Actu-Environnement
 
 
 
 

“ Il n'y a pas d'autre solution que d'apprendre à vivre avec moins de pétrole ”

A l’occasion de la neuvième conférence mondiale de l’Association d’étude des pics de production de pétrole et de gaz naturel, à Bruxelles, Actu-Environnement a demandé au président de l’ASPO, Kjell Aleklett, une mise au point sur l’évolution des ressources de brut à moyen terme.

Interview  |  Energies  |    |  Actu-Environnement.com
   
“ Il n'y a pas d'autre solution que d'apprendre à vivre avec moins de pétrole ”
Kjell Aleklett
Président de l’ASPO
   

Actu Environnement : Comment a été identifié le pic pétrolier ?

Kjell Aleklett : En 1998, les géologues Jean Laherrère, ancien expert chez Total, et Colin Campbell, fondateur de l'ASPO, ont réalisé une étude inédite sur le pic pétrolier, à partir des données de Petroconsultants, première base de données indépendante sur les ressources pétrolières. Fondée à Genève dans les années soixante par l'expert américain Harry Wassall, Petroconsultants a constitué un réseau international de géologues et de retraités expérimentés de l'industrie pétrolière, qui ont alimenté cette base de statistiques pendant une trentaine d'années. Les compagnies pétrolières elles-mêmes fournissaient des chiffres, pour savoir indirectement ce que leurs concurrentes déclaraient comme estimations de ressources. Censurée par ses commanditaires, l'étude de Jean Laherrère et Colin Campbell est finalement parue dans la revue Scientific American en mars 1998, sous le titre "La fin du pétrole bon marché". Cette étude annonçait le pic pétrolier pour 2004. Finalement, le pétrole conventionnel a atteint son pic en 2006, ainsi que l'a confirmé l'Agence internationale de l'énergie dans le World Energy Outlook de 2010.

AE : C'est dans ce contexte qu'a été créée l'ASPO ?

KA : C'est effectivement en 2002 que j'ai organisé en Suède la première conférence de l'ASPO. A l'époque, nous avions diffusé un communiqué de presse annonçant qu'il y aurait autour de 2010 un pic de tous les pétroles, pas seulement du brut conventionnel, mais aussi des pétroles lourds et des sables bitumineux, et que la production totale annuelle atteindrait alors 30 milliards de barils. Les faits nous ont donné raison : la production totale a été chiffrée à 30,1 milliards de barils en 2010. La question est de savoir maintenant quelle sera la production de pétrole en 2011, 2012, 2013, ... Dans mon université à Uppsala (Suède), nous avons établi quatre scénarios, un scénario optimiste, un scénario pessimiste et deux scénarios intermédiaires. Dans le meilleur des cas, nous évaluons la production à 93 millions de barils par jour, mais cette hypothèse optimiste n'est pas validée, du fait que les gisements géants en Irak n'ont toujours pas été mis en production. Ce qui va se passer dans les prochaines années est très lié à l'évolution des investissements pétroliers en Irak, acteur clé de l'approvisionnement futur en pétrole conventionnel. Ce pays est en mesure de produire 4 à 5 millions de barils additionnels par jour. Alors que le reste des gisements du monde est en déclin. Le pétrole extrait de la Mer du Nord est en baisse : la production des plates-formes y est passée de 6 millions de baril/jour à 3 millions aujourd'hui. Les forages à grande profondeur, comme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique, déclinent aussi. Les forages offshore d'Afrique de l'Ouest tournent à pleine capacité. Les autres grands gisements sont aujourd'hui en déplétion : Sumatra en Indonésie, Cantarell au Mexique, Gippsland en Australie, Daqing en Chine. En résumé, tous les gisements, en dehors du Moyen-Orient, ont passé leur pic.

AE : Qu'en est-il de la production de l'Arabie Saoudite ? Le gisement de Ghawar reste-t-il le plus grand champ du monde ?

KA : Les champs pétroliers d'Arabie Saoudite sont effectivement énormes. Prenez, par exemple, le champ pétrolier d'Abqaiq, le plus ancien d'Arabie Saoudite. Mis en production en 1946 , il a été exploité pendant une cinquantaine d'années et ne s'est éteint que récemment. Des champs de cette taille, seule l'Arabie Saoudite en recèle. Estimer les réserves précises de ce pays est plus compliqué que calculer ce qui reste dans les puits de la Mer du Nord, car les données sont plus nombreuses pour cette zone géographique. Quoiqu'il en soit, du pétrole, il en reste beaucoup en Arabie. Reste que, si les Saoudiens ne décident pas de mettre de nouveaux puits en exploitation, leurs gisements vont décroître de 6% par an. En Arabie Saoudite, l'enjeu est d'investir pour mettre en exploitation de nouveaux puits.

