En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Conférence environnementale : Manuel Valls s'attaque au diesel

En reconnaissant que la politique en faveur du diesel était une erreur, le Premier ministre semble résolu à avancer sur cette question. Mais il souhaite le faire de manière progressive et avec pragmatisme.

Air  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
Conférence environnementale : Manuel Valls s'attaque au diesel
Environnement & Technique N°343 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°343
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Le Premier ministre a prononcé ce vendredi 28 novembre le discours de clôture de la troisième Conférence environnementale du quinquennat de François Hollande. Dans le flot de ce discours, ce sont ses déclarations relatives aux transports et à la qualité de l'air qui retiennent le plus l'attention. Il semble effectivement que le Gouvernement ait pris la mesure des conséquences sanitaires désastreuses de la politique du "tout diesel" menée durant de nombreuses années.

"En France, le moteur diesel a longtemps été privilégié. Ce fut une erreur", reconnaît le chef du Gouvernement, en faisant allusion à une toute récente étude qui montre que les Parisiens respirent jusqu'à 6 millions de particules fines par litre d'air. Aussi, souhaite-t-il revenir sur cette politique, mais de manière progressive, avec "intelligence et pragmatisme". Il dit avoir en effet à l'esprit les critiques contre des mesures qui pénaliseraient en premier lieu les couches sociales les plus défavorisées.

Manuel Valls entend d'abord agir par la fiscalité. "La réduction de l'écart de taxation entre l'essence et le gazole prévue par le projet de loi de finances pour 2015 y contribuera", indique-t-il. Encore faudra-t-il veiller à ne pas laisser dans cette loi des dispositions, introduites en cours de discussion et qui pourraient être contraires à cet objectif. Mais il sera également nécessaire de s'attaquer à d'autres dispositifs préférentiels en faveur du gazole.

 
La lutte contre le changement climatique, grande cause nationale 2015 Manuel Valls a déclaré officiellement la lutte contre le changement climatique "Grande cause nationale 2015" lors de la clôture de la Conférence environnementale. Une revendication formulée par les participants à la table ronde sur le climat et en phase avec la volonté du Gouvernement de pouvoir aboutir à un accord lors de la Conférence de Paris de décembre 2015
 
Un système d'identification des véhicules en 2015

Le Premier ministre veut également avancer via les initiatives des collectivités locales. "Pour accompagner ces démarches, le Gouvernement mettra en place, en 2015, un système d'identification des véhicules en fonction de leurs émissions polluantes", qui ouvrira probablement la voie à la mise en place des zones de restriction de circulation prévues par le projet de loi sur la transition énergétique.

A cet égard, Manuel Valls a salué le travail engagé par la Ville de Paris, qui s'apprête à prendre des mesures fortes pour réduire la place du diesel dans la capitale. De même que l'accord entre la chambre de commerce et la région Ile-de-France pour mettre en place un tarif unique sur le réseau de transport collectif.

Enfin, le chef du Gouvernement s'est déclaré favorable à l'élargissement de la prime à la conversion des vieux diesels. Les participants à la table ronde Transports et mobilité durable ont en effet réclamé la possibilité qu'elle puisse profiter également à des véhicules propres d'occasion. Le dispositif, tel qu'il est actuellement prévu, prévoit d'accorder une prime pouvant atteindre 3.700 euros pour l'achat d'un véhicule électrique, hybride ou répondant à la norme Euro 6, accompagné de la mise au rebut d'une voiture diesel de plus de 13 ans, dans une zone soumise à un plan de protection de l'atmosphère (PPA).

Cette prime s'ajouterait au bonus écologique en faveur des véhicules électriques et hybrides rechargeables, dont Manuel Valls annonce qu'il sera "préservé jusqu'à la fin du quinquennat". Le véhicule électrique reste donc une priorité du Gouvernement, et pas seulement de la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, qui en est un promoteur zélé. Le Premier ministre a en effet confirmé le déploiement de bornes électriques sur le territoire, sans pour autant s'avancer sur un chiffre.

