Actu-Environnement
 
 
 
 

Les dentistes divisés sur une interdiction française des amalgames au mercure

Une bataille se dessine entre une centaine de dentistes réclamant à Marisol Touraine une suppression des amalgames au nom du principe de précaution et le Conseil de l'Ordre de la profession opposé à toute limitation. Quid de la position française ?

Hygiene / Securite / Sante  |    |  Actu-Environnement.com

Sous l'égide du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue), des négociations internationales visant à élaborer un instrument juridiquement contraignant sur le mercure au niveau mondial devraient s'achever en janvier 2013 lors d'une conférence à Genève (Suisse).

Le texte qui a pour objectif de limiter l'emploi de ce métal lourd et ses impacts devrait être présenté pour signature courant 2013 au Japon. Mais à la veille de la clôture des négociations internationales, le président du Conseil National de l'Ordre des Dentistes (ONCD) et les secrétaires généraux de l'Association Dentaire Française (ADF) ont cosigné à l'attention de la ministre de la Santé Marisol Touraine, une lettre publiée dans le dernier bulletin de l'Ordre daté de septembre 2012, lui demandant de s'opposer "à toute mesure visant à interdire ou limiter l'utilisation de l'amalgame dentaire".

Selon eux,"en adoptant une approche réfléchie et pondérée, la France contribuera à assurer des soins dentaires de qualité accessibles à tous et s'inscrira dans une campagne mondiale de lutte contre la maladie carieuse au service des populations les plus fragiles et des nations les plus démunies". L'ONCD et l'ADF ont réitéré la nécessité de "ce matériau de restauration dentaire pour dispenser les soins les plus efficaces dans des situations cliniques spécifiques'' et estiment que "la dangerosité " de ces amalgames "n'a pas été prouvée" en s'appuyant notamment sur un rapport de mai 2005 de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, ex Afssaps). D'ailleurs, la question des alternatives à l'amalgame doit faire l'objet d'une étude de l'ANSM, initialement prévue pour début 2012, mais qui n'est toujours pas parue à ce jour.

Des points de vue divergents sur la "dangerosité" du produit

Avec 17 tonnes, la consommation annuelle de "plombages" au mercure en France représente aujourd'hui près du tiers de la demande européenne. Or, ce courrier n'a pas été "du goût des nombreux dentistes français qui ont cessé depuis longtemps de poser des amalgames pour se tourner vers des techniques modernes et biocompatibles, bien conscients des effets environnementaux et sanitaires des obturations au mercure", a indiqué l'ONG Non Au Mercure Dentaire qui, avec le Réseau Environnement Santé (RES), ne cessent de dénoncer la toxicité de ces "plombages" qui contiennent 50% de mercure, "un métal neurotoxique, génotoxique'' mais aussi "perturbateur endocrinien".

En effet, une centaine de chirurgiens-dentistes ne partagent pas la position du Conseil national de l'Ordre et regrettent qu'il ait envoyé ce courrier à Mme Touraine "au nom de toute la profession". En réponse, les dentistes signataires viennent de mettre en ligne une lettre-pétition adressée à la ministre de la Santé, et estiment "au contraire que la pollution au mercure dentaire est préjudiciable à la fois à l'environnement (et, par suite, à la santé de la population) et à la réputation de notre profession". Et de s'interroger : "Comment justifier qu'elle seule continue de dispenser du mercure quand tous les autres secteurs sont contraints d'en limiter drastiquement ou d'en cesser l'usage ?"

Dans cette lettre, "au nom du principe de précaution", les chirurgiens dentistes souhaitent "voir supprimer l'amalgame [au mercure] et valoriser les biomatériaux pour une dentisterie saine et moderne" et préviennent des risques professionnels "encourus pour les dentistes et leurs assistant(-es) suite à une exposition au mercure". Et d'ajouter : "Nous-même, chirurgiens dentistes, constatons fréquemment en clinique des pathologies liées aux amalgames ou aux courants galvaniques consécutifs à la présence de métaux en bouche, entraînant notamment des névralgies invalidantes, des inflammations muqueuses et musculo-tendineuses". Ces derniers affirment que "l'amalgame est parfaitement remplaçable comme notre propre pratique le démontre chaque jour (….). Il est donc inexplicable que la France continue d'encenser un matériau contestable et dépassé, dont une résolution du Conseil de l'Europe et un rapport commandité par la Commission européenne recommandent le retrait", soulignent-ils.

Position ambiguë de la France ?

Dans le cadre de la révision de la stratégie européenne de 2005 visant à réduire les concentrations de mercure, les autorités françaises déclaraient en juin dans une note "ne pas s'opposer à une suppression des amalgames au mercure dans le traitement de la maladie carieuse" compte tenu "des préoccupations environnementales et des questions émergentes relatives aux conséquences de la multi-exposition et aux effets des faibles doses". Mais elles n'avaient toutefois pas défini un calendrier de retrait. Les autorités françaises jugeaient également "plus judicieux" de mener des actions de sensibilisation sur les impacts environnementaux liés à l'usage des amalgames dentaires, de prendre des mesures au niveau national pour réduire leur utilisation, "tout en faisant la promotion des alternatives sans mercure".

