En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les énergies marines renouvelables boostent les Pays-de-la-Loire

Les résultats du premier appel d'offres national sur l'éolien offshore ont donné un coup d'accélérateur à la filière des EMR dans les Pays-de-la-Loire. A la clé ? La création de 3.500 emplois directs et indirects.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste ClarkeActu-Environnement.com
Les énergies marines renouvelables boostent les Pays-de-la-Loire

Le ministère de l'Industrie a annoncé les résultats du premier appel d'offres national offshore au printemps 2012. Il a retenu le consortium EDF pour exploiter un parc d'éoliennes de 480 MW au large de Saint-Nazaire (44).

Bonne nouvelle pour les Pays-de-la-Loire, Alstom, fournisseur exclusif du consortium lauréat, a choisi de s'implanter à Saint-Nazaire pour assembler les nacelles et fabriquer les alternateurs de ses éoliennes. "Ainsi, c'est tout un bassin d'emploi et un tissu économique qui se diversifient en complément d'autres activités majeures : l'aéronautique, la navale, la logistique, les véhicules spéciaux, etc.", se réjouit Christophe Clergeau, premier vice-président de la Région, en charge du développement économique et de l'innovation.

De nombreuses entreprises dans le sillage des grands acteurs

Dans le sillage des grands acteurs du marché, plusieurs entreprises s'organisent pour répondre aux marchés des EMR. Parmi celles-ci STX France et des PME industrielles regroupées au sein du cluster Neopolia situé également à Saint-Nazaire. Sans oublier des équipements de recherche et d'essai comme ceux de l'Ecole centrale de Nantes, destinés à tester les caractéristiques et les comportements des hydroliennes, des éoliennes ou des systèmes houlomoteurs.

Réactions22 réactions à cet article

 

Le choix de l'éolien même maritime est un mauvais choix. Ses inconvénients sont nombreux et sa rentabilité est réduite , sauf, tout particulièrement, pour les cadres bien payés et actionnaires (quoique des usines ferment) qui en vivent en attendant une autre pompe à fric. .

Par contre l'hydrolien immergée, c'est une partie de l'avenir.

Quoiqu'il en soit, habituez-vous chaque fois que réalistement possible à ne pas appuyer sur un interrupteur , mais à utiliser un moyen d'éclairage qui se recharge à l'huile de coude.

Jean-Marie | 27 février 2014 à 07h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En voila une bonne chose concrète d'économie verte.

Ah non pardon, les éoliennes sont le mal.

Et on oubliera pas non plus tous les sous traitant qui graviteront autour de la filières.

Terra | 27 février 2014 à 07h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Jean-Marie pouvez-vous lister ces "nombreux inconvénients" propre à l'éolien offshore en tant que système de production d'électricité? Pour ce qui est de la rentabilité, il serait bon de donner des chiffres et faire des comparaisons APPROPRIEES. Sinon, vous n'apportez aucun argument tangible...
Par ailleurs, "l'hydrolien immergé", c'est un joli pléonasme...

Bobo | 27 février 2014 à 19h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il y a eu grand débat sur la région nazairienne où les Associatifs espéraient pouvoir donner leur avis, mais c'était un débat pipé où on donnait la parole à des intervenants imposés et programmés par ceux qui voulaient vendre leurs éoliennes géantes en baie de la Baule... 8O éoliennes de 176 mètres de hauteur à 12km de la Côte Sauvage du Croisic... Mais rien n'est définitif car il y encore l'Enquête Publique qui pourrait donner raison aux opposants malgrès la censure de la Presse Locale... la Côte Ouest, lieux de vacances de tous les Européens, à Fécamp, Courseulles, St Brieuc, Le Tréport, St Nazaire-la Baule, et entre les îles de Vendée Yeu et Noirmoutier, transformée en Zones industrielles avec le saccage des fonds marins pour les embases et les Km de câble HT 220 000 volts.... Adieux touristes et adieux pêche côtière.... mais on construit les usines de montage sans attendre si les autres énergies marines (Houle, marées, courrants, différence de températures et de salinité) qui sont à l'étude prouve l'inutilité de ces éoliennes qui vont attendre le vent comme les 531 Parcs éoliens terrestres avec leurs 4246 éoliennes qui ne fonctionnent que 25% quand il y a du vent.... L'éolien, une fausse solution