Réactions19 réactions à cet article

 

Le véhicule électrique, comme la délocalisation de l'industrie en Chine, permet aux citadins des pays riches de se protéger le corps et la conscience en éloignant d'eux les conséquences de leur consommation. Quel beau concept d'écolos parisiens

JCC | 28 novembre 2014 à 19h04
 
 

Il faut RENDRE EGAL LE PRIX DU KILOMETRE PARCOURU avec l'un ou l'autre carburant.
On reproche beaucoup au diesel ses fameuses particules fines, les voitures a essence anciennes en font aussi.
Le RENDEMENT d'un diesel est meilleur et cela signifie MOINS DE CO2.
Etant donné le ratio de production de ces deux carburants à partir du pétrole il faut viser un équilibre qui puisse tirer le meilleur parti du pétrole. Sinon on devra dépenser davantage de pétrole (=énergie) pour convertir en essence du gazole. Ce serait absurde et peut-on encore, aujourd'hui se permettre un tel gaspillage?

ami9327 | 28 novembre 2014 à 20h00
 
 

Les parisiens se plaignent de la pollution qu'ils émettent eux même.
Les augmentations de taxe sur les carburants vont impacter l'ensemble de la population.
Il reste à noter que un diesel FAP pollue moins qu'un moteur à essence.
Le parc de vieux diesel disparaitra naturellement .
En terme d'émissions de C02, une des raisons de l'encouragement à son développement, le diesel consomme moins de carburant au km parcouru.

ITC78 | 29 novembre 2014 à 11h14
 
 

En fait, le diesel est minoritaire dans la pollution aux particules fines (mis à part en se plaçant juste au-dessus du périph), de plus les progrès sont tels dans le filtrage sur les dernières génération de véhicule qu'il n'y a plus d'écart avec l'essence (si on voulait être logique, il faudrait conspuer tout autant les moteur essence à injection directe).
La vrai raison d’arrêter de subventionner les véhicules diesel est le déséquilibre dans la consommation qui oblige les raffineries à exporter une grande partie de l'essence que pour des raisons techniques elles produisent forcément à égalité avec le diesel, ce qui est beaucoup moins rentable. En pratique, l'effet réel est que nos raffineries limitent leur production, et c'est nous qui importons le diesel qu'il nous manque.

jmdesp | 01 décembre 2014 à 08h27
 
 

Dès qu'il s'agit de taxer les ménages, l'écologie a bon dos.

Pour mémoire, la part des véhicules dans les émissions de particules n’est que de 15% contre 30% pour le résidentiel urbain et donc le chauffage des logements et entreprises dans leur ensemble.

robin81 | 01 décembre 2014 à 10h00
 
 

Pollutions grandes villes et diesel? Vouloir désigner le diésel comme principal fautif est une erreur. Le vrai problème a été l'abandon par les grandes villes d'une politique volontariste du transport collectif au profit du tout voiture accentuée par le développement du transport routier. Car si la pollution engendré par un véhicule diesel est problématique sur les particules fines (avec des progrès considérables fait), la pollution des voitures essences est bien réelle. Un moteur diésel a quand même quelques avantages: une consommation très réduite, et une longévité bien supérieure( ce qui explique pourquoi on retrouve ce mode de véhicule dans les clases populaires qui ne peuvent se permettre de remplacer leur moyen de locomotion tous les 2 ans et font durer jusqu'au bout leur bagnole achetée principalement d'occasion). Cette longévité étant devenu une tare dans notre monde de l'obsolescence programmée. Bien sur il est plus facile de désigner un bouc émissaire que de vouloir réduire les transports par camions, de même il faudrait étudier si tous les véhicules roulant comme des escargots dans la capitale sont justifiables. Mais !!!!

Duport Claude | 01 décembre 2014 à 10h26
 
 

Les nouveaux moteurs à essence sont arrivés à une consommation au km sensiblement identique à celles des diesels.

Avec en plus un agrément indéniable (bruit et vibration); l'achat et l'entretien sont moins chers, dommage que la différence entre le prix des deux carburants soit encore aussi élevée

Pascal | 01 décembre 2014 à 10h40
 
 

irresponsable ! le dielsel c'est le point fort de notre industrie ...de plus avec un pot catalytique on pollue moins qu'un essence sans pot catalytique ! Tout ça c'est pour justifier des nouvelles taxes ..taxes et tjours taxe qui vont mener la France à l'explosion .
seuls les voitures à hydrogène apporteront une véritable solution sans effets pervers et pollution déplacée comme c'est le cas pour les véhicules électriques ...En attendant évidemment il faut limiter la circulation en période d'anticyconique mais en laissant travailler ceux qui travaillent !
et arrêter de menacer les services de livraison par exemple .