Les dentistes signataires, en marquant "leur désaccord avec l'ONCD", ont "bravé une institution dont on sait l'emprise considérable sur ses membres, puisqu'elle est à la fois juge et partie de ses juridictions'', a déclaré le RES en qualifiant cette lettre-pétition de "fait extraordinaire". Reste à savoir si le ministère de la Santé "sera plus sensible à la voix de la probité, de l'évidence et du courage… ou à celle des lobbys", se questionne-t-il.

Réactions8 réactions à cet article

 

Je suis gravement "empoisonné" au mercure dentaire et autres m"taus lourds - Résultats de laboratoires Allemands faisant preuve - Ma vie a basculé. D'ailleurs, ce n'est plus une vie. C'est un véritable cauchemar... Cauchemar sur lequel des "praticiens" agissant dans la clandestinité se font une fortune... Aujourd'hui, seul le gouvernement peut agir. J'ai bien l'intention d'envoyer une lettre ouverte au premier ministre : Que ferait-il si son épouse ou l'un de ses enfants étaient empoisonnés au mercure dentaire???

Mandrin | 03 octobre 2012 à 09h53
 
 

Jeune dentiste retraité je lis avec intérêt tout ce qui concerne le mercure. Ayant moi-même des symthômes évoquant un empoisonnement je cherche activement. Malheureusement Je ne lis que des convictions. Pas de preuves.
Au cours de ma carriére je n'ai pas vu de matériaux plus efficaces que l'amalgame pour obturer les dents. Je dois même avouer que souvent je déposais les composites pour remettre des amalgames car dans 99% des cas il y avait reprise de carie sous les composites sans que cela soit visible. Quand c'était visible c'est que la dent était trés mal en point.
D'autre part quand j'ai commencé à travailler il n'y avait aucune précaution de prise avec les amalgames dont les déchets partaient dans le crachoir vers les égoûts publics. naturellement comme il n'y avait pas d'aspiration chirurgicale dans les cabinets les amalgames étaient déposés sans aucune précaution. L'amalgamation se faisait au mortier et au pilon. On utilisait des doseurs qui fuyaient. On trouvait des gouttes de mercure sur le sol , sur les meubles. On tenait l'amalgame dans les doigts ( sans gants). Diverses contraintes se sont succédées: interdiction d'utiliser de l'amalgame en vrac: utilisation obligatoire des capsules prédosées ( prix de revient bien plus élevé mais moins de gouttelettes de mercure). Puis ce fut l'obligation de récupérer les déchets et le ramassage par des entreprises spécialisées ( coût à la charge du dentiste). Pourtant en 1975 je n'ai jamais entendu parler d'intoxication!

souris27 | 09 octobre 2012 à 14h47
 
 

j'avais l'intime conviction d'être "empoisonné" aux métaux lourds. Cette conviction n'est pas venue "comme ça". la médecine allopathique ne pouvant plus rien faire pour moi (nombreuses hospitalisations, examens de toutes sortes, morphine, cortisone etc..) j'ai cherché.
Résultat après une visite à Paris et une analyse faite par un labo allemand : j'ai eu la confirmation de ma conviction. Et ce que je devais faire pour me soigner. MAIS, à l'étranger!!!!!!!

Mandrin | 09 octobre 2012 à 18h08
 
 

@Mandrin
Bonjour Monsieur,

Comme vous je cherche à savoir et je ne mets pas en doute vos affirmations. Seriez-vous disposé à donner plus de détails? Quels sont vos symthômes, quand cela a commencé, sur quelle base accusez-vous les amalgames?
Je lis que prés de 50% du mercure composant un amalgame se transformerait en vapeurs. Sachant qu' un amalgame contient ,à vue d'oeil, un volume égal de mercure et de poudre métallique s'il perd moitié du volume de mercure il devrait perdre 25% de son volume total. Or cette perte n'est nullement visible. Deviendrait-il poreux? C'est assez facile d'analyser la composition d'un amalgame neuf et celle d'un amalgame en bouche pendant 20 ans. Je ne connais pas le résultat mais j'ai pu constater qu'il n'y a pas de pertes des qualités mécaniques avec le temps donc je suppose que sa composition reste stable même s'il perd quelques molécules de mercure.
Je lis que c'est le lobby des fabricants d'amalgame qui impose sa loi malheureusement il est évident ,pour qui est un peu du métier, que ce lobby est bien moins puissant que celui des produits concurents.
Je vous souhaite une prompte guérison. Amicalement.

souris27 | 11 octobre 2012 à 12h10
 
 

