Actu-Environnement
 
 
 
 

Les néonicotinoïdes ne nuisent pas aux abeilles, selon Bayer

Nature / Ecologie  |    |  Actu-Environnement.com

"En Europe, les abeilles sont en bien meilleure santé que ne le suggèrent de nombreuses publications récentes", fait valoir l'entreprise Bayer dans un communiqué du 7 août. Bayer s'appuie sur l'étude Coloss, une association à but non lucratif de recherche sur les abeilles "composée de plus de 360 scientifiques professionnels de 60 pays", précise le communiqué.

Selon cette étude menée sur environ 400.000 colonies d'abeilles dans 21 pays européens et méditerranéens, "les pertes de colonies d'abeilles domestiques à la sortie de l'hiver – un indicateur important de la santé générale des abeilles – ont atteint leur niveau le plus bas en 2013/2014". Le taux global de mortalité durant l'hiver 2013/2014 aurait été de 9% en moyenne, soit bien inférieur "aux taux de perte allant jusqu'à 37% enregistrés ces dernières années par différents pays".

Par ailleurs, Bayer avance que "les néonicotinoïdes utilisés de façon correcte et responsable, conformément aux instructions figurant sur les étiquettes, ne nuisent pas aux colonies d'abeilles en conditions réelles du terrain". Pour Annette Schürmann, directrice du Bee Care Center de Bayer, "il semble que l'on soit à la recherche d'un coupable pour expliquer la mauvaise santé des abeilles", alors que "les abeilles doivent faire face à de multiples problèmes que sont les parasites et les maladies, la diminution des habitats pour le butinage et de mauvaises pratiques agricoles et apicoles". Selon Bayer, cette thèse est confirmée par les cas australien et néo-zélandais. "Il n'existe actuellement aucune preuve d'un problème de déclin des colonies en Nouvelle-Zélande", bien que les pesticides à base de néonicotinoïdes y soient couramment employés, "sous forme d'enrobage des semences et de pulvérisation foliaire", concluait un rapport parlementaire publié en juillet 2014 en Nouvelle-Zélande et invoqué par Bayer. Un rapport des autorités australiennes a conclu que "l'introduction des néonicotinoïdes en Australie s'est avérée utile à plusieurs niveaux, notamment pour une meilleure qualité sanitaire des cultures et pour une augmentation des rendements", argue également Bayer.

Réactions11 réactions à cet article

 

"les pertes de colonies d'abeilles domestiques à la sortie de l'hiver – un indicateur important de la santé générale des abeilles – ont atteint leur niveau le plus bas en 2013/2014"
mais
""il semble que l'on soit à la recherche d'un coupable pour expliquer la mauvaise santé des abeilles"

Alors mauvaise santé ou pas?

"Il n'existe actuellement aucune preuve d'un problème de déclin des colonies en Nouvelle-Zélande"
Formulation prudente...à comparer à "il existe des preuves de l'absence de problème" "il n'y a pas de déclin des colonies"...et pourtant

http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=10832939

Api amateur | 21 août 2014 à 09h54
 
 

L'humanité sera t'elle un jour capable d'inventer une forme d'arbitrage (personnalité, organisme, solution informatique ?) unanimement approuvée et respectée, qui devra trancher en dernier ressort sur les problèmes les plus complexes et les plus délicats, ou bien la sensibilité de chacun de nous continuera étenellement à être le moteur de tri des éléments à charge et à décharge avec pour résultat de nous faire dresser les uns contre les autres dans des polémiques insolubles ?

Levieux | 21 août 2014 à 11h58
 
 

la cigarette ne nuit pas à la santé nous disait à une époque l'industrie du tabac, les méthodes employées étaient les mêmes que celle de bayer, et d'autres, (à part Monsanto qui assume lui totalement le faites de nous empoisonner).
il n'y a plus qu'a alerter les abeilles aux abords des champs " attention butiner tue" et le tour est joué

lio | 21 août 2014 à 13h01
 
 

@Api amateur : Justement dans votre lien, le lien avec l'arrivée du parasite Varoa est clair, pas du tout avec les néonicotinoïdes. L'article concerne un incident précis et localisé, pas une vague généralisée de CCD sur la Nouvelle-Zélande.

jmdesp | 21 août 2014 à 16h37
 
 

Vraiment surprenant qu'un produit attaquant le système nerveux des insectes puisse être nocif au système nerveux des abeilles...

A quand une étude coûteuse (payée par le contribuable) pour vérifier que l'eau ça mouille?

mathieua | 21 août 2014 à 17h47
 
 

Lu sur la France agricole :

« Cette analyse est soulignée par une étude de référence publiée en mai 2014 lors d'une réunion de la Royal Society. Un groupe de chercheurs internationaux, dirigés par les professeurs Charles Godfray et Angela McLean de l'Université d'Oxford, a examiné des données et observations relatives aux insecticides à base de néonicotinoïdes et aux insectes pollinisateurs. Ils en ont conclu qu'il existait une faible corrélation géographique entre l'utilisation de néonicotinoïdes et le déclin des abeilles mellifères. »

En fait, d'autres études – notamment EPILOBEE – montrent que les abeilles ne se portent pas si mal en Europe (la France étant un mauvais élève, ou l'ayant été l'année où les données ont été recueillies), et que le lien avec les néonics n'est pas évident.

