En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe pointe le taux de renouvellement des produits pour expliquer leur trop faible durée de vie

L'Agence de l'environnement critique le fort taux de renouvellement des produits ainsi que leur manque de qualité pour expliquer leur insuffisante durée de vie. L'obsolescence programmée est loin d'être seule en cause.

Dechets / Recyclage  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Les consommateurs prendraient-ils prétexte de l'obsolescence programmée pour réduire la durée de vie des produits qu'ils possèdent ? C'est une question que l'on peut se poser à la lecture de l'avis que l'Agence de l'environnement et de l'énergie (Ademe) a publié lundi 14 mars sur l'allongement de la durée de vies produits. Allongement en faveur duquel l'établissement public se positionne bien entendu favorablement, sauf raison impérieuse de santé, de sécurité, ou de rupture technologique amenant des gains environnementaux significatifs.

"Selon un sondage de l'Institut national de la consommation réalisé en 2014, plus de 90 % des consommateurs sont méfiants vis-à-vis des industriels en estimant que la durée de vie des produits est programmée", rappelle l'Agence. Mais elle souligne leur position paradoxale puisqu'ils considèrent en même temps que les équipements sont aujourd'hui "plus utilisés, plus performants, plus efficaces et moins consommateurs d'énergie". Qu'en est-il réellement ? "Les études ne montrent pas de tendance claire sur une réduction de la durée de vie des produits", constate l'Ademe, soulignant toutefois la difficulté des comparaisons dans le temps compte tenu de l'évolution des usages des équipements.

"Plus que la programmation de leur obsolescence, c'est le manque de qualité et le fort taux de renouvellement de certains produits qui posent aujourd'hui problème", conclut l'Ademe, même si les cas d'obsolescence programmée existent bel et bien, comme l'illustre l'existence d'imprimantes qui bloquent l'impression au-delà d'un certain nombre de feuilles imprimées.

Les consommateurs ont en effet tendance à privilégier les produits les moins chers, qui sont bien souvent ceux dont la qualité est la plus médiocre. Mais l'Ademe pointe aussi les "effets de mode" qui incitent à changer régulièrement ses produits. Et on pense là aux effets ravageurs du marketing. L'exemple du smartphone vient immédiatement à l'esprit avec un temps de renouvellement estimé à 20 mois alors que "la durée de vie technique de ces équipements est très largement supérieure". L'Agence relève aussi d'autres explications : frein à la réparation et au réemploi, manque d'information sur la qualité et la durabilité des produits au moment de l'achat.

 
Des axes d'amélioration à destination des fabricants L'Ademe formule également un certains nombre de préconisations à destination des fabricants. Parmi celles-ci figurent l'éco-conception des produits, la modulation des éco-contributions pour les produits soumis à responsabilité du producteur, l'instauration d'un seuil minimal de qualité pour que le produit puissse entrer sur le marché, ou encore l'extension de la garantie légale de conformité.
 
Améliorer l'information sur la durée de vie des produits

Comment remédier à cela ? Si l'Ademe rappelle les dispositions votées en faveur d'un allongement de la durée de vie des produits dans la loi Hamon de 2014 et la loi de transition énergétique de 2015, elle préconise d'en "relever l'ambition" au niveau européen. Ce qui pourrait se faire via le paquet "économie circulaire" actuellement en discussion entre les différentes instances européennes.

Parmi les actions proposées par l'Agence figure logiquement une meilleure information des consommateurs sur la durée de vie des produits. "La disponibilité d'une information sur la durée de vie des produits au consommateur serait de nature, non seulement, à le guider vers des produits plus durables, mais pourrait aussi stimuler la concurrence des fabricants sur la qualité et la longévité de leurs produits", indique l'avis. Pour cela, l'Ademe préconise de développer un affichage portant sur la durabilité du produit, ou sa durée en nombre d'heures de fonctionnement ou de cycles, ou encore sur son impact environnemental. La faisabilité d'un affichage sur la durée de vie normative est démontrée, explique-t-elle, par les lampes basse consommation qui font l'objet d'une telle obligation.

Une information sur les intérêts financiers pour le consommateur paraît également importante aux yeux de l'Ademe, de manière à ce qu'il prenne en compte le prix d'usage du produit plutôt que son seul prix d'achat. "Contrairement à la sensibilité écologique, l'argument financier est très souvent le moteur décisionnel du consommateur", constatent en effet les auteurs du rapport qui a servi de support à l'avis. L'objectif, précisent-ils, est d'encourager l'achat de produits durables (achats rentables à long terme), une utilisation optimale des produits (entretien, usages etc.), et de promouvoir les démarches de la réparation et du réemploi alors que peu de consommateurs aujourd'hui font réparer leurs produits. "En 2013, les deux tiers des télévisions tombées en panne n'ont pas donné lieu à recherche de réparation", revèle l'Ademe.

Une autre voie d'amélioration est celle d'un meilleur entretien des produits. "Une partie non négligeable des pannes pourrait ainsi être évitée avec davantage d'entretien et un usage en « conditions normales d'utilisation »", relèvent les auteurs du rapport. Bref, serait-on tenter d'ajouter, il devient urgent d'adapter l'utilisation de son produit en prenant en compte sa valeur réelle au regard de ses impacts sur les ressources, de ses émissions de gaz à effet de serre, des pollutions qu'il engendre et des déchets qu'il produit.

Réactions4 réactions à cet article

 

D'où l'intérêt de promouvoir une économie d'usage et non de possession.
Lorsqu'on loue un smartphone, une TV ou autre, le propriétaire aura tout intérêt à proposer du matériel entretenu et de qualité.
En plus c'est pratique quand on déménage, plus besoin de tout trimballer on relouera sur place !
Et quand c'est HS, plus besoin d'aller en déchèterie ou plutôt de le laisser sur le trottoir ou dans le local vélo..., le prestataire le reprend et le remplace.

Viniasco | 16 mars 2016 à 09h16
 
 

L'innovation que constituent les objets connectés est également porteuse d'obsolescence par le vieillissement, voire l'abandon de certaines applications qui leur sont associées :
- un fabricant mondial de "smart TV 3D" vient de dégrader l'intelligence de téléviseurs et accessoires (lunettes 3D, caméras ad hoc) vendus tout récemment en décidant d'abandonner les applications dédiées (Explore 3D, Skype) de sa bibliothèque de programmes ;
- un fournisseur mondial de systèmes d'exploitation pour ordinateurs encourage le remplacement de ses dernières versions, toujours opérationnelles, par une énième en en assurant temporairement la gratuité. Or la portabilité de certains logiciels du commerce n'est de fait pas assurée, ce qui pousse l'utilisateur vers un marché de remplacement pour des logiciels rendus compatibles, voire pour des matériels plus adaptés.
Pour autant tous ces matériels et logiciels tombant en désuétude, sont souvent récents et en parfait état de fonctionnement….

Alpes64 | 17 mars 2016 à 11h36
 
 

concernant les réparations : dans bien des cas la réparation que l'on vous annonce est d'un coût si élevé par le réparateur ...qu'il est préférable de remplacer le produit. D'où remarque : est ce que le réparateur et/ou vendeur sont liés au fabricant .....à un intérêt de ..... forcer la vente !
asrers

asters9160 | 17 mars 2016 à 20h18
 
 

@asters9160 : c'est parce que soit le coût du travail en France est trop cher et en plus il y a des normes environnementale, soit que les ouvriers chinois, voire philippins, sont des esclaves modernes et que l'environnement ça commence à bien faire !
À vous de choisir (un peu caricatural certes).

Viniasco | 18 mars 2016 à 14h03
 
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]