En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bisphénol A : l'incertitude scientifique ne doit pas écarter les risques probables, selon l'Anses

Hygiene / Securite / Sante  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

De janvier à mars 2014, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a mis en consultation son projet d'avis sur l'évaluation des risques liés au bisphénol A (BPA). Après avoir analysé 450 études, l'Efsa soulignait les effets toxiques probables de cette substance sur le rein, le foie et la glande mammaire. Elle estimait que, dans un contexte de très forte incertitude scientifique, le BPA présentait de faibles risques pour les consommateurs exposés via l'alimentation et les tickets de caisse mais proposait néanmoins, à titre provisoire, de diviser par dix le seuil d'exposition des consommateurs.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui a réalisé d'importants travaux sur le sujet, a souhaité répondre à cette consultation. Elle pointe du doigt certaines limites dans l'approche de l'Efsa : "Certaines manifestations biochimiques ou histologiques pouvant conduire à des risques pour la santé ne sont pas considérées comme suffisamment probantes pour être retenues par l'Efsa (notamment des effets sur le système nerveux central ou sur la glande mammaire), alors que l'Anses juge toujours à ce jour nécessaire de les intégrer à l'évaluation du risque", indique-t-elle dans un communiqué. L'Anses reproche également à l'Efsa d'utiliser "l'incertitude comme argument pour considérer qu'un effet n'est pas probable voire même parfois, pour exclure de l'évaluation du risque un effet qui est considéré probable". Elle recommande donc de définir des critères objectifs d'évaluation des études toxicologiques, partagés entre l'Efsa et les agences nationales de sécurité sanitaire.

L'Anses salue le fait que que la nouvelle évaluation des risques réalisée par l'Efsa s'appuie sur des études non prises en compte jusque-là, sur l'exposition par voie orale et par voie sous-cutanée. "Par ailleurs, l'Efsa a élargi sa sélection à des études qu'elle ne considérait pas jusqu'ici, prenant ainsi en compte des travaux supplémentaires dans son évaluation des risques".

Réactions1 réaction à cet article

 

Le Bisphénol A est toxique, ses effets sont connus, ils avaient sans doute été sous estimés dans les application comme les biberons en polycarbonate de Bisphénol A, dans les résines à l'intérieur des boites de conserve et les tickets de caisse. Il faut souligner que dans tous ces usage le Bisphénol A est TOUJOURS combiné chimiquement et que les problèmes dont on parle ne concernent que les traces du produit qui n'ont pas réagit totalement.
Comme il existe des solutions de remplacement il faut les appliquer. Elles ne couteront pas bien cher. Cela ne concernera qu'une part minime de la production de ce produit: la part principale étant dans les résines polycarbonate de Bisphénol A ou dans les résines époxy.

ami9327 | 08 avril 2014 à 12h21
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]