Mais que voulez-vous... les abeilles sont devenues un fond de commerce pour l'agitation alter et anti, et aujourd'hui, ce sont les néonics qui sont en ligne de mire.

Demain, ce sera autre chose. En fait, déjà aujourd'hui en France : les PGM, les VTH...

@ mathieua

C'est une question de dose.

Mais les études coûteuses (payées par le contribuable) pour vérifier que l'eau ça mouille, on en a eu pas mal...

Dans le cas des abeilles, on les saoule aux néonics et on démontre qu'elles ne retrouvent pas le chemin de la ruche.

Wackes Seppi | 21 août 2014 à 21h26
 
 

@jmdesp
Prévenez vite "l'agence" NZ que c'est le Varroa
"A cause for the disorder has not yet been discovered."
"We don't know what causes it"

Le Varroa affaiblissant les colonies, ça n'arrange surement pas les affaires des abeilles, mais de la à conclure qu'il cause les CDD...

Api amateur | 22 août 2014 à 09h38
 
 

Ou comment être juge et partie !

On peut parfaitement imaginer que des dizaines d'années d’utilisation irraisonnée et surtout incontrôlée des produits phytosanitaires puissent avoir une responsabilité partielle ou indirecte sur l’état de santé actuel des insectes pollinisateurs. Il ne s'agit pas non plus de charger la barque en imputant l'universalité du phénomène sur l'utilisation des produits phytosanitaires mais tant que les firmes chimiques nieront toute responsabilité, on n'avancera pas.

Gaet | 10 septembre 2014 à 20h41
 
 

"les pertes de colonies d'abeilles domestiques à la sortie de l'hiver – un indicateur important de la santé générale des abeilles – ont atteint leur niveau le plus bas en 2013/2014".
En lien avec les restrictions des néonicotinoïdes en Europe ?

« Il n'existe actuellement aucune preuve d'un problème de déclin des colonies en Nouvelle-Zélande » Alors que le varroa est également présent là-bas depuis les années 2000 ! C'est pour le moins troublant..
Si c'est vraiment le cas, il serait bien d'étudier cela au plus vite afin que le reste du monde en profite. Est-ce que la Nouvelle-Zélande a d'autres pratiques d'utilisation des pesticides néonicotinoïdes ?

La durée et l'intensité des hivers et des printemps sont importantes pour la survie des colonies d'abeilles. Peut-être que la Nouvelle-Zélande bénéficie aussi de conditions environnementales particulièrement favorables à la différence de l'Europe et de l'Amérique du Nord où les abeilles, plus stressées, deviennent alors sensibles aux pollutions et maladies ?

Gaet | 10 septembre 2014 à 21h03
 
 

Divers pesticides sont utilisés dans les colonies d'abeilles pour tuer exclusivement les varroas mais ceux-ci ont rapidement développement une résistance à ces pesticides. Dommage que les abeilles n'en fassent pas de même...

Gaet | 10 septembre 2014 à 21h49
 
 

« Ou comment être juge et partie ! »

Bayer n'a fait que reprendre les résultats de COLOSS.

« On peut parfaitement imaginer... »

Oui. Du reste ce « syndicat » affilié à la mouvance alter et anti, dont l'objectif réel n'est plus depuis longtemps la défense de l'apiculture et des apiculteurs, a déjà incriminé « la très longue rémanence des pesticides néonicotinoïdes dans le sol » comme cause de la mauvaise saison apicole 2014 (voir sur ce site, « Production apicole française : la saison 2014 en berne ».

Du reste, vous pouvez aussi considérer que, malgré son objectif politique réel, l'UNAF est aussi juge et partie. Et un juge, qui, à la différence de Bayer, ne procède pas à des essais contrôlés. Et qui ne prend aucun risque pour sa profession en alléguant la nocivité de tel ou tel produit. Car il faut être clair : quand le bouc émissaire néonics ne sera plus efficace, ils en trouveront un autre.

« ...tant que les firmes chimiques nieront toute responsabilité, on n'avancera pas. »

Oui, vous avez encore raison. La responsabilité des firmes est malheureusement devenu un axiome, un acte de foi. Pas seulement dans les milieux alter et anti.

« "les pertes de colonies d'abeilles domestiques à la sortie de l'hiver [...] ont atteint leur niveau le plus bas en 2013/2014".
En lien avec les restrictions des néonicotinoïdes en Europe ? »

Non. L'interdiction (partielle) est devenue effective le 1er décembre 2013. Elle n'a pas pu affecter les abeilles en hivernage.

Wackes Seppi | 11 septembre 2014 à 10h48
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]