Actu-Environnement
 
 
 
 

Belgique : une société médicale en faillite abandonne des déchets radioactifs

Pollution  |    |  Actu-Environnement.com

Une société belge en faillite a abandonné dans ses locaux plusieurs mètres cubes de déchets radioactifs, rapporte l'AFP, citant la presse et les autorités locales.

Best Medical Belgium (BMB), entreprise de production de matériel pour la médecine nucléaire filiale d'un groupe américain située à Fleurus, près de Charleroi (sud), a fait faillite en mai et été placée sous administration judiciaire. Le 17 juillet, l'Institut belge des radioéléments (IRE), propriétaire des locaux loués par BMB, a inspecté ceux-ci en compagnie de spécialistes de l'Organisme national des déchets radioactifs (Ondraf) et de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

5 à 7 ans pour décontaminer les locaux

Le directeur de l'IRE, Jean-Michel Vanderhofstadt, a dressé un bilan de la visite des locaux dans une lettre de mise en demeure adressées aux administrateurs judiciaires rendue publique mardi par les quotidiens Le Soir et De Standaard. "Nous avons constaté en maints endroits non seulement un état général de délabrement des installations et équipements, mais aussi, dans un désordre indescriptible, un amas non seulement de pièces, caisses, classeurs, papiers, outils, tuyaux, câbles électriques, bouteilles solvants, quincaillerie... mais aussi de déchets radioactifs constituant, pour la plupart d'entre eux, des matériaux combustibles", déplore le directeur de l'IRE, ajoutant que "[cette situation] constitue un risque pour la sûreté des autres installations nucléaires du site et par voie de conséquence pour l'environnement et la population avoisinante".

La lettre stipule que 7 m3 de sacs en plastique et une quinzaine de fûts contenant du strontium 90 étaient entreposés au milieu de ce désordre. L'Ondraf a été mandaté par la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, pour traiter au plus vite ces déchets et a déjà placé les lots les plus préoccupants dans des conteneurs. Il faudra néanmoins 5 à 7 ans pour que les travaux qui débuteront en septembre 2012 soient achevé, a prévenu l'Organisme.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]