En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution de l'air : médecins et associations demandent aux élus locaux d'agir

Pour réduire la pollution de l'air en ville, les collectivités locales doivent revoir leur politique de déplacements, estiment le RAC, FNE, la FUB et des médecins. La place accordée à la voiture doit reculer au profit des mobilités douces.

Transport  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Pollution de l'air : médecins et associations demandent aux élus locaux d'agir

Les collectivités locales doivent prendre à bras le corps le problème de la pollution en modérant le trafic routier au profit des mobilités à faibles émissions. Tel est le message porté ce mardi 10 janvier par le Réseau Action Climat (RAC), France Nature Environnement (FNE), la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) et des médecins spécialistes des maladies respiratoires. Ils soumettent aux élus locaux un guide intitulé "Les villes « respire » de demain, agir sur la mobilité et les transports face à l'urgence sanitaire et climatique".

Les politiques publiques bégayent

"Il n'y a plus de débat sur les impacts sanitaires de la pollution de l'air", explique le pneumologue Jean-Philippe Santoni. Ces impacts concernent l'ensemble de la population - même si les personnes vulnérables sont les plus touchées -, sont source d'une multitude de pathologies - pas uniquement respiratoires -, et sont générés par la pollution atmosphérique chronique, et pas seulement les pics. A ces enjeux sanitaires, s'ajoute la prise de conscience des citoyens lors des pics de pollution de décembre dernier. "Ce ne sont pas les raisons d'agir qui manquent", résume Lorelei Limousin, responsable des politiques Climat et Transports au RAC.

Pour autant, les collectivités locales agissent-t-elles ? Oui et non. Côté positif, les associations notent les initiatives de Paris, Lyon (Rhône) et Grenoble (Isère). En l'occurrence, les associations saluent l'action entreprise par la Ville de Paris qui s'attaque à la pollution chronique en interdisant toute l'année les véhicules les plus polluants. Lyon et Grenoble ont, pour leur part, préférer mettre en place des dispositifs de restriction de la circulation lors des pics de pollution. Côté négatif, les associations pointent du doigt 25 mauvais élèves : dix villes ont restauré des parkings en centre-ville sur des espaces piétons, neuf villes ont remis en cause leur projet de transports collectifs en site propre, huit villes ont rendu le stationnement gratuit et six villes ont supprimé des couloirs réservés aux bus ou aux cyclistes.

Plus globalement, les politiques de lutte contre la pollution de l'air "bégayent", déplore Benoît Hartmann, porte parole de FNE, regrettant "l'inaction liée à un certain fatalisme de la population". Il rappelle en particulier que les zones à circulation restreinte (ZCR) qui voient timidement le jour en France reprennent les grandes lignes des Zones d'action prioritaires pour l'air (Zapa). L'expérimentation de l'interdiction des véhicules polluants dans les Zapa, prévue en 2010 par la loi Grenelle 2, a fait long feu, avant d'être remise à l'ordre du jour en 2015 par la loi de transition énergétique. Pourtant, la mesure est efficace : baisse jusqu'à 12% de la concentration dans l'air des particules (PM10) et des oxydes d'azote (NOx), jusqu'à 15% des particules fines (PM2,5) et jusqu'à 52% du carbone suie, selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Quatre leviers d'action

Pour agir efficacement, les associations recommandent tout d'abord de réguler le stationnement pour limiter le trafic. "Le stationnement est un facteur déterminant du taux de recours à la voiture dans les déplacements locaux", explique le guide des associations précisant qu'"à Lille (…) si le stationnement est assuré sur le lieu de travail, la voiture est choisie par 80% des gens [alors que] ce taux tombe à 58% quand ce n'est pas le cas". La réduction de la part de la voiture dans les déplacements est atteignable, estiment les associations, car la moitié des trajets automobiles effectués en ville font moins de 3 km et 20% moins de 800 m.