triton | 27 février 2014 à 19h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Le saccage des fonds marins! et celui organisé par les pratiques de pêche non durable(chalutage) il ne vous dérange pas Triton?
176 m de haut a 12 km correspond approximativement a un objet de 1cm vu a une distance d'un mètre, pas de quoi en faire un plat.
Quand a l'aspect esthétique (tourisme) il est totalement subjectif.
L'éolien une vraie solution

lio | 28 février 2014 à 12h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je me suis rendu à deux débats publiques concernant le projet de Saint Brieuc en tant que simple citoyen (je ne représente aucune entreprise ou association) et j'ai trouvé que toutes les parties pouvaient non seulement exprimer leur point de vue mais ils étaient également pris en compte. Par exemple, la zone exacte d'implantation parc a été définie en étroite concertation avec les pêcheurs locaux et une étude d'impact visuel a été réalisée de manière (a priori) indépendante. Par ailleurs, pour mesurer les retombées socio-économiques de ce genre de projet, il ne faudrait pas seulement évaluer l'impact sur le tourisme mais aussi les création d'emplois liés à l'activité...La bataille des trois mairies candidates à l'accueil de la base du port de maintenance pour le parc de Saint Brieuc a démontré un réel engouement.
En ce qui concerne les fonds marins, il y aura évidemment des conséquences. Le choix des zones d'implantation suit néanmoins les recommandations d'études d'impacts environnementaux somme toute sérieuses! Enfin, le facteur de charge d'une éolienne en mer est nettement meilleur qu'en terre (autour de 40-50% contre 20-25%) car les vents sont nettement plus constants et stables. Cela dit, la fiabilité et la maintenance de ces parcs doivent être encore améliorées.
Maintenant, il conviendrait de comparer avec des centrales de production électrique du même ordre de grandeur (500MW) non seulement sur le rendement mais aussi sur les aspects coûts et impacts environnementaux.

Bobo | 28 février 2014 à 13h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Triton, vous citez certaines énergie qui sont encore au stade embryonnaire (pas toute hein, mais certaines)
L'Eolien est disponible tout de suite. Autant s'en servir. Et il a l'avantage d'être démontable.

Par ailleurs concernant les fonds marins. Les parc éoliens offshore seront des, si je ne m'abuse, des zone de non pêche. Donc un quasi sanctuaire pour la vie aquatique. De plus les fondations pourront également servir de récifs artificiel.

Alors oui cette énergie est intermittente ... mais elle ne va pas saccager les fonds marins. Il y aura un impact, mais pas un saccage.
Et le cable, une fois au fond de l'océan ne va pas déranger outre mesure.

Terra | 28 février 2014 à 13h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"L'Eolien est disponible tout de suite"

Certes, une fois monté. Mais c'est le vent qui n'est pas disponible tout le temps.

Que dites-vous de cette faible disponibilité par rapport à la puissance installée, SVP ?

Tandis que la marée .... et les mouvements des fonds marins
Evidemment vu de Saint-Amand Monrond, la marée ça n'a d'impact que chez le poissonnier

Quoiqu'il en soit est-ce que tous les opposants à l'éolien sont des anti-progrès qui raisonnent malhonnêtement ?

Votre comparaison sur l'impact visuel ne tient pas la route : on "les" voit et bien.

Un exemple concret : quand vous arrivez sur Saint-Quentin (Aisne) par la route de Laon (la 44), je vous garantis qu'on les voit les éoliennes.
Tiens la prochaine fois je vous les compterai, si j'y pense.

C'est peut-être subjectif, mais .. ça frappe. Impossible de ne pas les voir car elles surplombent la ville au Nord.

