En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Toujours plus de consommateurs bio en France

Le bio confirme sa résistance à la crise en 2014, avec un marché en légère hausse estimé à 5 milliards d'euros, selon l'Agence bio. La France est devenue la troisième surface bio de l'UE.

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Selon les chiffres présentés par l'Agence bio mercredi 18 février, la demande française en produits issus de l'agriculture biologique a continué de croître en 2014. "Les nouvelles sont bonnes ! Les Français sont plus nombreux à consommer des produits bio et de plus en plus souvent", s'est félicitée Elisabeth Mercier, directrice de l'Agence bio, devant la presse.

Ainsi, selon le dernier sondage de l'institut CSA, 62% des Français ont déclaré consommer régulièrement du bio en 2014, c'est-à-dire au moins une fois par mois contre 49% en 2013. Ils sont 33% à en acheter au moins une fois par semaine contre 28% en 2013. Seuls 12% des sondés ont indiqué ne jamais consommer bio alors qu'ils étaient 25% en 2013.

"Malgré un contexte difficile, les consommateurs s'engagent de plus en plus vers une alimentation responsable et la bio répond à cette attente (…) en lien avec une production locale", a déclaré Etienne Gangneron, président de l'Agence bio et président de la Chambre d'agriculture du Cher (18).

Pour 39% des Français, consommer bio fait évoluer leurs comportements alimentaires. "L'arrivée d'un enfant dans une famille est un acte déclencheur d'achat de produits bio", a souligné Mme Mercier. D'autant que 62% des consommateurs réguliers invoquent des questions de santé tandis qu'ils sont 57% à vouloir préserver l'environnement.

Marché estimé à 5 milliards d'euros

Le panier bio continue de "s'élargir", a-t-elle ajouté. Les fruits et légumes bio restent les produits les plus achetés des consommateurs en 2014 (79%), suivis des produits laitiers (58%), des produits d'épicerie (huiles, pâtes, riz) (48%) mais aussi des œufs et des boissons (45%), de la viande (33%) et du pain (30%). "Plus de 10% du lait produit en France est bio", a précisé Mme Mercier. Les produits frais tels que le lait et les œufs en crémerie "sont la partie prédominante du panier moyen". L'achat de produits bio autres qu'alimentaires a également augmenté en 2014 : 67% des Français déclarent en acheter (contre 45% en 2013), selon l'Agence. 38% consomment des cosmétiques bio et 20% des textiles bio.

"De plus en plus de produits sont accessibles. De nombreux consommateurs achètent dans plusieurs circuits de distribution", a ajouté Mme Mercier. Le premier lieu d'achat bio restent les grandes et moyennes surfaces (GMS) qui concernent 80% des consommateurs et représentent près de la moitié des ventes. 29% des consommateurs achètent sur les marchés, suivis des magasins spécialisés (25%), de la ferme (20%), des artisans (5%) et des drives (service au volant ou point-retrait) (5%).

Le marché des produits bio a atteint les 5 milliards d'euros en 2014, soit une hausse de 10% par rapport à 2013. Mais il représente seulement 2,6% du marché alimentaire national. Le prix des produits bio demeurant le premier frein à l'achat pour la moitié des Français (56%).

Troisième surface agricole bio de l'UE

La production bio française n'est pas en reste et poursuit sa croissance pour répondre à cette demande. D'autant que la France est devenue le troisième pays européen en surfaces bio, ex-aequo avec l'Allemagne, avec plus d'1,1 million d'hectares cultivés dont 100.000 au stade de la conversion, s'est réjoui Etienne Gangneron. L'Hexagone se situe derrière l'Italie et l'Espagne qui reste premier producteur d'oliviers bio. Le nombre de fermes bio a augmenté de 4% par rapport à 2013. Fin 2014, près de 26.500 producteurs sont ainsi engagés bio. Ils représentent 5,5% des exploitants agricoles français. A l'aval, le nombre d'opérateurs a crû de 3% par rapport à 2013, avec près de 13.000 transformateurs et distributeurs recensés.

La surface agricole utile (SAU) bio s'élève donc à plus de 4% fin 2014 en France alors que le plan Ambition bio, présenté en mai 2013 par le ministère de l'Agriculture, vise 8% fin 2017. Si cet objectif paraît ambitieux, M. Gangneron estime qu'il est "faisable" de l'atteindre via les productions "importantes" céréalières. Il juge également "possible d' hisser (la France) à la deuxième place (européenne) d'ici trois à quatre ans en dépassant l'Italie".

En 2014, plus de 2.000 producteurs se sont nouvellement engagés en bio, principalement en cultures maraîchères et fruitières, grandes cultures et élevages bovins (lait et viande). Les importations ont par conséquent une nouvelle fois baissé : "75% des produits consommés en France viennent de notre pays", a souligné Mme Mercier. Fin 2012, les exportations s'élevaient encore à 30%. "L'offre répond à la demande dans l'élevage bovin, ovin ou encore porcin ", a-t-elle ajouté. 10% des produits exotiques restent importés : café, banane, cacao…

Le plan Ambition bio prévoit d'atteindre 20% de produits bio dans la restauration collective d'Etat en encourageant "la contractualisation". Ils ne représentaient que 2,4% du total des achats alimentaires dans ces établissements fin 2013. En 2014, ce marché a connu "une évolution moindre" dans un contexte d'élections municipales qui n'a pas été "propice aux nouveaux engagements", a expliqué Mme Mercier.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…