Actu-Environnement
 
   
 

Les chercheurs de l'INRA et du CIRAD renforcent leur collaboration avec leurs collègues argentins

La collaboration entre l'INRA, le CIRAD et l'Institut National de Technologie Agricole d'Argentine (INTA) qui s'exerce depuis de nombreuses années, a été renforcée mercredi dernier par la signature d'un accord-cadre entre les trois organismes.

Agriculture  |    |  Actu-Environnement.com
Convaincus qu'un organisme de recherche n'a d'avenir à long terme que s'il se positionne au cœur de l'espace scientifique européen tout en conservant des ambitions à l'échelle mondiale, l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) entretiennent des relations étroites avec les grandes puissances scientifiques comme leurs voisins européens et les États-Unis, le Canada ou le Japon. Cette coopération passe par une politique d'accords bilatéraux, permettant le développement de projets conjoints sur des thèmes prioritaires. Les deux organismes travaillent également avec les pays émergents à vocation agricole comme le brésil, la Chine et l'Argentine. Des laboratoires associés ont d'ailleurs été créés avec la Chine et l'Inde. Le dispositif actuel a été également complété et consolidé, à travers notamment la mise en place en Chine et au Brésil de représentations permanentes communes à l'INRA et au CIRAD chargées d'assurer une veille de politique scientifique et agricole et de capitaliser les connaissances sur ces pays.

Avec l'Argentine, l'INRA et le CIRAD viennent de renforcer leur collaboration par la signature d'un accord-cadre avec l'Instituto Nacional de Tecnologia Agropecuaria d'Argentine soit l'institut national de technologie agricole (INTA). Des collaborations existent déjà depuis de nombreuses années avec l'INTA, institut de tout premier plan en Amérique Latine avec ses 6000 agents. Elles apportent aux instituts français une complémentarité des conditions expérimentales et le bénéfice dû au décalage hémisphérique. L'INTA possède 12 centres régionaux qui gèrent un maillage de 44 stations expérimentales agro-pastorales et 240 unités de vulgarisation au sein desquelles se réalisent des activités de recherche appliquée, d'expérimentation adaptative, de transfert de technologie et de vulgarisation. Les programmes de recherche sont organisés par filière agroindustrielle et agroalimentaire : céréales, oléagineux, viande et lait, fruits, légumes et fleurs, forêt, et par disciplines : protection des végétaux, santé animale, gestion environnementale, biotechnologie.

L'INRA conduit déjà avec l'INTA des études sur des thématiques diverses comme la recomposition des agricultures familiales et des territoires argentins, la dynamique des pesticides dans le sol dans les systèmes de culture en semis-direct, l'évaluation environnementale de l'impact des OGM, l'utilisation de bactéries lactiques à des fins biotechnologiques ou la transformation génétique de champignons symbiotiques des arbres forestiers.
Le CIRAD intervient également avec l'INTA en Argentine, notamment dans le cadre du programme ProsPER cône Sud (Prospective et Partenariat Entreprise–Recherche). Ce programme de coopération bilatérale et régionale mis en œuvre avec l'appui du Ministère des Affaires Etrangères (MAE) concerne le secteur des aliments. Il se focalise sur le domaine de l'innovation technologique et de l'agro-industrialisation et donne lieu à la réalisation de plusieurs projets sur financement de l'Union Européenne, en partenariat avec plusieurs pays d'Amérique latine.

L'accord signé ce 13 septembre dernier avec l'INTA associe des équipes INRA et CIRAD à l'occasion d'un projet sur le thème de l'impact des transformations des pratiques d'élevage sur la dynamique des exploitations et des espaces ruraux.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]