Brigitte | 28 février 2014 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne pense pas que tous les opposants à l'éolien soient des personnes anti-progrès malhonnêtes. Mais vous venez de faire une jolie forme de victimisation! Cela dit, les anti-éoliens que je rencontre ont souvent des conflits d'intérêts au même titre que bon nombre de lobbies pro-éolien.
Pour ce qui est de l'impact visuel, vous osez une insinuation plus que douteuse selon laquelle des éoliennes en mer à 12 kms des côtes auraient un impact visuel similaire à des éoliennes terrestre surplombant une ville depuis une route....Quel culot! Au contraire, l'estimation grossière faite par lio n'est pas si mauvaise même si un objet de 1cm et demi pour une distance d'un mètre serait plus juste d'après Thales. Je vous invite à visiter ce site pour vous faire une idée:
http://www.geophom.fr/photomontages-parceolienenmerdelabaiedesaintbrieuc/carte.html
Et les centrales nucléaires ou à charbon qui jalonnent les routes, vous les trouvez sexy?
La disponibilité des éoliennes en mer restent médiocre bien que meilleure par rapport au terrestre et faible comparé au nucleaire. Des mesures scientifiques plus justes que la disponibilité pour comparer les technologies entre elles seraient le coût de l'électricité produite et un bilan énergétique et environnemental sur tout le cycle de vie.
Les 1ères fermes commerciales d'hydroliennes devront attendre encore au moins 5 ans et le potentiel est limité. Le houlomoteur est quelques années derrière tout comme le thermique en mer et encore plus l'osmotique.

Bobo | 28 février 2014 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour le lien. J'ai visité. Intéressant travail l

Y'a moins de centrales que d'éoliennes, a fortiori en Picardie

Je profitais de l'occasion pour évoquer le cas "impressionnant" de Saint-Quentin, mais évidemment que ce n'est pas pareil.

Brigitte | 28 février 2014 à 20h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je ne veux pas renter le débat pour ou contre l'éolien ,par contre je suis trés sensible à l'environnement . La vue sur mer est un joyaux , un capital précieux , trés sensible et de plus, concernant les éoliennes il faut voir aussi qu'elles seront toujours en face jamais derrières ... DONC ATTENTION !
Je crois que photos , vidéo et sites ne sont pas représentatifs de la réalité ...pas toujours volontairement d'ailleurs ! il faut être honnête ! . De mon expérience j'ai vu les champs d'éoliens suédoises a environ 40 km et je connais parfaitement l'image réelle de l'ile de jersey vu de nos côtes Normandes située a environ 30 km et dont le sommet est de la même hauteur qu'une éolienne de 170 m de haut !!! Bref ! des éoliennes de 170 m de haut a 12 km de nos côtes, c'est clairement monstrueux , ça va complément DENATURER les secteurs où elles seront installées .Allez voir le grand canyon vous verrez si c'est la même chose qu'a la télé ! Lio nous dévellope des mesures fausses répétées de la propagandes du green business ! et puis l'histoire du chalutage est hors sujet ...tout le monde est bien entendu contre ces méthodes de pêches saccageuses et non durable . En conclusion je préfére l'éolien flottant a 25 , 30 km et l'hydrolien immergé bien entendu . cordialement

carl | 01 mars 2014 à 08h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De mon jardin je peux observer les Parcs éoliens de Soudan, Erbray, Issé 1 qui sera suivit par Issé 2 de Beaumont actuellement en chantier, et celui de Sion les Mines, de ma fenêtre en me levant je vois le Parc de Derval-Lusanger le jour et la guirlandes de feux clignotants rouge la nuit, et de mon potager depuis queqlues mois le projecteur rouge clignotant du Mât de mesure du Parc éolien de Jans... je suis un opposant à cette fausse solution coûteuse et dévastratrice qu'est l'éolien alors que les Promoteurs du Parc de Derval-Lusanger m'ont invité à présenter lors de l'inauguration mon reportage du montage de ce chantier, pour avoir un écolo qui à l'époque défendait cette erreur qui se confirme encore ce matin avec l'arrêt des machines en panne de vent... les Promoteurs, ou plutot les Prometteurs d'énergie sont persuadés de leur bon droit, mais il suffit d'aller constater sur le site de RTE-France les longues périodes de non production... Merci pour les photo-montage du parc de St Brieuc... les mêmes qui ont été présentées sur la Presqu'île guérandaise pour le Parc offshore de Saint Nazaire = encore un mensonge car ce Parc est en fait en Baie de La Baule-Le Pouliguen, face à la Côte sauvage du Croisic, sur le Banc de Guérande... mais mon Avis n'a que peu d'importance car je ne suis qu'un vieux raleur particulier libre comme disent les Prometteurs d'énergie qui me retrouvent dans toutes les Enquêtes Publiques terrestres où je donne ma vision de l'avenir du Bocage/éolien

