En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ambroisie : la plante envahissante coûte cher

Originaire d'Amérique du Nord, la plante n'en finit plus de coloniser davantage la France et l'Europe. Entraînant asthme et réactions allergiques, l'herbacée pose un vrai problème de santé publique et fait l'objet d'une proposition de loi visant à coordonner un plan de lutte national.

Reportage vidéo  |  Risques  |    |  Baptiste ClarkeActu-Environnement.com
Ambroisie : la plante envahissante coûte cher

L'ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia) est aussi appelée Ambroisie élevée, Herbe à poux ou encore Petite herbe à poux. Derrière ces noms plus ou moins drôles se cache une herbacée annuelle originaire d'Amérique du nord. Envahissante, la plante introduite en Europe à la fin du XIXe siècle se répand de plus en plus vite sur le vieux continent, et notamment en France dans la vallée du Rhône et maintenant en Poitou-Charentes.

Problème, avec les changements climatiques, l'espèce, de la famille des Astéracées, produit plus de pollen, lequel est à l'origine d'allergies de plus en plus nombreuses. Si la majorité des manifestations restent bénignes, certaines peuvent parfois être très sévères à l'instar de fortes rhinites avec irritation et picotements du nez, crises d'éternuements, écoulement et obstruction nasale, conjonctivites et larmoiements, démangeaisons, rougeurs, toux, oppression thoracique, respiration sifflante, asthme avec diminution du souffle, fatigue, maux de têtes, manque de concentration, eczéma, œdème voire urticaire. Comme 12 % de la population Rhônalpine est allergique, l'impact sur la santé est réel et les coûts médicaux deviennent significatifs : 8 à 12 milions d'euros pour la seule région Rhône-Alpes.

Une coordination tardive

Les premières actions de lutte contre l'ambroisie datent d'il y a 10 ans. Certains départements ont depuis adopté des arrêtés préfectoraux. La plante a été inscrite dans le second Plan national santé-environnement 2009-2013. Cet été, la France a mis en place un observatoire interministériel sous l'égide des ministères de l'Agriculture, de l'Écologie et de la Santé, hébergé par l'INRA de Dijon pour coordonner la lutte contre cette plante.

Enfin, 30 parlementaires ont déposé ce 13 juillet 2011, une proposition de loi pour coordonner la lutte contre cette plante invasive et allergène. Objectif : pallier le déficit législatif applicable sur l'ensemble du territoire, sensibiliser les acteurs sur le terrain (collectivités locales, monde agricole, jardiniers amateurs et grand public), coordonner leurs actions et se donner les moyens de lutter contre l'ambroisie.

Réactions7 réactions à cet article

 

On ne dit pas assez que le développement de l'ambroisie est à l'évolution des pratiques agricoles. L'ambroisie est présente en France depuis environ 150 ans, elle ne se développe de façon importante seulement depuis quelques décennies en lien avec l'utilisation intense des herbicides.
L’ambroisie est une espèce pionnière, opportuniste et peu compétitive. Elle s'installe, au début du printemps, dans toutes les terres dénudées, en particulier les terrains agricoles et les bords de route qui reçoivent de plus en plus de sel en hiver, agissant comme un désherbant.
Il y a obligation de ne pas laisser un terrain nu et de semer par exemple du trèfle, du ray-gras afin d'occuper le terrain. Les garines d'ambroisie peuvent attendre 10 ans en terre avant de trouver l'opportunité de germer.
Le meilleur moyen de lutter contre l'ambroisie c'est de s'attaquer au problème à la source et donc de changer nos pratique agricoles et le salage des routes.
L'ambroisie ne pousse pas n'importe où, vous n'en trouver pas dans votre pelouse !

OG | 15 septembre 2011 à 07h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Grenoblois depuis 5 ans, je suis devenu allergique, donc je fais partie de ceux qui doivent dépenser pour les medoc' et qui creusent le trou de la Sécu aussi. Et qui ont en marre d’éternuer et de se moucher! (pénible et fatiguant, et donne envie de déménager)

Question: quid de la pollution ? aggrave-t-elle le phénomène ?
autre question: sommes-nous plus sensibles que nos aïeuls ? (mode de vie, etc)?

et enfin: coût de l'élimination de cette plante ?

merci

lilian38 | 15 septembre 2011 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette pauvre plante a bon dos. Si on regarde la pollution générée par les transports, l'impact est certainement infiniment plus grand. Arrêtons ce comportement d'Autruche digne des enfants de la maternelle et diminuons les pollutions (imbrulées, goudrons, cendre, NO2, SOx, etc) émises par tous les véhicules diesel, camions, bus, voitures, etc.

Quant à Grenoble, du fait de la situation de cuvette, l'ambroisie n'y est pour rien mais la pollution atmosphérique pour beaucoup. Si on veut vraiment freiner les dépenses de la sécu, limitons par tous les moyens les transports utilisant les moteurs à explosion (et surtout les moteurs diesel). Le problème c'est que l'avion n'a plus de pilote depuis bien longtemps mais le même avion est controlé par les lobbies...

arthur duchemin | 15 septembre 2011 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci, OG,
promenons nous dans un champs de tournesol en juillet/aout, des rangées espacées de 70/80cm de plants de tournesol et entre une allée d'ambroisie la parcelle faisant X m2 et il y a X parcelle en france, chaque plan d''ambroisie faisant quelques milliers de graines. Nous apercevons vite que les solutions arrachage manuel (voir fiches informatives distribuées dans les communes), déracinage par bulldozer dans le lit de la Drôme (en aout 2011) payé par les services de la DDT (ne rigolez pas c'est le nouveau nom des anciennes DDE & DDA regroupés), semblent vraiment ridicules et totalement inefficaces.
Modifions les techniques culturales, ne laissons pas de terres à nues, et l'ambroisie redeviendra une plante colonisatrice en attente.

Gmy | 15 septembre 2011 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai qu'on oublie trop souvent le lobby de l'ambroisie, qui est sournoisement caché derrière pas mal d'autres (je n'ai pas la liste) et qui s'allie non moins sournoisement au lobby des diéselistes, associé lui-même à celui des pétroliers, lui-même en mèche avec le lobby agricole qui, bien évidemment, impose ses vues maléfiques dans le but de prendre le pouvoir et de mener le monde à sa destruction. Qui connaît un agriculteur (non bio, évidemment) sait comment ces gens nourrissent de noirs desseins.
Merci à Arthur pour sa vigilance anti-lobby!

Albatros | 15 septembre 2011 à 14h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je viens de faire construire, j'ai passé toute la journée d'hier à arracher les mauvaises herbes. Aujourd'hui j'ai de grosses plaques rouges avec des grosses cloques sur les bras et jambes. Après visite sur ce site je constate qu'il y avait plein d'ambroisie sur mon terrain.j'habite dans l'Ain.

clocman | 06 août 2012 à 14h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudrait arracher l'ambroisie mais faire venir des ours d'ailleurs, et des loups ... Où est le respect de la nature ?

L'amboisie n'était-elle pas la nourriture des Dieux ?

kodok | 27 août 2012 à 12h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…