carl | 01 décembre 2014 à 10h43
 
 

pour mémoire, les moteurs à essence sont catalysés depuis plus de 20 ans

Pascal | 01 décembre 2014 à 10h51
 
 

Oui Pascal erreur de ma part cependant " Diesel ou essence, les deux émettent des polluants comme le dioxyde de carbone, les monoxydes d’azote etc. MAIS ! Les voitures à essence produisent bien plus de CO2 que les moteurs diesel (-25%), et ce, même dotées d’un pot catalytique…"
la solution n'est donc pas de s'attaquer au diesel mais d'imposer les pots catalytiques et filtres sur tous les nouveaux véhicules diesels ...

carl | 01 décembre 2014 à 11h17
 
 

Bonjour,

L'essence émet peut-être plus de CO2 que le Diesel, (et encore pour les constructeur n'ayant pas pris la peine de vouloir réduire la consommation des moteurs essences).
Mais les particules Diesel sont vraiment agressives. en plus de se loger dans les poumons elle attaquent l'environnement (grain de pollen devenant beaucoup plus allergène, ou nos chers bâtiment devenant d'un noir moribond qui nous oblige à un nettoyage couteux).

Le Diesel à toujours été une erreur mais il faut des nuages de pollution à répétition pour ENFIN en parler. Beaucoup de personnes sont au courant depuis le début mais on toujours été refoulé par les décideurs.

De plus les moteurs diesel arrivent vraiment à leur limites, ils sont maintenant extrêmement complexe et volumineux. Attendons de voir la longévité de ces moteurs.

Quent1 | 02 décembre 2014 à 08h39
 
 

Ce n'est pas le diesel qu'il faut désigner comme bouc émissaire sous prétexte de pollution, mais le mode de déplacement dans les grandes agglomérations.
Il suffit de regarder les périphériques où il y a autant de voitures qui roulent à peu près à la même vitesses dans les deux sens, personne ne se pose la question du pourquoi.
Avec l'informatique branchée, pourquoi ne développe -t-on pas le travail au domicile?
Avec l'informatique pourquoi les ministères ne seraient il pas disséminé en province?
Avec l'argent dépensé en pétrole ne pourrait on pas subventionner le commerce en ville plutôt que de faire déplacer tout le monde vers des magasins de périphérie?
On pourrai aussi taxer lourdement les entreprises qui s'implantent dans les grandes agglomérations et alléger les taxes de celles qui s'implante dans les villes moyennes...

ITC78 | 02 décembre 2014 à 10h26
 
 

le tout diesel est une mode , une niche fiscale dans laquelle se sont engouffrés nos constructeurs hexagonaux, grands visionnaires devant l'éternel.
Résultat, 80% des immatriculations en France sont des diesels, même les micro voitures roulent au diesel, les hybrides également!! chercher l'erreur.
Le diesels même de dernière génération, produisent des particules (PM 2.5), et du no2 3 fois plus qu'un essence, et pour un coût nettement supérieur(diesel plus cher à l'achat, équipement très onéreux)
Il est donc urgent d'augmenter le prix du diesel pour qu'il soit au moins égal à celui de l'essence, mais ne rêvons pas nos chers constructeurs bien appuyés par l'industrie du pétrole ne l'entendront pas de cette oreille

lio | 02 décembre 2014 à 11h43
 
 

@ lioun ....beaucoup disent qu'un diésel avec pot catalytique pollue moins qu'un essence ...bref les deux sont polluants ...le 100 % électrique est une pollution déplacée ...pas terrible également ...l'hybride c'est un gros progrés ...l'hydrogéne serait le top et permettrait de stocker l'énergies des ENR sans avoir a faire fonctionner les turbines à gaz et charbon quand le vent est trop faible ...le nucléaire c'est trés propre en France mais il y a un risque !....pour ce que dit Walls.... Il ne peut rien faire sur les véhicules existants ni sur la récup de la TVA sur le diésel par exemple ...la guerre serait sanglante ..ça serait de la pure folie !
par contre avec plus d'intelligence et stratégie il a de nombreux leviers pour faire évoluer les futures générations de véhicules ...mais la cure de désintoxication de l'Etat sera douloureuse !!!! ...l'hydrogéne solide on sait faire !!! mais pas avec les taxes !

carl | 02 décembre 2014 à 18h58
 
 