Triton | 01 mars 2014 à 15h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La principale motivation des anti éoliens c'est l'aspect esthétique, l'impact visuel, je serais curieux encore une fois de connaitre la moyenne d'age des opposants.
Ce servir des forces de la nature pour produire de l'énergie est une évidence, la recherche sur le stockage de l'énergie doit être dotée de moyens beaucoup plus importants, les coopératives citoyennes doivent se développer, mais cette opposition systématique est anti constructive
C'est un combat d’arrière garde qui entraine un retard dommageable pour la France dans le secteur des enr.

lio | 03 mars 2014 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Lio : où avec vu une opposition sytématique . Pas chez carl en tous les cas !
c'est pas par ce que c'est une nouvelle technologie , peut être d'avenir pourquoi pas , qu'on est autorisé a faire n'importe quoi et saccager notre l'environnement et paysages ...on peut aussi faire des choix, non !!!!! flottantes plus au larges ..moins hautes ...moins de béton , hydrolien aussi par exemple ...ça serait moins dénaturant non !
est ce d'arrière garde de défendre l'environnement ? vous vous prenez pour qui : Dieu qui a réponse à tout qui détient savoir et vérité !

carl | 03 mars 2014 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Dévastatrice", "saccager", "mensonges", "dénaturant", ce vocabulaire alarmiste gratuit (car soit purement subjectif soit très peu étayé) me donne envie de soutenir l'éolien! Et carl, vous vous positionnez en défenseur de l'environnement seulement en prenant en compte la notion esthétique, quelle hérésie! Vous citez votre propre pseudo à la troisième personne et finissez par alpaguer lio sur un commentaire certes un peu provoc mais de de là à sortir votre dernière phrase...
Bref, tous ces arguments anti-éoliens offshore sont bien pauvres. La vue sur mer n'appartient pas plus à celui qui a villa sur la côte qu'à celui qui loue une piaule en ville. La notion de beauté non plus!
D'après des chiffres de la commission européenne, l'éolien terrestre est désormais compétitif avec les autre formes de production d'énergie conventionnelle (hormis le nucléaire dont le prix réel reste flou).
L'intermittence reste cependant un vrai désavantage. Et là encore, je suis tout à fait d'accord avec lio sur le stockage de l'énergie. La R&D dans ce domaine s'accélère et des solutions devraient voir le jour d'ici quelques années. Cela pourrait aussi potentiellement baisser les coûts de manière significative. L'éolien flottant convient bien à la bathymétrie des côtes françaises mais cette technologie ne sera pas prête avant 2020.Tout ça pour dire que les choix ne sont pas aussi simples qu'ils en ont l'air et je pense qu'il est crucial de créer une filière pour les EMR le plus tôt possible.

Bobo | 03 mars 2014 à 22h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui ou non trompe-t-on l' "ignorant" (du sujet) quand on affiche un total de puissance installée en éolien et que le rendement est au plus de 25 % ?

Jean-Marie | 04 mars 2014 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

N'en déplaise a Carl je trouve les champs d'éoliennes en mer très beau, et à l'image des bateaux à voiles parfaitement en harmonie avec l'environnement.
Relisez mon post je n'ai jamais dit qu'il fallait faire n'importe quoi, les ENR sont de loin les énergies les moins impactantes sur le milieu.
Pour défendre l'environnement il existe des combats beaucoup plus importants, vous vous trompez de cible.
J'insiste, il serait très intéressant de connaitre la moyenne d'age des opposants à l'éolien

lio | 04 mars 2014 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas forcément quand on sait que le rendement théorique d'une centrale nucléaire est de l'ordre de 35% (même chose pour le gaz) et autour de 40% pour les centrales a fioul et charbon. Peut-être la meilleure idée serait d'encourager "l'ignorant" à s'informer, notamment sur ce que signifie vraiment "rendement", "disponibilité", "coûts de l'électricité", "études d'impacts environnementaux", "bilan énergétique", etc...!

