Actu-Environnement
 
 

Déchets fermentescibles de cantine : le compostage fait son entrée dans les établissements scolaires

C'est l'un des objectifs du Grenelle concernant les déchets : valoriser les restes alimentaires de la restauration en général et des cantines scolaires en particulier. Mais entre collecte spécifique et valorisation in situ, la question reste ouverte. Pistes de réflexion avec le compostage effectué au collège Jean Zay dans l'Essonne (91).

Reportage vidéo  |  Dechets / Recyclage  |    |  Actu-Environnement.com
Déchets fermentescibles de cantine : le compostage fait son entrée dans les établissements scolaires
La restauration collective génère chaque année plusieurs millions de tonnes de déchets1. Faute de moyens de collecte adéquats, ces déchets fermentescibles empruntent souvent la même voie que les déchets banals. Dommage, quand on sait que ces matières organiques peuvent être valorisés, soit sous forme d'énergie (méthanisation), soit de matière (compostage).
Pourtant dans la pratique, un traitement spécifique à ces biodéchets est contraignant : logistique de collecte supplémentaire, stockage et nuisances olfactives inhérentes… la solution n'est pas unique et il est parfois plus intéressant de valoriser ces déchets sur place.

Notes

1 - En 2005 en France, le gisement de déchets alimentaires fermentescibles collectés par les municipalités a été estimé à 9,5 millions de tonnes, dont 1,5 millions de tonnes provenant des entreprises de restauration collective ou de supermarchés. 2 - Le traitement biologique des déchets par compostage et méthanisation

Réactions6 réactions à cet article

 
déchet traité: bien, déchet évité : mieux encore

Je me réjouis de voir que l'on cherche à valoriser les déchets de la restauration collective mais j'attire l'attention sur un point:
le déchet produit par la restauration collective coute trois fois de l'argent: à l'achat des denrées, en cours de préparation des repas et en phase de traitement des déchets. Par ailleurs un déchet produit dans une cantine scolaire signifie que les convives (parlons par exemple des enfants par exemple), n'ont pas pris un repas équilibré: ajoutons donc au cout de l'operation celui des diététiciennes qui ont fait leur travail pour que les menus soient équilibrés. Et nous savons bien que ce qui part à la poubelle c'est souvent les fameux légumes qu'il faudrait manger davantage.
Un travail de prévention sur les déchets est une voie tangible pour faire actioner la synergie entre les piliers du développement durable , qui plus est à la portée de tous! Attention donc à ne pas se lancer aveuglément dans la construction de centrales de traitement des déchets : à la valeur générée par la production d'énergie ou de fertilisants agricoles bio (réelle) il tout de meme oter le cout économique et environnemental de la logistique et du fonctionnement de ces centrales.
Une sérieuse analyse en optique de cycle de vie s'impose avant de se lancer!

ysalac | 30 septembre 2010 à 09h29
 
 
déchets de cantines et porcs

Génial... Autrefois, les déchets des cantines étaient récupérés par des éleveurs de porcs qui en nourrissaient leurs animaux. Maintenant, c'est interdit. Dommage! Cette façon permettait de nourrir ces animaux sans encombrer les incinérateurs... Tout cela est bien compliqué!

niv | 30 septembre 2010 à 09h34
 
 
Méthanisation de la fraction organique des OM

La méthanisation de la fraction organique des ordures ménagères arrive en France. Les incinérateurs vont devoir diminuer leurs volumes à incinérer mais ils vont dans le même temps se diversifier sur la méthanisation. Strasbourg va construire son usine en 2012 à côté de l'incinérateur et extraire la fraction organique des OM avec toute la technique que cela requiert (délacérateur, criblage, déferraillage), soit 30 000 tonnes/an et 11 tunnels de fermentation. Il y a de forte chance que les déchets de toutes les cantines soient traités. Il était temps de mettre en oeuvre des technologies connues depuis longtemps ailleurs. Le procédé sera d'ailleurs allemand !

Marjolaine | 30 septembre 2010 à 16h55
 
 

Hommages aux professeurs qui à l'ecole de MAISON CARREE des les années 1950 méthanisaient le fumier comprimaient jes gaz pour les tracteurs
En hommage à nos prof DUCELLIER ISMAN et d'autres ils avaient trop d'avance presque un siecle en france l'innovation n'est pas facile...

PAPY FIRMIN | 24 décembre 2010 à 09h53
 
 

je recherche le nom du fournisseur du bac à compost rotatif, metallique qui est présenté dans la vidéo sur le collège jean Zay dans l'essone.
Merci de me contacter.
Enseignant Lycée agricole, chargé de mission sur le compiostage des déchets de cantine

marc | 17 mai 2011 à 09h53
 
 

le composteur utilisé est de marque Joraform, c'est un JK400. Contactez moi pour plus de renseignements.
Cordialement

damien | 01 février 2013 à 12h48
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]