Actu-Environnement
 
   
 

La filière bois-énergie en France

Le bois-énergie Actu-Environnement.com - Publié le 15/04/2008
Le bois-énergie  |    |  Chapitre 1 / 9
Souvent associé à une époque révolue ou à une notion d’agrément, le chauffage au bois est de nouveau d’actualité depuis quelques années. Le contexte de hausse durable du prix du pétrole et des énergies associées (fuel, gaz) n’y est pas étranger. Derrière cet intérêt économique, on trouve également un intérêt social avec la promotion d’une ressource locale potentiellement créatrice d’emploi, notamment en France. Sans oublier un intérêt écologique puisque le bois est une source d'énergie renouvelable qui est amenée à se développer dans le cadre du respect des engagements européens et français en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Aux côtés du biogaz et des biocarburants, la filière bois-énergie appartient en effet aux énergies renouvelables basées sur l'utilisation de la biomasse. Elle regroupe toutes les utilisations du bois pour produire de la chaleur, de l'électricité ou les deux simultanément en cas de cogénération. Elle fait appel aux gisements de bois issu de l'entretien des forêts, des rebus de l'industrie forestière et dans une moindre mesure au gisement de bois issu des déchets.
Depuis 35 ans, la consommation française de bois-énergie oscille autour de 40 millions de m3 de bois par an selon la Fédération Nationale du Bois (FNB) ou 9 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) soit quasiment 50% de la production d’énergie renouvelable française. La consommation la plus basse ayant été enregistrée en 1981 (7,7 Mtep), la plus élevée en 1991 (11,6 Mtep). Selon les dernières statistiques de la Direction Générale de l’Energie et des Matières Premières (DGEMP), en 2006, en France, le bois-énergie a permis de produire 1.433 GWh d’électricité (123 ktep*) soit environ 3% de la production d’électricité d’origine renouvelable française. Le bois-énergie reste donc majoritairement utilisé pour la production de chaleur : en 2006 cette production s’est élevée à 8.670 ktep d’énergie thermique soit environ 83% de la production de chaleur renouvelable.

Le bois-énergie s’adresse à quatre types d’utilisateurs : les particuliers pour un usage domestique, les entreprises et notamment celles de l’industrie du bois, les collectivités territoriales et le secteur agricole.
Le secteur domestique utilise encore le bois essentiellement sous forme de bûches pour le chauffage de l’habitat et représente 84% de la production de chaleur de la filière. La consommation de bois pour ce secteur n’a que peu évolué au cours des 30 dernières années (7,3 Mtep). On note surtout un changement d’usage : l’utilisation traditionnelle du bois (cuisinière, chaudières) a été délaissée au profit d’un usage d’appoint (inserts, foyers fermés, poêles). Toutefois, depuis l'an 2000, les ventes d'appareils de chauffage au bois augmentent en moyenne de 5 % par an et il semblerait que les particuliers commencent à envisager le bois comme une solution de chauffage central et non plus comme une énergie d'appoint.
EMAT, partenaire des pros du chauffage et de la climatisation en matière d’énergies renouvelables

Alors que le marché du chauffage s’oriente vers davantage d’énergies renouvelables, EMAT fournit les professionnels du secteur avec une large gamme et des services spécifiques. Son engagement : faciliter l’accès au client à un marché émergent de la première importance.

Vient ensuite le secteur industriel qui a représenté en 2006 presque 13% de la production de chaleur et la totalité de la production d’électricité. Il est composé principalement des entreprises de la filière bois qui valorisent leurs co-produits en chaudière (écorces, sciures, liqueurs noires, chutes). Globalement, cette valorisation est progressivement montée en puissance avec une production actuelle d’électricité de 1.433 GWh contre 713 GWh en 1970 et une production de chaleur de 1.077 ktep actuellement contre 815 ktep en 1970.
Le secteur collectif/tertiaire recouvre quant à lui l'ensemble du chauffage collectif par chaudière bois, avec ou sans réseau de chaleur, pour l'habitat (résidences, HLM) et le tertiaire (bureaux, bâtiments administratifs, hôpitaux, écoles…). Les écorces, sciures, broyats de déchets de bois et plaquettes sont les combustibles les plus valorisés dans ces chaudières collectives. Ce secteur ne représente cependant que 2,4% de la production mais le parc de chaufferie collective est en croissance constante depuis l’an 2000 : +13% par an. Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), le parc des chaufferies en fonctionnement début 2007 représentait ainsi 1.120 MW de puissance thermique installée.
Enfin, le secteur agricole est amené à utiliser le bois pour le chauffage de serres maraîchères et horticoles essentiellement mais il ne représente que 0,4% de la production et se maintient à 40 ktep de consommation par an depuis les années 70.

*Selon les calculs de la DGEMP, 1GWh= 0,086 ktep.

Pour en savoir plus

Le tableau de bord des statistiques du bois énergie en France

La filière bois-énergie revient en force

Le bois-énergie tente de séduire les particuliers

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]