En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien français : la reprise se confirme en 2015

Energies  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

La filière éolienne française a installé 1.073 MW supplémentaires en 2015 selon la fédération France Energie Eolienne (FEE). Le cap des 10.000 MW a d'ailleurs été franchi courant 2015. Le rebond observé en 2014 avec 1.042 MW installés se confirme : une "bonne nouvelle" selon Frédéric Lanoë, président de FEE. "La filière se stabilise et confirme la bonne dynamique de l'emploi observée en 2014 avec des recrutements en hausse de 15% par rapport à 2013". Soixante pourcent de ces nouvelles installations terrestres se concentrent dans le nord et l'est de la France, les deux régions historiques de l'éolien.

Côté industriels, sept constructeurs européens se partagent le marché français et notamment Vestas (30%), Enercon (22%), Nordex (19%) et Senvion (15%).

Accélérer le rythme pour maintenir le cap de la PPE

Pour les professionnels de l'éolien, il est évident que le rythme de 2014 et 2015 doit s'accélérer pour répondre aux objectifs de la transition énergétique. La programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) en cours de préparation doit fixer le cap pour atteindre 40% d'énergies renouvelables d'ici 2030. Selon FEE, la première étape de 2023 doit viser 27 GW d'éolien installés : "cela sous- entend de passer d'un rythme d'installation d'1 GW/an à 1,5, voire 2 GW/an. Il faut donc passer la troisième vitesse", prévient Frédéric Lanoë.

Le contexte réglementaire et économique s'est amélioré ces derniers mois avec les assouplissements de la loi Brottes, la confirmation du tarif d'achat et des taux d'emprunt bas qui bénéficient à cette industrie très capitalistique. Pourtant, la filière note encore des freins à lever "rapidement". FEE appelle donc à poursuivre la "nécessaire" simplification et stabilisation du cadre réglementaire, l'accélération du traitement des recours contre les projets, la réduction des délais de racordement et l'assouplissement de certaines contraintes spatiales (radars de la Défense).

Réactions1 réaction à cet article

 

Autrement dit le lobby se montre satisfait de pouvoir,avec la complicité des politiques , dénaturer nos paysages pour son plus grand profit .
On ne saurait se montrer plus cynique .

sirius | 25 janvier 2016 à 11h55
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]