Les associations suggèrent aussi de s'inspirer des politiques menées à Paris, Lyon et Grenoble en créant des zones à circulation restreinte (ZCR). "En France, la moitié de la population réside dans le périmètre d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA) et pourrait donc être mieux protégée", explique le guide des ONG. Pour avoir un impact significatif, la ZCR doit s'appuyer sur un périmètre ambitieux, notamment s'agissant des véhicules interdits de circulation. Elle doit aussi faire l'objet de contrôles effectifs et efficaces, quitte à débuter par une période blanche à visée pédagogique.

Le troisième levier proposé est la mise en place de zones à circulation apaisée. Il s'agit de zones de rencontre, qui redonnent la priorité au piéton tout en maintenant un trafic motorisé, des zones piétonnes, où seul le trafic motorisé devient exceptionnel, et des zones 30 km/h. Le guide recommande d'apaiser en priorité les parvis et les places centrales, les quartiers touristiques et historiques, les zones concentrées de commerces, services publics, transports, ainsi que les rues résidentielles ou de lotissements, et les éco-quartiers.

Enfin, le RAC suggère de passer à la ville à 30 km/h. "Nulle obligation d'abaisser la vitesse à 30 km/h sur la totalité de la voirie mais la vitesse de 30 km/h est la mieux adaptée sur 80% de la voirie urbaine", explique le guide. Le document cite en particulier les axes où circulent les lignes de bus structurantes.

Réactions4 réactions à cet article

 

Remettez vous à jour, on dit "mobilités actives" SVP, merci ! ;-)

Sur le fait de passer la ville à 30 km/h, il y a déjà quelques années que je le dis en réunion quand on en parle en ne plaisantant qu'à moitié : pour une ville comme Marseille (qui ne rattrapera jamais son retard en aménagements vélos / aménagements toujours jugés trop coûteux par ailleurs), il n'en coûterait que le prix de 10 panneaux "30 km/h" aux 10 entrées de la ville pour régler le problème, développer le vélo, la marche et les autres modes actifs.
De toutes façons 30 km/h c'est plus de 2 fois la vitesse moyenne de circulation d'une voiture dans notre ville !
A partir de là on pourrait même renverser notre logiciel de pensée et instaurer (panneaux à l'appui) des "axes 50 km/h" dûment signalés par des panneaux eux aussi, là où c'est possible et souhaitable !

Philippe | 11 janvier 2017 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, sans doute un article "sur-mesure" avec les détailles précis qui invitent à la lecture...Mais devant les graves problèmes de santé qui nous touchent à TOUS aujourd'hui ce ne sont que des mesurettes qui aident bien sûr sans pour autant endiguer le fléau de la pollution de l'air, de sols, sonore et on passe. Au contraire, le diesel est encore les gagne pain de fabricants comme PSA-Citroën qui se vantent d'avoir vendu près de 3 Millions de caisses!. C'est sûr, les actionnaires (chinois compris) sont au nuages, pollués mais aux nuages quand mêmes!
Ces gouvernements avec 0 culture responsables devraient les obligés, par des quotas, à fabriquer des voitures propres (électriques, avec pile à combustibles etc)...Les technologies existent et l'argent aussi. Oui celui qu'on utilise pour soigné les malades de la pollution!!! Mais allons vers la vérité, le lobbies pétroliers et les taxes perçus par nos pouvoirs corrompues ne laissent aucun espoir de solution radical...D’ailleurs je me ferai rembourser la lessive pour laver le linge blanc devenu gris-noirâtre à chaque sortie...

Maes | 11 janvier 2017 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Lors de ma première lecture de votre article j'avais vu des renvois (1) (2) etc ...qui dressaient la liste des villes (positif - négatif). Depuis, disparus; vous a-t-on fait des remarques pour éviter de citer les villes en questions

jydeyris | 13 janvier 2017 à 09h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Non, nous n'avons eu aucune remarque. Il s'agissait d'une erreur de mise en page. Les listes sont accessibles sous forme de note (les liens sous "x villes").

Cordialement,

Philippe Collet Philippe Collet
13 janvier 2017 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…