation des années 1950, plus un seul Inuk ne vit dans un igloo : 28 communautés, 30 000 âmes, disposant de toutes les commodités du monde dit « civilisé », se partagent un territoire grand comme 4 fois la France ! Dans un tel contexte, quels sont les rapports avec le Canada, dont il est le citoyen préservé, subventionné, tout autant qu'isolé ? Les déplacements intercommunautaires se font essentiellement en avion, soumis aux risques d’une météo imprévisible. Le skidoo a remplacé le chien dont l’existence est devenue lamentable, les jeunes regardent le monde vivre au travers de la télévision mais migrent peu : beaucoup de frustrations, un avenir incertain, alcool, drogue, sida et violence envers les femmes traduisent une société inquiète.

L’Arctique a été le terrain de prédilection de découvreurs, d’aventuriers, de savants. Au XIXme siècle les Anglais montent la plus grande expédition jamais tentée pour la recherche du Passage du Nord-Ouest : relier par la mer les océans Atlantique et Pacifique… Sir John Franklin, héros de l’Arctique, deux navires : 129 hommes, disparaîtront corps et biens. Certains sites témoignent de leur passage : l’île Beechey, dans le Haut Arctique, en est un des plus mythiques. Profondément indifférents pendant des siècles à toute cette effervescence, les Inuit aujourd’hui savent que cette Histoire fait aussi partie de leur patrimoine.

Après une quinzaine de voyages en Arctique et trois expéditions en autonomie, les auteurs racontent comment « tout a commencé », un jour, quand ils ont rencontré ceux qui n’attendent personne : les Inuit, leur terre le Nunavut et Nanook l’ours blanc !


 
Haut de page

Extraits

Arctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au NunavutArctique Canadien – Itinéraires au Nunavut
Haut de page

Déposez un avis

Note