En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ecoquartiers : laboratoires de la ville de demain ou ghettos écolo ?

Plusieurs inaugurations d'écoquartiers ont eu lieu en France récemment. L'occasion avant la COP21 de promouvoir l'exemplarité nationale. Mais pour prouver leur réelle efficacité, ces nouveaux aménagements "écologiques" doivent être déployés à l'échelle de la ville. Reportage.

Reportage vidéo  |  Amenagement  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Ecoquartiers : laboratoires de la ville de demain ou ghettos écolo ?

Les écoquartiers fleurissent un peu partout en France. Les collectivités ne manquent pas de communiquer sur ces opérations qui multiplient les prouesses écologiques. Energies renouvelables, constructions bioclimatiques, gestion naturelle des eaux de pluie, forte présence de la végétation, les écoquartiers sont de vrais laboratoires pour concevoir la transition énergétique des villes alors que le secteur du bâtiment est responsable de 25% des émissions globales du pays. Un label récompense désormais les aménagements qui se distinguent mais n'établit pas de cahiers des charges précis. Un écoquartier est en effet difficile à définir car il dépend fortement dans sa conception de l'espace sur lequel il s'établit. Une étude écologique en amont définira la plupart du temps les démarches à respecter pour chaque quartier.

Ces opérations urbaines sont de véritables avancées à l'heure où 80% de la population française vit en ville. Mais pour le moment, elles émergent ici et là sans réelle connexion avec les quartiers alentours avec le risque de devenir des ghettos réservés à des habitants privilégiés. Car le défi sous-jacent à la construction de ces quartiers restent tout de même de parvenir à généraliser les solutions qui y sont déployées à l'échelle de la ville.

Par ailleurs, ces aménagements ne doivent pas grignoter de nouveaux espaces vides, parfois réservoirs de biodiversité, sous prétexte qu'ils sont "écologiques". Cela reviendrait à tomber dans l'écueil de l'étalement urbain qui a tant marqué la deuxième moitié du 20ème siècle et dont nous payons les conséquences aujourd'hui.

Coup de projecteur sur quelques écoquartiers franciliens, notamment à Issy-les-Moulineaux.

Réactions3 réactions à cet article

 

Bonjour,
Les éco quartiers, sont la plupart du temps, pour les élus, une mode à la sauce développement durable. Souvent déconnectés de la ville et même posés sur du foncier à vocation nourricière, ces projets ne font pas avancer le concept de ville durable. Il peuvent même être contreproductifs. Il faut s'attaquer à la remise en ordre du foncier mal employé, comme les entrées de ville, véritables zones far west afin de faciliter la pénétration des réseaux intelligents de la périphérie au coeur de ville, faciliter les flux urbains et l'éco-mobilité, les corridors écologiques... Les nouvelles éco-polycentralités comporteront des plates-formes d'autopartage, l'accessibilité aux bornes de rechargement dans des bâtiments de commerce et d'habitat en autoproduction énergétique. Voilà les villes et éco-territoires durables.

Territoires durables | 16 septembre 2015 à 11h38
 
 

@Territoires durables
Bonjour,
Merci pour votre message.
Je vous invite à regarder le reportage vidéo qui soulève vos critiques.
Bien cordialement

Marie Jo Sader Marie Jo Sader
16 septembre 2015 à 11h45
 
 

Merci. Je travaille sur ces sujets depuis une dizaine d'année en tant que chercheur. Bien à vous.

Territoires durables | 16 septembre 2015 à 11h53
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]