En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

RT des bâtiments existants : l'entrée en vigueur de l'arrêté est repoussée à 2018

Prévue pour 2017, l'entrée en vigueur de l'arrêté qui met à jour la Réglementation thermique des bâtiments existants est reportée à 2018 pour laisser le temps aux industriels de mettre des produits plus performants sur le marché.

Bâtiment  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le Conseil national d'évaluation des normes (CNEN) a émis le 15 décembre un avis favorable sur le projet d'arrêté qui révise la Réglementation thermique (RT) des bâtiments existants de 2007, voté le 6 décembre par le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique.

Pour rappel, en juin dernier, les ministères de l'Environnement et du Logement avaient soumis à consultation publique leur projet d'arrêté qui modifie l'arrêté du 3 mai 2007. Ce texte prévoyait de rehausser, à compter de janvier 2017, les seuils de performance énergétique des équipements installés (isolants, fenêtres, chaudières, etc.), modulés selon les zones climatiques,pour répondre aux exigences européennes et aux réalités du marché. La dernière version du projet d'arrêté prévoit dorénavant une entrée en vigueur au 1er janvier 2018.

Isolation de l'enveloppe décalée à 2018 puis renforcée en 2023

Les exigences de résistance thermique des matériaux d'isolation de l'enveloppe et des parois opaques (murs extérieurs, rampants de toitures, planchers bas, etc), variant selon les zones géographiques, sont désormais décalées à 2018 puis renforcées en 2023. Ce report sert à "laisser le temps aux industriels de se préparer à la mise sur le marché de nouveaux produits", a expliqué le ministère du Logement, dans son étude d'impact du texte datée de novembre.

Des seuils moins élevés sont fixés pour la zone méditerranéenne, exceptés pour les planchers de combles perdus et les murs en contact avec un volume non chauffé, où les seuils sont les mêmes pour toutes les zones. Le ministère du Logement estime que ces exigences sont "adaptées aux contraintes techniques que l'on peut rencontrer lors de projets de travaux dans des bâtiments existants (épaisseur d'isolant limitée sur une toiture terrasse par les relevés d'étanchéité, hauteur disponible pour isoler un comble, etc.)".

Mais les associations France Nature Environnement (FNE) et le Réseau pour la transition énergétique (Cler) dénoncent "un certain nombre de reculs en termes de performance énergétique" dans cette dernière version. "L'administration a introduit des paliers de temps pour soi-disant se caler avec la programmation pluriannuelle de l'énergie 2018 et 2023, ceci sur demande des organisations professionnels qui estiment ne pas pouvoir mettre des produits plus performants sur le marché plus rapidement", a indiqué Adeline Mathien, coordinatrice du réseau énergie de FNE. Les associations ont demandé "au moins que 2023 soit remplacé par 2020".

"Nous ne comprenons toujours pas le maintien du zonage géographique car le confort d'été se crée aussi avec de l'isolation et une ventilation adéquate. Nous avons demandé sa suppression pour les combles perdus sans succès et des exigences de performances juste en dessous du niveau du crédit d'impôt transition énergétique (CITE). Nous avons également demandé quelles sont les études réalisées qui justifient les niveaux choisis de performance énergétiques des matériaux/équipements. Sans réponse", déplore Mme Mathien. Les associations pointent également une baisse des niveaux de performance thermique pour les fenêtres pour toutes les zones géographiques.

Dispositifs de chauffage : des exigences supprimées

L'arrêté simplifie également les dispositions initiales concernant les chaudières. Il supprime les valeurs limites d'efficacité énergétique saisonnière et d'émissions saisonnières des particules fines, de monoxyde de carbone, de composés organiques volatils et d'oxydes d'azote, prévues dès 2017 pour les chaudières à combustible solide (de puissance inférieure ou supérieure à 20 kW). Ces seuils étaient aussi fixés pour les dispositifs de chauffage décentralisé à combustible solide pour 2017, 2018 et 2020. Le projet d'arrêté initial prévoyait d'anticiper l'entrée en vigueur de ces seuils fixés par les règlements européens sur l'éco-conception (Eco-design) des produits liés à l'énergie.

Désormais, le texte rend notamment obligatoire en 2018 les chaudières basse température (BT) ou à condensation en maison individuelle et dans le cas d'un conduit individuel n'excédant pas 10 mètres. Leur rendement "est bien supérieur" à celui d'une chaudière de type B1 (chaudière à évacuation cheminée), a souligné le ministère du Logement. Les chaudières à condensation respectent l'exigence de rendement prévue par la directive Eco-design. "Le présent arrêté renvoie à la directive Eco-design pour les caractéristiques techniques exigées pour [les dispositifs de chauffage et d'eau chaude sanitaire], critères par ailleurs déjà demandés dans le cas de l'éligibilité au CITE", a souligné le ministère.

Ce projet d'arrêté doit être examiné par le Conseil d'Etat et notifié à la Commission européenne. Sa publication au Journal officiel, annoncée avant fin 2016, pourrait intervenir au printemps 2017, selon Emmanuel Acchiardi de la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP).

Réactions1 réaction à cet article

 

Merci beaucoup pour cet article très fourni.
Une petite précision peut être pour lever toute ambiguïté auprès des nombreux lecteurs sur la partie de l'article relative aux dispositifs de chauffage : depuis le 26/09/2015 « le RÈGLEMENT (UE) N° 813/2013 DE LA COMMISSION du 2 août 2013 portant application de la directive 2009/125/CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les exigences d’écoconception applicables aux dispositifs de chauffage des locaux et aux dispositifs de chauffage mixtes » impose que les chaudières à combustible liquide ou gazeux présentent une performance saisonnière minimale de 86%, c'est-à-dire très majoritairement la chaudière à condensation (haute performance). Très peu de chaudières basse température répondant à cette exigence.
Il y a lieu de préciser également qu’on parle de conduits individuels en immeuble collectif seulement. Pour les conduits individuels >10m le texte prévoit qu’une chaudière non étanche à coupe-tirage de type B1 peut être installée, y compris en remplacement d’une chaudière du même type.
Souhaitant ces précisions utiles.
Florence LIEVYN, Déléguée générale de Coénove

Florence | 04 janvier 2017 à 13h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…