AE : Le pic pétrolier n'est donc pas seulement un problème géologique, c'est aussi une affaire d'investissements et de coût de l'extraction ?

KA : Exactement. On peut dire que les gisements de la Mer du Nord ont atteint leur point de bascule géologique. L'Arabie Saoudite peut produire durablement entre 10 et 12 millions de barils par jour, mais ne pourra pas doubler sa production, pour des raisons à la fois géologiques, techniques et d'investissements. Ce qui n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour le reste du monde. Nous consommons aujourd'hui, chaque jour sur la planète, quelque 70 millions de barils de brut. Si le monde ne réduit pas sa consommation, il va manquer l'équivalent de trois Mers du Nord pour compenser la déplétion des champs principaux. Il n'y a pas d'autre solution que d'apprendre à vivre avec moins de pétrole.

Propos recueillis et traduits par Agnès Sinaï.

Réactions6 réactions à cet article

 

Il y a vraiment des spécialistes qui passent leur temps à défoncer des "portes ouvertes"... Il y a longtemps que l'on sait que la réduction drastique de consommer du pétrole se pose... ce que nous avons "gaspillé" la génération futur ne l'auras plus et quand il n'y en aura plus, il n'y en aura plus... on pourra danser ou manifester... les gisements sont tous des réserves "finies" et non indéfinies... Seul le solaire pourra sauver la mise... il y a 20 ans que les carburants devraient être "rationné"...mais nos politiciens sont des "charlots" qui rêvent ... il rêvent surtout à être ré élu; par ici la monnaie mais ce ne sont pas des "gestionnaires"; la preuve notre planéte est en "lambeaux" sociale,financier, morale de toutes les abérations du monde

bertrand | 05 mai 2011 à 08h31
 
 

Bertrand, ne critiquez pas le spécialiste. Apparemment il faut continuer à enfoncer les portes ouvertes, car certains n'ont toujours pas compris que les réserves de ressources naturelles sont finies.

ecolowoman | 05 mai 2011 à 12h21
 
 

Ca alors! Quelle nouvelle!
Il semble que Yves Cochet l'avait écrit il y a des années dans son "Pétrole Apocalypse".
Mais quand il avait essayé de faire passer sa réflexion à l' Assemblée nationale ,il n'avait obtenu que des quolibets de la part de ses petits génies de camarades députés.

sirius | 05 mai 2011 à 15h44
 
 

Les gens avisés par cette pénurie connaissent toute l'histoire par coeur, mais les autres...trouvent que c'est absurde de se poser ce genre de question: "-papa, y aura-t-il du pétrole demain?" -"Mais bien sur ma fille!! pourquoi poses tu la question?"
bien sur c'est évident nos économistes et politiciens trouveront la solution en créant de la croissance infini!!

fati | 06 mai 2011 à 00h50
 
 

Moi aussi je vais enfoncer les portes ouvertes.
Depuis longtemps on sait que le pétrole est en quantité finie. Pas de surprise. Les questions qui se posent sont :
- combien en reste-t-il ? Cela dépend si l'on écoute les spéculateurs qui rêvent d'un litre d'essence à 2 euros et annoncent une pénurie à court terme ou des géologues qui peuvent nous donner une vision à plus long terme
- que fait-on pour remplacer le petrole ?
Pour se chauffer, la pompe à chaleur c'est propre, mais c'est nucléaire.
La voiture électrique, ça ne pollue pas où ça roule, mais c'est nucléaire aussi ! La solution n'est pas là
La réponse tient dans des investissements volontaristes dans la recherche et dans les économies d'énergie.
La recherche devra déterminer des solutions plus intelligentes que les "éco"carburants qui sont une stupidité (les champs ne sont pas faits pour nourrir les voitures mais les hommes).
Il faut construire des bâtiments intelligents, pour arrêter de les chauffer l'hiver et climatiser l'été.
Ca passe par un changement de mentalité, par la formation (un maçon ça pose des parpaings comme son père et son grand-père et c'est tout) et par des investissements un peu supérieurs à la construction.

tetris | 13 mai 2011 à 16h16
 
 

en cherchant bien on en trouvera encore et encore du pétrole, certain se réjouissent de la fonte des calottes polaires, et les affaires allant bon train, on brulera donc sans trop se soucier le pétrole, les shistes bitumineux ... jusqu'à la dernière goutte, en reportant toujours à demain les bonnes décisions, à moins que chacun d'entre nous fasse sa petite part du travail , la "part du colibri" sans attendre les changements de nos politiques.

danylevert | 21 mai 2011 à 19h24
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]