En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Glyphosate : six ONG environnementales portent plainte pour "déni des effets cancérogènes"

Hygiene / Securite / Sante  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Six ONG environnementales européennes, Global 2000, PAN Europe, PAN UK, Générations Futures, Nature et Progrès Belgique et wemove.fr, ont annoncé avoir déposé une plainte à Berlin contre "les responsables de l'évaluation du glyphosate en Europe, pour déni des effets cancérogènes du glyphosate et contre la possibilité de voir ré-autoriser sur le marché européen cette molécule".

Dans le cadre de la procédure de renouvellement décennal de l'autorisation du glyphosate en Europe, l'Allemagne, Etat membre rapporteur, a en effet réévalué les risques liés à cette substance active par l'intermédiaire de son Institut fédéral pour l'évaluation des risques (BfR). Après avoir reçu leur rapport récusant l'effet cancérogène, l'Efsa avait également conclu qu'"il est improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l'Homme".

Quelques mois avant, le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS avait pourtant classifié comme cette substance chimique comme cancérogène probable. Saisie par des ministères français ainsi que par des associations, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) avait quant à elle estimé comme limitées les preuves permettant de classifier le glyphosate comme cancérogène pour l'Homme. Elle avait dans le même temps appelé à ce que son classement soit rapidement revu par l'Agence européenne des produits chimiques (Echa).

"Le 7 Mars, le Comité permanent de la faune, flore, et de l'alimentation humaine et animale va réévaluer l'autorisation de glyphosate pour 15 ans et il semble que selon toute vraisemblance, les Etats membres soient susceptibles de voter en faveur", estiment les associations dans un communiqué.

Elles indiquent que la plainte déposée "apporte des éléments sur des manquements aux dispositions légales et des normes scientifiques qui ont été utilisés pour refuser la cancérogénicité du glyphosate, et demande une enquête plus approfondie sur la question".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]