Actu-Environnement
 
 
 
 

Gaz de schiste : le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction mais pourrait envisager des recherches

Gestion des risques  |    |  Actu-Environnement.com

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur d'une réflexion sur les gaz de schiste : "L'exploitation des gaz de schistes pose des problèmes environnementaux sérieux. Est-ce qu'il y a des évolutions technologiques possibles ? La réponse est oui. Donc, il faut mettre ces questions sur la table et en débattre très tranquillement", a-t-il déclaré lors de son audition par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale le 19 juillet dernier.

Interrogée sur le sujet, la ministre de l'Ecologie a indiqué le 20 juillet sur BFM TV que "rien dans l'agenda du gouvernement aujourd'hui n'envisage de revenir sur l'interdiction de la fracture hydraulique" et a rappelé qu'une réforme du Code minier allait être engagée par le gouvernement.

Mais selon Europe 1, à l'occasion de la réunion de préparation de la conférence environnementale organisée par Jean-Marc Ayrault et Delphine Batho avec les principales ONG environnementales (Greenpeace, France Nature Environnement, la Ligue de Protection des Oiseaux) le 24 juillet, "une réflexion sur l'opportunité d'exploiter le gaz de schiste" devrait être au menu des discussions. "Concrètement, il s'agit d'obtenir en amont l'aval des ONG pour des recherches sur le dossier suivi d'une étude d'impact pour prendre en compte les critères environnementaux", indiquent les journalistes Martial You et Fabienne Cosnay.

La mission interministérielle sur les gaz de schiste, lancée en février 2011 par les ministères de l'Ecologie et de l'Energie, préconisait, dans son rapport final qui a été présenté le 22 mars, d'axer les recherches sur la fracturation hydraulique, seule technologie bénéficiant déjà d'un large retour d'expériences, et de mettre en place un programme d'exploration dans le Bassin Parisien.

Réactions3 réactions à cet article

 

Haha... [I'm choking] : l'alliance avec EELV, c'était juste pour les 2% de Joly on dirait ... sauf que cette fois, contrairement au gouvernement précédent et son "Napoléon", ce gouvernement-ci semble être plus sensible au soutient du Peuple (et de la Société Civile) et à ne pas lui donner l'impression qu'il est entrain de se faire lourdement flouer...

Toujours est-il que, par principe (sur le principe technologique), je vois vraiment pas comment une fracturation hydraulique (en fait, on devrait plutôt dire "explosion souterraine-extraction chimique" : ce serait plus réaliste) ne pourrait pas être lourdement impactante pour l'environnement et les populations à proximité (d'autant plus que la concentration de population du Bassin Parisien n'est absolument pas la même que celle des grands domaines de fermes étasuniènes qui ont eu le malheur de se retrouver avec une exploitation voisine à quelques centaines de mètres mais pour le moins indésirable).
Mais je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de soucis à se faire (pour le moment) : que ce soit dans le Bassin Parisien comme en Provence, les collectifs citoyens anti-gaz-de-schistes ont réussi de réelles mobilisations démonstratrices qui a calmé net le gouvernement passé quand ils se sont mis à manifesté, donc ça devrait l'être encore plus pour celui-ci.

Enfin, dommage qu'il ne soit pas expliqué pourquoi le ministre du redressement productif se prononce avant celle de l'environnement et de l'énergie (dont c'est la responsabilité).

Lionel | 24 juillet 2012 à 11h55
 
 

On peut aussi se poser la question de la Géothermie Profonde ,un potentiel énorme dans le Rhin Supérieur par ex, mais complètement ignoré par les Politiques? Dans ces zones, la recherche de sources de pétrole n'a pas été concluante, mais a prouvé que la potentialité géothermique est présente. Alors , pourquoi se faire la contenter de gesticuler sur la fracture hydraulique, alors que l'avenir énergétique est disponible dans ces profondeurs, mis en en évidence par les géologues miniers?

arthur | 25 juillet 2012 à 21h03
 
 

au lieu de re discutter d un sujet qui lèvera les gens dans les rues et les champs au premier camion sur la routes du derrick, il ferait mieux, le ministre, de relancer la fillière PV et ENR pour:
redonner de la fabrication en france de panneaux, de ballons ECS etc
redonner du travail aux artisans installateurs,
la RT 2012 va dans le bon sens, mais les prix restent hauts,
en fixant les règles prix de vente au KW,pour éviter les dérives limitation technique aux importations
reduire la conso de fait, elect et gaz grace au soleil
....
je vais pas tarder a lui écrire, moi

bruno 74 | 25 juillet 2012 à 21h48
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]