Actu-Environnement
 
 
 
 

Les conférences qui ont suivi celle de Rio

Le développement durable Actu-Environnement.com - Publié le 29/05/2006
Le développement durable  |    |  Chapitre 6 / 14
Après la CNUED, c'est-à-dire le sommet de la Terre de Rio, diverses conférences internationales ont approfondi et développé l’Agenda 21 de Rio.
La Conférence mondiale sur les droits de l’homme qui s'est tenue à Vienne en 1993 insista sur le droit des populations à un environnement sain et le droit au développement, deux exigences sujettes à controverse et auxquelles certains Etats Membres s’étaient opposés jusqu’au Sommet de Rio.
  • La Conférence Internationale sur la Population et le Développement du Caire (CIPD,1994) innove en affirmant que le développement doit se baser sur les besoins des individus et non plus sur l’atteinte d’objectifs démographiques. Les objectifs fixés sont : l’accès universel à la planification familiale d’ici 2015, l’intégration des problèmes de développement dans les politiques visant un développement durable, le renforcement de l’autonomie des femmes, la prise en compte des facteurs sociodémographiques dans les politiques environnementales.

  • Le Sommet mondial pour le Développement Social de Copenhague (1995) a vu l’adoption par 128 chefs d’Etats et de gouvernements de la Déclaration sur le Développement Social, qui vise à faire face aux trois fléaux se développant dans tous les pays du monde : la pauvreté, le chômage et la désintégration sociale. Les Etats s’engagent "à faire de la lutte contre la pauvreté, de la réalisation du plein-emploi et de l’instauration d’une société où régneront la stabilité, la sécurité et la justice, leur objectif suprême".

  • La Quatrième Conférence mondiale sur les femmes de Beijing (1995) engage la communauté internationale au service de la promotion de la femme. L’interdépendance entre la promotion de la femme et les progrès de la société y est réaffirmée, de même que la nécessité d’aborder tous les problèmes de société sous un angle sexo-spécifique. La participation des femmes est une condition essentielle à l'élimination de la pauvreté, d’une croissance économique soutenue, du développement social, de la protection de l'environnement et de la justice sociale.

  • La Deuxième Conférence sur les établissements humains à Istanbul (Habitat II, ou Sommet des Villes, 1996) constitue un tournant dans les efforts internationaux en faveur de la durabilité sociale et environnementale des villes. Il y est reconnu que des politiques, des stratégies et des actions plus intégrées et participatives sont nécessaires pour rendre les villes et les communautés du monde entier plus sûres, plus saines et plus justes. Par la Déclaration d’Istanbul, le droit au logement est reconnu comme partie intégrante des droits de l’homme, ainsi que l’absolue nécessité d’un accès de tous aux systèmes nécessaires à une vie saine (eau potable, assainissement, évacuation des déchets, éducation, transports et autres infrastructures urbaines). Les Etats s’engagent à deux objectifs : un logement convenable pour tous et le développement d’établissements humains viables en ce qui concerne l’environnement, les droits de l’homme, le développement social, les femmes et la population dans le contexte spécifique de l’urbanisation. Habitat II constitue un précédent historique en intégrant à ses délibérations des représentants des autorités locales, des organisations non gouvernementales, du secteur privé, des universités, et en s’appuyant sur la présentation de bonnes expériences réussies pour lancer un message d’espérance face aux défis de l’urbanisation.

  • Le Sommet Mondial de l’alimentation de Rome (1996) réaffirme le droit de chaque être humain à une nourriture adéquate et à être à l’abri de la faim. Les Etats s’y engagent à éradiquer la faim dans le monde, et à échéance de 2015, à réduire de moitié le nombre de personnes en sous-alimentation chronique, notamment grâce à l’accroissement durable de la production alimentaire, une meilleure gestion du commerce pour la sécurité alimentaire, et à l’investissement dans les capacités de production durable.

  • Le Sommet Planète Terre + 5 de New York (1997) puis le Sommet du Millénaire(New York 2000) font le point sur l’avancement des travaux engagés à Copenhague et adoptent la Déclaration du Millénaire dans laquelle sont réaffirmés les objectifs internationaux pour le développement (OID) issus des principales conférences des années 1990.

  • La Troisième conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés (Bruxelles 2001), et la Conférence mondiale contre le racisme la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée (Durban 2001).

  • La Conférence sur le financement du développement (Monterrey, 2002) a permis d’aboutir à un consensus sur la question du financement du développement à l’échelon intergouvernemental.
Au fil du temps, le concept a évolué et aujourd'hui le développement durable est compris comme la réconciliation de trois grands axes : développement économique, préservation de l'environnement, équité sociale, réconciliation facilitée par le dialogue entre les différents acteurs.

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]