Actu-Environnement
 
   
 

Forum mondial de l'eau : Nicolas Sarkozy présente les ambitions de la France

Ressources naturelles  |    |  Actu-Environnement.com
En juin 2009, le Conseil mondial de l'eau a retenu la candidature de la France et de Marseille pour accueillir le 6e Forum mondial de l'eau prévu en mars 2012. En marge de la réunion de préparation du Forum organisée les 3 et 4 juin à Marseille, le Président de la République Nicolas Sarkozy a affirmé hier à l'Elysée, qu'il voulait ''faire de l'eau une ressource protégée, à partager au sein d'un même pays, comme entre les nations'', ajoutant qu'il fallait ''mettre l'eau au coeur des politiques, de toutes nos politiques''.

''L'eau abondante et saine qui coule de chaque robinet dans nos pays ne doit pas le faire oublier que, en cet instant même, en bien des points du monde, l'eau est souillée ou trop rare (…) Dans le monde d'aujourd'hui, l'eau tue plus que les guerres, la famine ou le sida'', a souligné M. Sarkozy. ''1 milliard d'habitants n'ont pas accès à l'eau potable ; 2,5 milliards d'habitants n'ont pas accès à l'assainissement et 8 millions de personnes, dont 2 millions d'enfants, meurent chaque année de l'eau insalubre qu'ils boivent'', a-t-il rappelé.

Le Président souhaite également que le prochain Forum ''se donne les moyens de reconnaître et d'organiser un droit universel à l'eau et à l'assainissement''. Selon Nicolas Sarkozy, ''en 2008, l'ensemble des financements français a permis l'accès à l'eau et à l'assainissement de 2,5 millions de personnes supplémentaires dans les pays en développement''. Il entend également ''replacer la question de l'eau au coeur des discussions'', lorsque la France présidera le G8 et le G20, en 2011.

Le Président a aussi souhaité que le Forum de Marseille ''expérimente un processus de concertation autour de l'eau entièrement nouveau, ouvert sur toutes les parties prenantes, à l'image de ce qu'a été, en France, le Grenelle de l'Environnement, rassemblant les ONG, les collectivités, les entreprises, les syndicats et les Etats''.

Le Forum Mondial de l'Eau est une manifestation qui se tient tous les trois ans depuis 1997 et qui réunit, au plan international, gouvernements, collectivités territoriales, secteur privé et acteurs de la société civile. Plus de 400 représentants de plusieurs dizaines de pays et d'organisations doivent se retrouver ce jeudi et vendredi 4 juin à Marseille ''afin de définir les principales priorités mondiales relatives à l'eau et débattre des objectifs à atteindre'' en vue du Forum de 2012.

Réactions2 réactions à cet article

 
Epuration: Bancs d'essai comparatifs

Pour que l'humanité puisse réellement progresser en techniques d'épuration au moindre coût, ne faudrait-il pas créer quelques unités de recherche internationale dirigées par des scientifiques réellement indépendants des majors de la profession où des procédés concurrents seraient mis en parallèle dans des conditions rigoureusement identiques d'effluents et de climat ?
Suggestion irréaliste sans doute...mais des procédés prometteurs, optimisant au moindre coût la biomasse et la qualité des boues, peuvent parfois avoir quelque mal à se faire connaître et tester avec une rigueur impartiale....

bruk | 26 juin 2010 à 03h02
 
 
Re:Epuration: Bancs d'essai comparatifs

ci-dessous raison de plus pour de tels bancs comparatifs:

« il est déjà connu que certaines substances médicamenteuses peuvent avoir un impact significatif sur la flore et la faune, notamment en matière de modulation endocrinienne, qui peut survenir à doses très faibles. La prudence reste toujours de mise. De tels impacts écologiques, à faibles concentrations et surtout en association, ont été insuffisamment évalués à ce jour », explique Jean-Marie Haguenoer.
Des traces de substances médicamenteuses appartenant à une quarantaine de classes thérapeutiques, ont été détectées dans les eaux superficielles, à la sortie des stations d’épuration en France, mais aussi sur tous les continents.

Il a été aussi mis en évidence que des stations d’épuration pouvaient transformer certaines substances et leur redonner une forme biologiquement active.

De plus, toutes les substances présentes dans les boues d’épuration peuvent théoriquement être transférées à l’homme après épandage sur les sols via les plantes alimentaires et/ou les animaux d’élevage, mais cette possibilité est aussi insuffisamment documentée.
L’évaluation des risques est complexe du fait :
- du nombre et de la variété des médicaments et dérivés, qui sont très élevés ;
- de la biodiversité environnementale avec des écosystèmes interactifs, très difficiles à reproduire en laboratoire ;
- des limites de l’évaluation des effets des mélanges de substances chimiques à faibles concentrations ou doses.

bruk | 28 juin 2010 à 10h26
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]