En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gaz de schiste : pas de miracle économique et attention à l'eau, préviennent les experts européens

La Commission a rendu public les études scientifiques ayant servi à préparer sa position sur le gaz de schiste. Pour le JRC, il ne faut pas attendre de miracle : même dans le meilleur des cas, les importations européennes de gaz ne reculeront pas.

Energies  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Le 7 février, la Commission européenne a publié une série de documents ayant servi à établir sa recommandation relative aux principes minimaux applicables à l'exploration et à la production d'hydrocarbures par fracturation hydraulique. Pour fixer les règles présentées le 22 janvier, la Commission s'est notamment basée sur deux études réalisées par le centre de recherche de la Commission européenne (JRC) : une étude des impacts potentiels du gaz non conventionnel sur les marchés énergétiques de l'Union européenne et une évaluation spatiale de l'usage des terres et de l'eau selon plusieurs scénarios de développement de l'exploitation du gaz de schiste en Allemagne et en Pologne.

Maintenir la dépendance à 60%, dans le meilleur des cas

Le JRC estime tout d'abord que les évaluations des ressources disponibles, même pour les pays exploitant les gaz non conventionnels, sont à prendre "avec la plus grande prudence", compte tenu notamment de "l'usage de termes imprécis et ambiguës". En tenant compte de ces incertitudes, le JRC retient des réserves mondiales techniquement récupérables légèrement supérieures à 200 milliers de milliards de m3 (Tm3) pour le gaz de schiste, de 45 Tm3 pour le gaz compact et de 25 Tm3 pour le gaz de couche. S'agissant du gaz de schiste, "la meilleure estimation pour l'Europe de l'Ouest est 12 Tm3 et de 4 Tm3 pour l'Europe de l'Est", estime le JRC, qui évoque 20 Tm3 et 21 Tm3 pour les meilleures estimations pour les Etats-Unis et la Chine.

Quant à l'enjeu économique des gaz non conventionnels, le JRC conclut que "le gaz de schiste a le potentiel pour impacter considérablement les marchés mondiaux du gaz, mais seulement en se basant sur des hypothèses optimistes quant à ses coûts de production et aux réserves ". Ainsi, les scénarios les plus favorables prévoient que le gaz représente 30% de l'énergie primaire mondiale d'ici 2025, voire 35% en 2040. Néanmoins, le JRC estime qu'aucun pays ne sera exportateur de gaz de schiste. Les gaz non conventionnels ne pourront donc que modérer les prix du gaz au niveau mondial, dans le meilleur des cas.

"La production de gaz de schiste ne rendra pas l'Europe autosuffisante en gaz", prévient le JRC, ajoutant que "le meilleur des scénarios pour le développement du gaz de schiste en Europe est celui dans lequel il palie le déclin de la production de gaz conventionnel, maintenant une dépendance vis-à-vis des importations de l'ordre de 60%".

Sur le plan environnemental, ce premier rapport du JRC explique que si "certains risques significatifs peuvent avoir des causes similaires à ceux liés à l'exploitation conventionnel du gaz", ils requièrent néanmoins une attention particulière du fait de la multiplication des forages. C'est le cas par exemple de la pollution des nappes phréatiques ou des éventuelles fuites d'eau polluée et d'hydrocarbures.

Tenir compte des ressources locales en eau

La seconde étude aborde l'impact environnemental de l'exploitation du gaz de schiste selon trois scénarios technologiques et pour la période 2013-2028 en Allemagne et sur un bassin versant polonais. Les deux thèmes abordés concernent l'usage des sols et les besoins en eau, selon que l'on utilise les meilleures techniques, des techniques "moyennes" ou les pires d'entre elles.

Selon le scénario "moyen", "le terrain nécessaire au développement du gaz de schiste pourrait représenter un pourcentage significatif de l'ensemble des terrains au sein de la zone de schiste", explique le JRC. Rapporté à l'ensemble des territoires allemand et polonais, cela pourrait représenter environ 2 à 4% des terres artificialisées entre 2006 et 2028 pour les besoins de l'ensemble de l'industrie. Cependant, de nombreuses barrières pourraient entraver le développement du gaz de schiste, et en particulier les enjeux liés à l'usage multiple des terres, prévient le JRC.

Du côté des besoins en eau à l'horizon 2028, le JRC note que, pour le scénario moyen, l'exploitation du gaz de schiste représenterait 0,15% de l'ensemble des ponctions en eau polonaise et 0,10% de celle de l'Allemagne. La borne haute des scénarios se situe à 1% pour la Pologne et 0,7% pour l'Allemagne.

"A partir de cette étude, une conclusion raisonnable, avance le JRC, est que la mise en œuvre des meilleures pratiques, les techniques d'extraction économes en eau, la prise en compte des disponibilités locales en eau et l'attention portée à l'échelle et au rythme du développement du gaz de schiste peuvent être importantes".

Réactions5 réactions à cet article

 

Etrange, les milliards de m3 sont les Gm3, les Tm3 étant des milliers de milliards, d'ailleurs 200 milliards de m3 de gaz à l'échelle de la planète est vraiment peu...

ROSSO | 11 février 2014 à 09h21
 
 

Comme quoi, le "miracle" américain des gaz de schiste ne peut exister en Europe et en France.
Depuis le temps qu'on le dit.

Terra | 11 février 2014 à 11h15
 
 

"""Comme quoi, le "miracle" américain des gaz de schiste ne peut exister en Europe et en France.
Depuis le temps qu'on le dit."""
C'est bien pour ça qu'il faut faire du nucléaire car si on écoute Tera, il faut se pendre tout de site.

zaravis | 11 février 2014 à 11h57
 
 

Et pourquoi pas les 2 Zaravis!comme ça plus besoin de se pendre

lio | 11 février 2014 à 12h49
 
 

Pardon ? Je n'ai point dit qu'il fallait se pendre ...

Ma conviction est que le nucléaire doit partir lentement mais surement (il ne faut pas faire comme les Allemands) et que pour cette transition nul n'est besoin d'exploiter les gazs de schiste.
De plus, d'un point de vue purement économique, si tous les pays exploite le gaz, les prix vont chuter et la "rentabilité" sera encore moindre.

Non, faut laisser les gaz de schiste ou il sont et mettre le paquet sur les énergie alternative ... Alors que la majorité des pays développé vont dans les GDS il serait plus sage de miser sur l'avenir et peut être prendre une bonne position dans les énergie réelle de demain.

On résume souvent la terre à une orange ... eh bien exploiter les hydrocarbure conventionnel c'est mettr eune paille et boire le jus. Bon, ok.
Les gaz de schiste consisterait à presser l'orange jusqu'à la dernière goute. ... je ne suis vraiment pas sure que cela soit la meilleur solution.

Terra | 11 février 2014 à 18h48
 
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]