En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plus de 22 millions de déplacés climatiques en 2013 dans le monde

L'Asie représente 87% des migrants climatiques intérieurs recensés dans le monde en 2013, selon le rapport de l'IDMC. Les déplacements, liés aux catastrophes naturelles, devraient augmenter plus rapidement en Afrique que dans les autres régions.

Climat  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Plus de 22 millions de déplacés climatiques en 2013 dans le monde

Selon le rapport annuel "Global Estimates" publié ce mercredi 17 septembre par l'Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), plus de 22 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur domicile en 2013 en raison de catastrophes naturelles (inondation, tempête, séisme…). Ces aléas climatiques ont provoqué en 2013 le déplacement de "trois fois plus de personnes que les conflits". Plus de 600 événements ont été enregistrés au cours de l'année.

Les pays "riches" sont autant affectés que les pays "pauvres", même si ce sont les pays en développement qui "paient le plus lourd tribut, avec plus de 85% des déplacements", chiffre le rapport.

L'Asie la plus touchée, suivie de l'Afrique

Ainsi, comme les années précédentes, l'Asie a été le continent le plus touché, avec 19 millions de nouveaux déplacés. Soit 87,1% du nombre total. Aux Philippines, le typhon Haiyan a déplacé à lui seul 4,1 millions de personnes, soit un million de plus que dans les quatre autres régions réunies (Afrique, Amériques, Europe et Océanie). Un autre typhon, Trami, a fait 1,7 million de déplacés dans l'archipel. Les crues en Chine ont fait 1,6 million de déplacés.

Des inondations saisonnières ont aussi provoqué "d'importants déplacements" en Afrique sub-saharienne, tout particulièrement au Niger, au Tchad, au Soudan et au Soudan du Sud, "pays dont les populations extrêmement vulnérables sont également en proie à des conflits et à la sécheresse".  En 2013, 1,8 million de personnes ont été déplacées en Afrique, ce qui représente 8,1% du total mondial. Ils étaient 8,2 millions réfugiés en 2012. La population africaine étant appelée à doubler d'ici 2050, "les risques de déplacement devraient augmenter plus rapidement dans cette partie du monde que dans les autres régions au cours des prochaines décennies", alertent de nouveau les rapporteurs.

   
Carte des déplacés climatiques dans le monde en 2013 © IDMC
 
   

Les nations riches ne sont pas épargnées, comme le Japon avec le typhon Man-yi qui a déplacé 260.000 personnes dans la région de Chubu. Aux Etats-Unis, les tornades ont balayé l'Oklahoma et poussé 218.500 personnes à fuir. De "graves" inondations ont également frappé l'Europe, notamment l'Allemagne, la République tchèque, la Russie et le Royaume-Uni, provoquant le déplacement total de 149.000 personnes.

Alors qu'elles ont été très touchées en 2012 (1,3 millions de déplacés), les Amériques ont connu une "saison d'ouragans inhabituellement calme" : la région n'a pas été frappée "de grandes catastrophes géophysiques", précise l'étude.

Les réfugiés climatiques ont doublé ces 40 dernières années

Deux fois plus de personnes sont déplacées aujourd'hui que dans les années 1970. "Au vu du nombre croissant de personnes vivant et travaillant dans des zones à risque, cette tendance à la hausse va se poursuivre et devrait être exacerbée à l'avenir par les effets du changement climatique", indique Jan Egeland, secrétaire général du NRC.

La plupart des catastrophes sont autant d'origine humaine que naturelle. "Une amélioration de l'aménagement urbain, des moyens de protection contre les inondations et des normes de construction permettraient d'en atténuer l'impact", préconise Alfredo Zamudio, directeur de l'IDMC.

Les rapporteurs appellent la communauté internationale à agir lors du prochain sommet mondial sur le climat le 23 septembre à New York (USA). "Les décideurs doivent veiller à ce que les plans nationaux de réduction des risques de catastrophes naturelles et d'adaptation au changement climatique intègrent des mesures prenant en compte le risque et l'impact des déplacements". Les gouvernements doivent "faciliter" les migrations et prévoir "des relogements d'une façon qui respecte les populations vulnérables".

Ils devraient être 250 millions de déplacés climatiques dans le monde d'ici 2050, selon le Haut commissaire adjoint de l'ONU pour les réfugiés. La conférence de Paris sur le climat fin 2015 pourrait ouvrir la voie à la création d'un statut de déplacé environnemental.

Réactions2 réactions à cet article

 

L’Asie est la plus touchée car c'est "tout simplement" un continent surpeuplé... L'Afrique va la suivre car elle va passer de un à quatre milliards d'habitants d'ici à 2100: excusez du peu... La relation entre la surpopulation et l'intensité des catastrophes n'est plus à démontrer. Deux exemples cependant: les Philippines pour le typhon et Haïti pour son séisme, qui ont des densités de population (respectivement 321 et 371 hab/km²) totalement incompatibles avec les risques qu'ils encourent. Les mesures pour prévenir les catastrophes futures passent donc par la Planification Familiale, la contraception et des campagnes de sensibilisation...

Démographie Responsable | 17 septembre 2014 à 15h44
 
 

Bonjour
C'est quoi ce démographe responsable? Certe, les gouvernements asiatiques sont peut être responsable de cette démographie galopante, mais nous, gros porcs d'occidentaux, sommes responsables du changement climatique et des catastrophes qui vont avec. Nous pays occidentaux avont une dette écologique énorme envers ces pays, qui si elle était payée permettrai à ces pays de s'occuper un peu de Planification Familiale; Je crois que la meilleure méthode pour régler ces problèmes est de sortir de la dictature économique libérale.Sortons du productivisme pour diminuer l'intensité des phénomènes climatiques extrèmes.

totolitoto59 | 19 septembre 2014 à 15h49
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]