Bobo | 04 mars 2014 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

si je fais parti de ce que les Prometteurs d'énergies appellent "les vieux cons de Retraités qui n'ont que ça à faire de participer aux Enquêtes Publiques" il suffit de regarder les photos de Presse où l'on voit bien qu'il y a des jeunes qui combattent contre cette invasion éolienne, à l'image de mes nièces qui se tentent de sauver leur Bocage à Sainte Cécile (85) et le patrimoine qu'elles vont laisser à leurs enfants... Cette nuit, comme sur toute la Côte Ouest, les éoliennes de la Région de Châteaubriant ont été mises en sécurité avec la Tempête Christine et ce matin elles sont a l'arrêt sous le ciel bleu sans vent... Que vont devenir les 531 Parcs éoliens en France si l'europe obtient la suppression des aides apportées par notre Pays pour cette énergie Verte soit disant, mais il suffit de taper "Energie Grise des Eoliennes" sur internet pour mieux comprendre que l'éolien n'est pas "La Solution" un gros investissement pour si peut de production et ce qui n'est pas toujours dit, l'Enquête Publique présente les études d'impacts et les dangers uniquement pour le Parc Eolien, mais le transport vers le réseau EDF n'est pas évoqué puisque ERDF a carte blance pour passer ces Câbles HT 20 000 volts sur le Domaine Publique au raz des voies de circulation sous les fenètres des habitants comme à Sion les Mines (44) sans études d'impacts ni accords des propriétaires qui ne peuvent que constater, et comme à Issé-Beaumont où les câbles sont enfouis à moins de 50 cm de profondeur CQFD

triton | 04 mars 2014 à 11h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@lio oui les combats beaucoup plus importants c'est quand même en premier l'eau ! puis le co2 ! puis une agriculture saine , puis ce qui nous reste d'environnement nature ...non ! c'est vrai que vivre c'est transformer mais attention quand le gain est minable ou faux / à l'impacte sur l'environnement ...alors non . ...c'est pas avec le couple éolien / thermique, qu'on va gagner ces batailles ...ni même celle du nucléaire. ça c'est du faux écolos blindés de fric ...c'est du clientélisme pour satisfaire les bonnes consciences ..sans évidemment rien faire dans les résultats en fait ...ou presque !
pour votre gôut ...moi je préfére un beau voilier qui passe que des dizaines de ventilateurs statiques de 170 m de hauts ...voir l'aéroport CDG c'est bien, mais 24 / 24 ...on s'en lasse ...pas franchement nature .

carl | 04 mars 2014 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Triton
Le patrimoine que l'on va laisser à nos enfant a été largement impacté par une génération (trentes glorieuses) qui non seulement c'est trompée sur la manière de faire évoluer la société (sur conso, gaspillage, nucléaire) mais qui loin de faire son mea culpa continu d’empêcher toute volonté de changement .
je pense que les génération futures seront largement plus affectées par l'héritage nucléaire, qu'éolien, les éoliennes ont été mises en sécurité lors de la tempête Christine,les japonais n'ont pas eu cette possibilité .
Moins d'argent pour le nucléaire plus pour la recherche sur le stockage de l'énergie et nous verrons qui est le plus rentable et le moins impactant.

lio | 05 mars 2014 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De même que Lio, je trouve les champs d'éoliennes en mer beau, et à l'image des bateaux à voiles parfaitement en harmonie avec l'environnement.
Évidement qu'il y a des erreurs de conception, de jugement ou financières, mais il faut relativiser, c'est la première fois que l'on fait ce type de projet. On ne peut pas réussir à 100% du premier coup. Par comparaison je vous invite à vous documenter sur l'histoire du pétrole, de sa découverte et de son exploitation. Vous verrez le nombre d'erreur, de catastrophes et de pollutions engendrés par cette sources d'énergie au cours des 200 dernières années... Je parie dès à présent que l'énergie électrique marine ne produira JAMAIS autant de dégats en 1000 ans. Dois parler de l'histoire de l'exploitation des mines d'uranium et des rares catastrophes nucléaires aux impacts si gigantesque? Ou préférez-vous la version actuelle de l'exploitation des schistes bitumineux et de la réouverture de mines de charbon en Europe?

De toute façon, on a besoin d'énergie (même si on arrive à devenir très peu énergivore), alors je préfère de très loin ces nouvelles solutions d'énergies marines, solaires, géothermique, éolienne et hydraulique même si l'impact n'est et ne sera jamais vraiment neutre.

Pierre Energie | 27 mai 2014 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…