Actu-Environnement
 
   
 

Photovoltaïque : bientôt un bonus pour le "made in Europe"

Pour favoriser les fabrications européennes face à la concurrence asiatique, le gouvernement prévoit de bonifier de 10% le tarif d'achat pour le photovoltaïque made in Europe. Des marques font également la promotion du "made in France".

Energies  |    |  Actu-Environnement.com

L'industrie photovoltaïque française, et plus globalement européenne, n'est pas au beau fixe. La baisse des subventions publiques dans de nombreux pays, conjuguée à une forte concurrence des produits asiatiques, a conduit à fragiliser une filière encore peu mâture. Résultat : certains acteurs ont mis la clé sous la porte, d'autres ont revu leurs ambitions de développement à la baisse. Pour inverser la tendance, de nombreux acteurs français ont demandé un renforcement du soutien public. En réponse, le nouveau gouvernement a annoncé lors de la conférence environnementale un plafonnement de la baisse annuelle des tarifs d'achat à 20% et a décidé de ressortir des cartons une mesure un brin protectionniste : la bonification de 10% du tarif d'achat pour les produits "made in Europe".

Un bonus pour le "made in Europe"

Annoncée par Nicolas Sarkozy en février 2012 puis reportée, la bonification de 10% du tarif d'achat photovoltaïque pour les produits "made in Europe" devrait finalement être mise en place prochainement.

Le dispositif est encore en cours de discussion mais les principales exigences requises pour bénéficier de ce bonus de 10% semblent prendre forme. Ainsi, 60% du coût d'investissement de l'installation photovoltaïque (hors main d'œuvre) devront être réalisés en Union européenne. Une méthode de calcul pourrait être mise en place pour éviter qu'une installation, dont seuls les onduleurs et les autres composants (structure métallique, câblages…) sont produits en Europe, soit reconnue comme "made in Europe". Les onduleurs seraient considérés, dans ce calcul, comme représentant 25% de l'installation et les autres composants 20%, contre 55% pour les modules, afin de favoriser les modules fabriqués entièrement ou en partie en Europe. L'industriel devra attester qu'au minimum, les opérations de soudage, d'assemblage ou de laminage des cellules, et les tests électriques ont été réalisés sur le territoire communautaire.

Ce dispositif vise à être plus complet que celui mis en place en Italie depuis juin 2011 et qui permettait certaines dérives. La réglementation italienne demande aux industriels, pour bénéficier de la bonification tarifaire de 10%, que les plaquettes de silicium soient transformées en Europe ou que les opérations de soudage, d'assemblage et de laminage des cellules et les tests électriques soient réalisés en Europe.

Le "made in France" essaie d'émerger

En juillet 2011, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) avait déjà pris les choses en main en lançant la marque Alliance qualité photovoltaïque (AQPV), dans le but de mettre en avant les produits français. Pour cela, les produits labellisés sont dotés d'une étiquette précisant si l'assemblage du produit et/ou la fabrication des cellules a été réalisée en France ou ailleurs. En outre, les produits sont notés de 1 à 4 étoiles selon le niveau de qualité atteint, comme le fait la marque Flamme verte pour les systèmes de chauffage au bois. Le niveau minimum garantit que le produit respecte les normes françaises, que le fabricant est certifié ISO 9001, qu'il s'engage pour le recyclage des panneaux en fin de vie et qu'il réalise une analyse de cycle de vie de ses produits. Pour gagner davantage d'étoiles, le fabricant doit s'engager sur différents critères de qualité (service après vente, audit des usines de production, critères techniques renforcés…). A ce jour, 32 références ont été labellisées AQPV.

La marque devrait prochainement évoluer pour prendre en compte les critères demandés par la réglementation pour la bonification tarifaire des produits "made in Europe". Elle devrait également pouvoir s'appliquer aux développeurs de projets (centrales sur bâtiment…).

Début 2012, les entreprises françaises ont également lancé la marque France solar industry afin de se faire une place à l'international.

Réactions4 réactions à cet article

 

Un plafonnement de la baisse annuelle, voilà un concept à approfondir... Une diminution de la hausse ou une croissance du déficit?

Albatros | 12 octobre 2012 à 11h59
 
 

ça va pas plaire aux chinois !!! le gouvernement ferait mieux de mettre un contrôleur sur chaque chantier ...valider les devis principalement !!!

carlino | 13 octobre 2012 à 15h06
 
 

C'est bien mais sans contrôle préalable des qualifications des installateurs ...là il y aura de plus en plus de procès ...

gennymar | 18 octobre 2012 à 08h57
 
 

La France détient des mines de "terres rares".Dès que la mise en œuvre débute il faut 5 ans (comme la vigne!!!) pour rentabiliser l'exploitation.
Ces produits entrent dans la composition des panneaux solaires,ordinateurs et autres I-pad... Pourquoi ne le faisons nous pas?
Si nous voulons notre indépendance énergétique ,qui est stratégique,il faut choisir!!!Y-a-t'il des lobbies, des intérêts politiques,financiers qui ne veulent même pas qu'on en parle ou sommes nous vendus à ces lobbies?

brusto | 19 octobre 2012 à 10h45
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]