Actu-Environnement
 
 
 
 

La Commission européenne veut tripler les financements pour la recherche énergétique peu émettrice de CO2

Dans le cadre du Plan SET, la Commission européenne propose d'investir 50 milliards d'euros supplémentaires à la recherche dans les technologies sobres en carbone, pour atteindre l'objectif de réduction de 20% émissions de GES d'ici 2020. Détails.

Energies  |    |  Actu-Environnement.com
La Commission européenne veut tripler les financements pour la recherche énergétique peu émettrice de CO2 (© Simon Kraus)
Le Plan technologique stratégique pour l'énergie (Plan SET), présenté en novembre 2007 par la Commission européenne et adopté par le Conseil de l'Union européenne en février 2008, vise à doter l'Europe d'un nouvel agenda de recherche dans le domaine de l'énergie pour atteindre l'objectif de réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020. Il s'agit de coordonner les programmes de recherche déjà mis en oeuvre dans chaque Etat membre, dans le cadre du programme cadre européen de recherche (7ème PCR) ou encore au sein des plateformes européennes de technologie.

Le Plan SET doit surtout permettre de développer un portefeuille de technologies à faible teneur en carbone afin d'éviter que l'Union européenne ne soit contrainte de les importer. Six technologies ont déjà été identifiées comme stratégiques et font l'objet d'initiatives industrielles. Elles concernent l'énergie éolienne avec la démonstration de grandes turbines, l'énergie solaire pour la démonstration à grande échelle dans le domaine de l'électricité photovoltaïque et de l'énergie solaire concentrée, la bioénergie axée sur les biocarburants de seconde génération, le piégeage, le transport et le stockage du CO2 (CCS) mais aussi le développement d'un système électrique intelligent et la fission nucléaire axée sur les technologies de la quatrième génération.

Mais pour favoriser ces technologies énergétiques, une augmentation des investissements publics et privés s'avère nécessaire. En juillet 2008, les députés européens avaient déjà demandé à la Commission d'assurer, dès 2009, qu'au moins 2 milliards d'euros par an du budget de l'UE soient dédiés aux technologies décarbonées, ''si l'on veut faire de l'Union européenne un fer de lance dans ce secteur''. Ils avaient également exhorté la Commission d'accorder ''une place plus importante'' à l'efficacité énergétique dans le Plan SET.

8 milliards d'euros par an d'investissements d'ici 2020

Dans cette perspective, la Commission européenne a dévoilé le 7 octobre son projet visant à quasiment tripler le financement de la recherche énergétique peu émettrice de CO2 sur les dix prochaines années. L'objectif est de passer de 3 à 8 milliards d'euros par an d'investissements, provenant du secteur public et privé au niveau national et européen, selon la communication présentée par la Commission qui a appelé l'industrie ''à prendre de plus grands risques''. Au total, 50 milliards d'euros de financements supplémentaires pourraient ainsi être dégagés d'ici 2020, afin de rester dans la course face au Japon et aux Etats-Unis.

Pour Janez Potocnik, commissaire européen chargé de la Recherche, ''avec les estimations actuelles, la Commission veut faire du plan SET le tremplin vers une économie sobre en carbone, qui ne pourra devenir une réalité que si les acteurs publics et privés coordonnent leurs ressources de manière cohérente''.

La Commission européenne propose ainsi d'allouer au global 16 milliards d'euros pour la recherche dédiée à l'énergie solaire qui pourrait fournir 15% des besoins en électricité de l'UE en 2020 et 6 milliards d'euros pour développer l'énergie éolienne qui pourrait contribuer à hauteur de 20%. Les investissements dans le nucléaire devraient atteindre 7 milliards d'euros pour développer les centrales de quatrième génération. 13 milliards d'euros pourraient aller aux projets CCS, et 9 milliards seront dédiés aux agrocarburants de seconde génération. Afin d'améliorer l'efficacité énergétique, 30 ''villes intelligentes'' économes en énergie pourraient également être construites grâce à 11 milliards d'euros. Ces villes durables s'engageraient à réduire de 40 % leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 par rapport à 1990.

''L'augmentation actuelle des investissements intelligents dans la recherche constitue une opportunité de développer de nouvelles sources de croissance, d'écologiser notre économie et d'assurer la compétitivité de l'UE lorsque nous sortirons de la crise'', a souligné Janez Potocnik. La Commission a ainsi appelé les pouvoirs publics, les entreprises et les chercheurs à se mobiliser d'ici 2020 pour le développement des technologies énergétiques à faible émission de carbone. Pour accompagner ce développement, la Commission a également annoncé aujourd'hui le lancement d'un système d'information en ligne sur le plan SET baptisé ''Setis'' (http://setis.ec.europa.eu/) qui fournit les derniers résultats scientifiques concernant l'état d'avancement, les prévisions et les niveaux d'investissement en R&D dans le domaine des technologies sobres en carbone.

Selon la Commission, les financements publics et privés ''aideront un secteur industriel en pleine croissance et contribueront à créer de l'emploi''. Rappelons que l'objectif européen de 20 % d'énergies renouvelables d'ici 2020 permettrait notamment de créer 2,8 millions d'emplois (contre 1,4 million en 2005), et créer une valeur ajoutée totale d'environ 1,1 % du PIB, d'après l'étude EmployRES publiée en juin.

Dans un communiqué, si le Conseil européen des énergies renouvelables (EREC) a notamment salué la proposition de la Commission en matière d'EnR (place de l'éolien, solaire, biomasse) et du projet des villes économes en énergie, il a de nouveau regretté le manque d'attention accordé au secteur du chauffage et au refroidissement et l'exclusion de la géothermie, du solaire thermique ou des énergies marines dans les initiatives industrielles proposées.

Réactions1 réaction à cet article

 
isolation thermique

Il est particulièrement scandaleux que nous ne sachions pas encore en Europe quelle est la différence d'efficacité entre les laines minérales ou végétales et les isolants couches minces.
Ces deux techniques jouent sur des registres différents: les laines sur la conduction et les couches minces sur le rayonnement.
C'est fou de penser que nous ne savons toujours pas!
Paul

irisyak | 09 octobre 2009 à 12h00
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]