Actu-Environnement
 
 

Dictionnaire environnement Retour

Définition
D

Dioxine

Les dioxines appartiennent à la famille chimique des hydrocarbures aromatiques polycycliques chlorés ou HAPC comprenant plus de 200 molécules identifiées. La dioxine contenue dans l'agent orange, la plus toxique de la famille, est un produit chimique de formule 2,3,7,8-tétra-chloro-dibenzo-para-dioxine ou TCDD. C’est un produit particulièrement stable, résistant à la chaleur jusqu’à 1 000°, peu soluble dans l’eau, mais liposoluble, c’est-à-dire soluble dans les graisses.
Les dioxines sont des substances qui résultent essentiellement de procédés industriels : incinérateurs de déchets, fonderie, métallurgie, sidérurgie, blanchiment de la pâte à papier, fabrication d’herbicides et de pesticides… Elles peuvent également résulter d’événements naturels comme les éruptions volcaniques et les feux de forêt. Introduites dans l’environnement, les dioxines persistent en raison de leur stabilité chimique. Leur demi-vie dans l’organisme humain est d’environ sept ans et elles peuvent donc s’accumuler dans divers tissus ou liquides d’organismes vivants, humains ou animaux, en particulier dans le lait maternel, d’où un risque de transmission aux nourrissons.
La nocivité de la dioxine pour les êtres vivants, humains ou animaux, s’exprime à doses infinitésimales. Expérimentalement, en laboratoire, la dose mortelle pour des rongeurs se mesure en micro-grammes, soit en millionièmes de gramme (10-6 g) par kilogramme de poids corporel et des doses mesurées en nanogrammes (milliardièmes de gramme, 10-9 g) peuvent entraîner fausses couches, naissances prématurées et monstruosités. L’exposition à long terme à la dioxine provoque des cancers chez des animaux de laboratoire.
L’OMS a évalué la dose journalière admissible (ou DJA) entre 1 à 4 picogrammes (10-12g) par kilogramme de poids corporel pour un adulte de 70 kg. Il s’agit d’un seuil de précaution pour une exposition quotidienne au cours de la vie entière. La DJA prend en compte l’exposition aux dioxines ainsi que leur quantité accumulée dans l’organisme.
Chez la femme enceinte, la dioxine peut être transmise au fœtus à travers le placenta et, chez la mère, passer dans le lait et ainsi être transmise au nourrisson. Des effets secondaires définitifs, plus ou moins tardifs, peuvent apparaître chez le fœtus, le nourrisson ou l’enfant, qui sont particulièrement sensibles à cette molécule.
Les dioxines se retrouvent dans tous les milieux de l’environnement (air, sol, eau, sédiments) et sont susceptibles de contaminer les plantes et les animaux. La source principale de contamination chez l’homme est alimentaire. Par ailleurs, le fœtus peut être exposé aux dioxines à travers le placenta et le nouveau-né, par le lait maternel.
Une exposition à court terme, à des teneurs élevées en dioxines peut être à l’origine de lésions cutanées (chloracné), de formation de tâches sombres sur la peau, voire d’une altération de la fonction hépatique.Une exposition prolongée (au moins sur plusieurs années) peut entraîner des perturbations du système immunitaire et du développement du système nerveux, des troubles du système endocrinien et de la fonction de reproduction. La dioxine est classée depuis 1997, comme substance cancérigène mais son impact sur le matériel génétique (ADN) n'est pas prouvé.
L’analyse des dioxines nécessite l’utilisation de méthodes sophistiquées. Seul un petit nombre de laboratoires dans le monde est capable de réaliser de telles analyses. Le coût de l’identification et du dosage des dioxines est très élevé (de 700 à 1 500 euros pour l’analyse d’un échantillon biologique).

Proposer une correction
Rechercher dans le dictionnaire
Rechercher :