MR VALLS VEUT PRIVER LES PLUS DEFAVORISE ET LES COUCHES MOYENNES DE LEUR VEHICULE PARFOIS TRES AGES FAUTE DE MOYEN FINANCIER POUR ALLER AU TRAVAIL NOTAMMENT POUR COMMENCER DANS LA CAPITALE DEJA AFFLIGEES PAR LA HAUSSE PERMANENTE DE AUTOROUTES LA HAUSSE DES CARBURANTS PREVU DEBUT JANVIER PAR DES TAXES SUPPLEMENTAIRES UNE VERITABLE HONTE LORSQUE L ON VOIT LES POLITIQUES OU PARVENUS DE SONT AUGMENTER DE 7% LAMENTABLE LA DROITE NOUS A ABATTU LA GAUCHE NOUS ACHEVE LE DEGOUT DES FRANCAIS SE VERRA EN 2017 !!!!!!!!!!!!!!!!!!LA POLLUTION C EST DE L'INTOX AUGMENTER LE DIESEL ET TOUT LE RESTE GAZ EDF EAU TAXES CSG CRDS FONCIER LE TEMPS DES ROIS EST REVENU EN FRANCE!!!LA GUILLOTINE DE L EPOQUE EST REMPLACE PAR UNE HAINE ENCORE PLUS FEROCE LAISSONS REVER SES HOMMES SANS SCRUPULES ET AVANT TOUT ENGRANGER DES FORTUNES SUR NOTRE DOS!!UN FRANCAIS HONTEUX D 'UNE PAUVRE FRANCE

bond | 03 décembre 2014 à 00h48
 
 

Essence ou diésel, il y a longtemps que l'état pouvait obliger les constructeurs français à produire des voitures moins gourmandes.

Mais c'était se priver de la manne de la TIPP et de la TVA

Jean-Marie | 03 décembre 2014 à 09h38
 
 

@ jean marie ...oui c'est tout simplement ça ...et maintenant vu les difficultés , la pression fiscal actuelles qui va engendrer une baisse des recettes tous comptes faits !!! rien ne se fera ...impossible pour l'Etat de se passer de la TIPP ...et si ils en rajoutent , on va à l'explosion .
Ils disent n'importe quoi ...car ils ne savent pas quoi dire ..des éoliennes ces gens là .

carl | 03 décembre 2014 à 10h16
 
 

L'hydrogène pourrait permettre de rouler propre soit en combustion comme du gaz soit en pile à combustible autrement dit à l'électricité produite directement dans le véhicule.
Pour recharger, il faudrait construire des centrales de production d'hydrogène à la place des stations service (l'hydrogène très léger coûte très cher à transporter)
On peut même imaginer de produire à domicile(il faut un peu de place). Le monde idéal, mais...
Il y a un probléme de sécurité majeur:
L'hydrogène est un gaz hyper inflammable
l'hydrogéne s'échappe à travers les parois des réservoirs (c'est la plus petite molécule qui soit et elle traverse l'acier) sans compter le besoin de qualité absolue des conduites et raccords.
Il y a autre problème semble t il est que si on en utilise beaucoup, les fuites seront d'autant plus nombreuses et aux dernières nouvelles il y aurait une incidence de l'hydrogène sur la couche d'ozone qui pourrait être plus grave que l'excès de C02 ??? information a vérifier.
Autre problème, pour un minimum d'autonomie les réservoirs des voitures devraient être comprimés à 700 bars en cas d'incendie ou de collision ????
L'hydrogène solide est au stade du laboratoire pour des toutes petites capacités (McPhy)
Et il faut parler du coût de l'hydrogène aujourd'hui fabriqué avec du pétrole et du gaz naturel pour l'industrie.
Fabriqué à partir d'éolien comme suggéré plus haut, le prix au kWh restitué serait HORS TAXES au moins de 20 à 40 fois le prix de marché actuel de l'électricité.

ITC78 | 03 décembre 2014 à 12h34
 
 

@ carl
Il est des impôts indirects plus ou moins cohérents, surtout ceux à 33 % qu'il faudrait monter à 40 % pour certains produits

Mais la TVA sur les pâtes, le riz, les patates, produits de première nécessité, c'est incohérent

Obliger une famille modeste de payer TIPP et TVA pour aller dans une vieille voiture achetée d'occasion rendre visite aux vieux parents dans une commune non desservie fréquemment par un bus , c'est incohérent

Mais les « mougeons » payent

NB. Tapez « mougeon » si vous ne connaissez pas cette espèce ;-)

Jean-Marie | 03 décembre 2014 à 17h26
 
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]