En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les installations concourant à l'élimination des déchets ménagers par stockage sont redevables de la TGAP

La Cour de cassation vient de rendre une décision qui devrait conduire à taxer davantage les centres de traitement des déchets ménagers. La TGAP ne s'applique pas qu'aux installations de stockage stricto sensu.

Déchets  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°356 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°356
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

La chambre commerciale de la Cour de cassation a rendu le 2 février une décision qui devrait particulièrement intéresser les exploitants de centres de traitement des déchets ménagers, en particulier ceux comprenant des installations de tri mécano-biologique (TMB).

La Haute juridiction annule en effet la décision de la cour d'appel de Montpellier portant sur la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) due par le centre de traitement des résidus urbains situé sur les communes de Sauvian et de Vendres (Hérault). Les juges d'appel avaient donné raison au syndicat intercommunal qui exploite ce centre plutôt qu'à l'administration des douanes, estimant qu'il n'était pas redevable de la taxe sur les quantités de déchets ménagers réceptionnés dans son unité de TMB.

Déchets non déclarés

Les douanes avaient constaté que le centre ne déclarait pas l'ensemble des déchets qu'il réceptionnait mais seulement ceux issus de son usine de tri mécano-biologique destinés à être enfouis. Elles lui avaient donc notifié une infraction de fausse déclaration des quantités de déchets réceptionnés, cette fausse déclaration lui ayant permis de réduire le montant de la taxe due pour les années 2006 à 2008.

Pour donner raison à l'exploitant, la cour d'appel s'était appuyée sur le bulletin officiel des douanes du 28 novembre 2006 qui distinguait les notions de site et d'installation, et qui précisait que seules les quantités de déchets admises dans les installations prises individuellement et entrant dans le champ d'application de la TGAP étaient taxables. Or, elle avait constaté que plusieurs installations étaient présentes sur le site : une déchèterie, une usine de tri et de compostage, et un centre d'enfouissement.

Elle en avait donc conclu que l'installation de TMB n'était pas une installation de stockage et qu'elle constituait par principe un équipement non assujetti à la TGAP. Une installation de stockage, avait-elle précisé, se définit comme une installation d'élimination de déchets par dépôt sur le sol ou enfouissement dans des cavités artificielles ou naturelles sans intention de reprise ultérieure.

La Cour de cassation casse cette décision estimant que les juges d'appel auraient dû rechercher si l'usine de TMB ne constituait pas l'une des unités de l'installation mentionnée dans l'arrêté préfectoral autorisant l'exploitation du centre et si "elle ne concourait pas, avec le centre d'enfouissement, à l'élimination des déchets par stockage".

Incidences importantes sur la fiscalité

Cette décision, d'importance comme le souligne sa publication au bulletin de la Cour, pourrait avoir des incidences non négligeables sur la fiscalité frappant les centres de traitement de déchets ménagers au titre de la TGAP. D'autant que ces deux critères fixés par la chambre commerciale pourraient s'appliquer non seulement aux installations de TMB mais également à d'autres types d'installations présentes dans les centres de traitement des déchets.

La décision a été rendue sur la base des dispositions du code des douanes applicables au moment des faits, qui visaient les installations de stockage de déchets ménagers et assimilés, mais on peut envisager que cette jurisprudence s'applique à toutes les installations "de stockage ou de traitement thermique de déchets non dangereux soumises à autorisation", désormais visées par l'article 266 sexies du code des douanes.

Cette décision est également intéressante dans la mesure où le Gouvernement annonce la relance du projet de réforme de la TGAP qui devrait davantage favoriser le recyclage. Sans nul doute que l'exécutif l'étudiera donc de près, tout comme la décision du Conseil constitutionnel sur les réfactions de taxe rendue en septembre. Et ce, alors que certains professionnels dénoncent d'ores et déjà les effets pervers d'un renchérissement de la taxation du traitement et du stockage qui pourraient encourager des comportements non vertueux si le principe d'égalité n'était pas strictement respecté.

Réactions3 réactions à cet article

 

Bonjour,
Si je comprends bien, le TMB, qui est sur le même site de l'ISDND, a été considérée comme faisant partie de l'installation "ISDND", tous les déchets devaient être taxés. Mais alors j'espère que la part qui finit réellement en stockage n'est pas à nouveau soumise à la TGAP ?
Et si le TMB avait été sur un autre site, voire sur le même site mais avec son propre arrêté d'exploitation, là il n'y aurait pas eu de TGAP ?

Viniasco | 16 février 2016 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
j'ai pris connaissance de votre article du 15.02.2016 concernant la décision de la Cour de cassation portant sur la TGAP/installations de stockage des déchets.
Peut on considérer qu'une déchèterie et un centre de tri des déchets peuvent être assimilés à une installation de stockage des déchets ménagers et donner lieu, si la commune le décide, à la perception de la taxe sur les déchets prévue aux articles L2333-92 et suivants du CGCT ?
Avec mes remerciements.
Cordialement.
Pierre LOUBET
Maire de Gilly sur Isère (73)

gilly | 25 mars 2016 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Si la déchèterie ou le centre de tri ne sont pas sur le même site que l'installation d'élimination des déchets par stockage, la réponse est négative.
S'ils sont sur le même site, il faut voir s'ils concourent à l'élimination des déchets par stockage mais, contrairement à une installation de TMB, cela semble peu probable dans la mesure où les déchets qui en sortent ne sont pas destinés à l'enfouissement.
Cordialement,

Laurent Radisson Laurent Radisson
25 mars 2016 à 18h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…