Actu-Environnement
 
 
 
 

Le ministère de l'Environnement passe officiellement entre les mains du Premier ministre

Nathalie Kosciusko-Morizet, fraichement nommée porte-parole du candidat Sarkozy, a officiellement quitté ses fonctions de ministre ce jeudi. Elle a passé le relais à François Fillon, qui reprend les rênes du ministère jusqu'aux élections.

Politique  |    |  Actu-Environnement.com

C'est au volant de sa voiture que Nathalie Kosciusko-Morizet a pris le chemin de ses nouvelles fonctions auprès de Nicolas Sarkozy, après avoir passé la main à François Fillon. Officiellement nommée porte-parole de Nicolas Sarkozy le 17 février dernier, elle avait annoncé son intention de quitter ses fonctions pour "éviter tout mélange des genres".

Lors de la passation de pouvoir à l'Hôtel Matignon ce jeudi matin, la désormais ancienne ministre de l'Environnement s'est dit très émue de quitter ses fonctions mais "fière du travail réalisé pendant toutes ces années" : "Nous avons, avec le Grenelle de l'environnement, transformé la France (…). Nous avons aussi protégé la santé des Français", grâce au travail sur le plan national santé environnement, le renforcement de la sûreté nucléaire et "l'opposition aux OGM et aux gaz de schiste".

Avant de passer le relai à François Fillon, NKM s'est dit rassurée : "Je quitte ce ministère et mes fonctions le cœur tranquille, parce que c'est le Premier ministre qui reprend ces attributions, et il sera épaulé par Thierry Mariani et Benoit Apparu. (…) C'est la garantie du non démantèlement du ministère (…), d'un arbitrage au plus haut niveau. C'est une consécration de finir cette mandature entre vos mains", a-t-elle déclaré à François Fillon. Lequel a félicité la "remarquable ministre de l'Environnement" et souligné qu' "aucun gouvernement de la Vème république n'a fait autant pour l'environnement". Le Premier ministre a poursuivi : "J'exercerai pleinement ces fonctions. Je reçois l'ensemble des conseillers du ministère dès cet après-midi".

Agir pour l'environnement dresse un bilan bien différent

Pour Agir pour l'environnement, le non-remplacement de la ministre de l'Ecologie à la tête du ministère de l'Environnement est "une situation inédite depuis 1971". "La réélection de l'ancien président de la République semble plus important pour l'ancienne ministre de l'Ecologie que la préparation du sommet onusien de RIO+20 qui aura lieu en juin prochain et nécessite au contraire la présence d'un ministre à plein temps. La continuité de l'Etat en matière d'environnementale est donc clairement en question avec le départ de Mme Kosciusko-Morizet et de son non-remplacement".

L'association tire un bilan du quinquennat en matière d'environnement bien différent de celui présenté par NKM et Fillon... "Les résultats sont très loin des objectifs (modestes !) retenus dans la loi Grenelle 1", indique-t-elle. Et de faire la liste des objectifs non tenus.

La loi Grenelle 1 prévoyait de porter à 25 % la part du fret non routier d'ici à 2012. Le fret non routier est passé de 12,6 % en 2008 à 11,3 % en 2010. Pour l'électricité renouvelable, l'objectif était de 21 % en 2010. La France atteint 14,5 % en 2010, contre 18 % en 1995. La loi Grenelle 1 visait 6 % de la surface agricole utile en bio d'ici 2012. Fin 2011, 4,6 % de la SAU était en bio. Toujours pour l'agriculture, le plan Ecophyto vise une réduction de 50 % de la quantité des pesticides d'ici 2018. L'usage des pesticides a augmenté de 2,6 % en 2011. Sans parler de l'abandon de la taxe pique-nique, de la contribution climat énergie et du report de la taxe poids-lourds.

Réactions1 réaction à cet article

 

A quand la vignette pour les voitures Diesel ??

Mamie | 06 avril 2012 à 14h16
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]