Actu-Environnement
 
 
 
 

Les systèmes alternatifs

L’Assainissement Non Collectif Actu-Environnement.com - Publié le 19/10/2009
L’Assainissement Non Collectif  |    |  Chapitre 6 / 6
Les systèmes alternatifs n’étaient jusque là, pas autorisés en France, sauf à titre dérogatoire. Un arrêté du 7 septembre 2009 ouvre la voie à de nouveaux dispositifs, sous réserve que ceux-ci passent avec succès l’évaluation en plateforme d’essai. Microstations, septodiffuseurs, filtres à coco, à tourbe… devraient prochainement arriver sur le marché.

Les micro-stations

La micro-station, ou mini station d'épuration, est un système d'épuration individuel et autonome efficace qui ne nécessite pas d'épandage. C’est une reproduction miniaturisée, à l'échelle de l'habitation individuelle, des petites stations d'épurations urbaines.
La prise en charge des eaux usées se fait en quatre étapes : la collecte des eaux usées, le prétraitement et le traitement par activation biologique, la clarification par séparation des boues et de l'eau traitée et le rejet dans le milieu hydraulique superficiel.
Il existe deux systèmes de micro-stations. La micro-station à boues activées fonctionne grâce à des bactéries en suspension dans le bassin d’activation. L'apport en oxygène pour les bactéries se fait soit par agitation soit par insufflation d'air avec un compresseur. La micro-station par culture fixées fonctionne avec des bactéries fixées sur une structure. L'oxygène est apporté par insufflation d'air avec un compresseur.
L’intérêt de ces systèmes est leur faible emprise au sol. Le prix d'achat reste similaire a une filière du type fosses toutes eaux et filtre à sables. Cependant, les micro-stations ne sont pas éligibles à l’éco PTZ, puisqu’elles nécessitent de l’énergie pour fonctionner.
Le principal inconvénient repose sur le coût à l’usage. Ces systèmes nécessitent un entretien régulier, avec une vidange tous les 6 à 12 mois selon les types d'appareils (les micro-stations produisent régulièrement des boues en excès). Un contrat de maintenance est donc fortement conseillé. Ces systèmes fonctionnent à l’électricité. Leur fonctionnement peut donc être perturbé par des coupures d’électricité. Enfin, les microstations sont très sensibles aux variations de charge en eaux usées, lors d’une fête par exemple.

Le septo diffuseur

Le septo diffuseur intervient après l’étape de pré traitement dans un système traditionnel d’assainissement non collectif. Il s’installe au-dessus d’une aire d’épandage, d’un filtre à sable ou d’un tertre d’infiltration. Son principal avantage est de réduire la zone de filtration et d’infiltration. Il remplace en effet la zone de répartition du gravier et crée un support où la couche biologique de colmatage se développe. Le procédé associe une fonction filtrante à une fonction irrigante et permet une distribution uniforme d'eaux usées domestiques, et leur épuration préalable avant infiltration dans le sol naturel ou reconstitué.

Les filtres compacts

De nouveaux filtres devraient apparaître sur le marché, déjà utilisés dans d’autres pays en lieu et place du filtre à sable. Le filtre coco ou le filtre à tourbe réduisent considérablement la surface d’épandage par rapport aux filières classiques.
Le filtre composé de coco fonctionne par filtration biologique voire filtration et rétention des polluants jusqu'à dégradation. Ce procédé aurait plusieurs avantages : économe en espace, il ne produit pas de déchet et est renouvelable dans le temps. Un entretien annuel suffirait pour garder le filtre en bon état. En fin de cycle de vie (10 ans en moyenne), le filtre peut servir de compost.
Le filtre à tourbe présenterait les mêmes avantages que le filtre coco : compact et renouvelable.
Le filtre à roseau permet d'optimiser le traitement des eaux usées. Les roseaux sont plantés sur des massifs filtrants constitués de plusieurs couches de granulats superposées. Une fois épurées, les eaux sont rejetées dans une rivière, dans le sol, dans une mare artificielle ou vers l’irrigation de cultures. Parmi ses avantages par rapport aux filières traditionnelles, la compacité de l’épandage, la fiabilité de fonctionnement et l’intégration à l’environnement.

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]