Bonjour Monsieur,
Je suis, bien entendu, disposé à faire état de ma situation. Et comment!
Un soir de Juillet 2007, j'ai alors 55 ans, je suis en pleine activité. (consultant) et en pleine vitalité. Je me couche. Le lendemain, au réveil, j'ai terriblement mal dans les deux mains. Celles-ci me brûlent.
J'ai passé 15 jours à me souffler sur les mains avant de consulter... Suivent les douleurs musculaires, articulaires, des brûlures dans tout le corps... des nuits sans sommeil, des sommeils sans repos et ... 3 années d’alitement. Une médication : Morphine, cortisone, anti-TNF ...et consultation de dizaine de médecins. Sans résultats.
Et j'ai arrêté la médecine allopathique. Puis, avec l'aide appuyée de ma famille, je me suis mis en recherche. Jusqu'à ce test de chélation et ces résultats non équivoques qui font état d'empoisonnement aux métaux lourds dont la majorité proviennent de mes amalgames dentaires.
Cette réponse ne vous satisfera certainement pas entièrement. C'est ma seulement ma participation à ce qu'il convient d'appeler un véritable combat contre les ML.

Mandrin | 12 octobre 2012 à 10h09
 
 

@ Mandrin,
Je vous remercie de votre témoignage. J'ai lu un témoignage trés ressemblant d'un cycliste qui , comme vous subitement, a eu globalement les mêmes symptômes qui ont été attribués à une intoxication mercurielle. Je suis totalement d'accord avec vous s'il est démontré que les amalgames dentaires peuvent causer de telles souffrances ils devraient être interdits. Je peux vous assurer qu'au cours de nos études il n'a jamais été fait mention de tels effets secondaires... ce qui ne veux pas dire qu'ils n'existent pas. Nos autorités sanitaires ont publié un rapport qui afffirme que les amalgames sont sans danger. Qui croire? Comme j'ai des symptômes comparables aux votres mais d'apparition progressive et pas encore totalement invalide j'essaye de me documenter sur cette possibilité d'empoisonnement. Les dentistes et leurs employés étant particuliérement exposés à ce danger potentiel.
A titre d'anecdote je me souviens qu'il y a une trentaine d'années un dentiste et son assistante sont morts subitement , d'aprés ce qui s'est dit à la radio, suite à l'évaporation de gouttes de mercure qui s'étaient glissées sous le stérilisateur.
Je vois un nouveau neurologue demain et je lui poserai la question mais j'ai lu ,qu'en France, ils ignorent cette question. On verra.
Je suis certainement indiscret mais j'aimerais savoir si vous avez retrouvé la santé et comment? Chélation mais par quel moyen et quel praticien?
Bonne jounée à vous.

souris27 | 12 octobre 2012 à 11h51
 
 

Bonsoir, Je viens de vous lire. Merci. Surtout, n'attendez pas de faire le test de détection aux M.L. Me concernant, si j'avais fait ce test dès l'apparition des symptômes (donc, si j'avais su...) je ne vivrais pas depuis plus de 7 ans cet enfer. (terme non exagéré!). En CLAIR, je vivrai ! Et, non, vous n'êtes pas indiscret : non, je n'ai pas retrouvé la santé à ce jour. En effet, cela fait seulement 1 mois que je suis allé à Paris me faire tester et 15 jours que j'ai reçu mes résultats. Je suis tout à fait prêt à vous communiquer tout ce qui peut vous aider. Comment se joindre? Je ne peux vous transmettre mes coordonnées sous ce site ni les coordonnées de qui que ce soit, d'ailleurs.
J'omets plein de choses, bien entendu...Ce que je peux vous dire c'est que j'ai également consulté un neurologue au début... Il venait s'ajouter à la très longue liste de praticiens qui "jouaient" au ping-pong avec moi...
Vous pouvez vous en sortir! Les nombreuses personnes rencontrées -"empoisonnées" comme moi- et" chélatées " témoignent avec force qu'elles revivent!
A votre disposition,

Bien à vous.

Mandrin | 12 octobre 2012 à 17h45
 
 

je tenais a apporter mon témoignage concernant des fraisages a deux reprises que j ai subit sur une dent avec amalgame au mercure...C est apres cette acte que ma vie a été bouleversé et que j ai vécu un véritable cauchemar.Par la suite,tout s'est enchainé tres vite...J ai tout perdu, ma copine ,mon travail, et ma santé d un seul coup et j ai passé deux semaines terribles allongées ou j ai cru que j allais bien mourrir...je tiens a remercier d ailleurs ces dentistes qui se disent soucieux de notre santé mais qui n appliquent deja pas les recommandations de l ASSFAPS ou ANSM...Alors monsieur les dentistes,reflechissez aux consequences lorsque vous fraisez sans aucune précaution,car des temoins comme moi avec les memes symptomes ils sont tres nombreux...Et quand cela arrive c est des mois et des mois de galére a dormir non stop et une précarité pécuniére en plus...Les traitement chélateurs sont tres chers et presque inaccessible financierement,rien n est remboursé par la sécu ...Donc beaucoup de souffrance,par conséquent...Pour ce qui est de l 'ASSFAPS,elle nous renvoie dans un centre pharmacologie qui nous envoie bouler et ne s interresse pas a nos symptomes communs....Franchement la France c est vraiment un pays a éviter pour les soins dentaires et un pays de faux culs...

zakvandamned | 08 novembre 2012 à 19h13
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]