En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Santé-environnement : la France marque des points auprès de la Commission européenne

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal s'est entretenue avec le Commissaire européen à la santé. Plusieurs doléances françaises, notamment sur le glyphosate, ont reçu un bon écho même si la Commission se veut prudente.

Hygiene / Securite / Sante  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Santé-environnement : la France marque des points auprès de la Commission européenne

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal a reçu jeudi 3 mars Vytenis Andriukaitis, commissaire européen à la Santé. Ce fut l'occasion de mettre en avant les décisions françaises en matière de santé-environnement. La ministre a surtout appelé la Commission à plus d'ambition sur certains sujets ou du moins à ne pas accuser la France d'aller trop loin. Au menu : perturbateurs endocriniens, bisphénol A, pesticides néonicotinoïdes et glyphosate.

Pour une définition "ambitieuse" des perturbateurs endocriniens

Interpellé sur la question des perturbateurs endocriniens, le commissaire européen a confirmé son intention d'aboutir à la définition de critères d'identification avant l'été 2016 au lieu de fin 2016. Il attend toujours les résultats de l'étude d'impact économique lancée en 2015. La ministre lui a d'ailleurs suggéré d'intégrer dans son analyse les bénéfices sanitaires et économiques de la prévention et de ne pas s'appuyer uniquement sur les coûts économiques directs liés à l'adaptation de l'industrie : "Cela contre-balancerait le poids des lobby industriels", a-t-elle plaidé sans recevoir l'aval officiel du commissaire. Selon une étude publiée en mars 2015 dans la revue The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, les méfaits liés aux perturbateurs endocriniens coûteraient 157 milliards d'euros par an, soit 1,23% du PIB de l'Union européenne.

Le sujet est au menu du Conseil des ministres européens de l'environnement du vendredi 4 mars. La France compte bien réitérer ses demandes et convaincre ses collègues européens de soutenir une définition "ambitieuse" des perturbateurs endocriniens, à savoir celle qui s'appuie sur la définition de l'OMS et introduit trois niveaux de preuve : perturbateurs endocriniens avérés, suspectés ou substance active endocrinienne.

Bisphénol A : la Commission accorde de la souplesse à la France

Concernant le Bisphénol A, Vytenis Andriukaitis a confirmé l'intention de la Commission européenne de suivre certaines mesures françaises. Elle pourrait proposer rapidement aux Etats membres d'interdire les papiers thermiques contenant du bisphenol A.

Par contre, concernant les contenants alimentaires au BPA, également interdits dans l'Hexagone, la Commission n'est pas aussi pressée. Elle a préparé une feuille de route qui doit être discutée en comité technique. Or, ce document laisse entendre que la loi française doit être assouplie. Ségolène Royal veut surtout que la question soit débattue à l'échelle des décideurs politiques. Chercherait-elle des alliés auprès des autres Etats membres et du parlement européen ? Le Commissaire à la santé a toutefois assuré qu'il n'ira pas jusqu'à accuser la France d'être aller trop loin. D'autres acteurs s'en sont déjà chargés, à l'image de la fédération européenne des fabricants de plastique Plastic Europe.

Encore de la prudence sur les pesticides néonicotonoïdes

La Commission est un peu moins pro-active concernant les pesticides néonicotinoïdes. La France porte la voix de son Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments, de l'environnement et du travail. L'Anses recommande d'élargir l'interdiction des substances néonicotinoïdes pour l'enrobage des semences hivernales. Mais le commissaire européen à la Santé se veut prudent. "L'interdiction des trois substances décidée en 2013 n'a pas de limite dans le temps, a-t-il rappelé. L'Agence européenne (Efsa) a débuté ses réévaluations. Si de nouveaux dangers apparaissent, l'extension de l'interdiction à de nouvelles substances sera débattue avec les Etats membres".

Glyphosate : la Commission va interdire les co-formulants

En matière de glyphosate, le commissaire européen a pris connaissance de l'avis de l'Anses et des doutes sur l'innocuité sanitaire des autres substances présentes dans les produits à base de glyphosate (co-formulants). Il a assuré que la Commission allait rapidement se pencher sur celles-ci. Elle doit établir une liste de co-formulants interdits au regard de leurs caractéristiques de danger. "Deux réunions avec les Etats membres sont prévus la semaine prochaine sur ce sujet", détaille Vytenis Andriukaitis. La famille des tallowamines pourrait être la première visée.

En France, l'Anses est en train de réexaminer l'ensemble des préparations de glyphosate contenant ces substances. Elle pourrait retirer les autorisations de mise sur le marché des préparations phytopharmaceutiques concernées dès la fin du mois de mars.

Besoin de revoir les procédures d'évaluation des substances

Le cas du glyphosate a une nouvelle fois mis en avant la complexité de l'évaluation des risques des substances mises sur le marché. En Europe, la législation fait porter la responsabilité des études sur les industriels : c'est à eux de prouver l'innocuité de leurs substances et non pas aux pouvoirs publics de prouver leur dangerosité. On constate toutefois des polémiques récurrentes avec, au cœur du problème, la véracité des études réalisées par l'industrie. Le commissaire à la Santé ne semble pas prêt à lancer des réflexions sur une modification des procédures d'évaluation des risques. Mais en comparant les dispositifs existant outre-atlantique il s'interroge : "Pourquoi les études industrielles sont fermées au public en Europe alors qu'aux Etats-Unis elles sont plus transparentes".

Les Etats-Unis pourraient en effet inspirer l'UE notamment sur le financement de la recherche publique. La ministre française et le commissaire européen ont évoqué l'idée de mettre un fonds à disposition des agences européennes pour réaliser en commun une analyse complète et sérieuse des risques pour les substances polémiques. Ce principe de fonds disponible existe aux Etats-Unis depuis plusieurs années : le National toxicological program. "Il est important de conserver la confiance du public dans la science. Il est donc nécessaire d'approfondir la qualité des évaluations", justifie Vytenis Andriukaitis.

Réactions4 réactions à cet article

 

Tout çà c'est bien beau.

Mais outre les autres lobbies, combien de fois a-t-on entendu depuis samedi des agricultueurs de base ou non se plaindre des normes à supposer qu'ils les respectent surtout lorsqu'ils sont au bout du rouleau.... financier.

La productivité des terres agricoles a baissé de 95 %, y compris à cause de labours trop profonds avec des grosses machines bien coûteuses qui ont bien enrichi les banksters.

C'est pas vraiment de la faute du pape

Sagecol | 04 mars 2016 à 10h13
 
 

Je dois préciser : la productivité naturelle sans engrais chimique.

Et je pense, entre autres, aux constats des Bourguignon

Sagecol | 04 mars 2016 à 10h50
 
 

Sagecol
Vous finissez par etre effrayant avec vos affirmations a la royal/bourguignon

Vous préciser (et c’etait super important de le faire LOL)

"Je dois préciser : la productivité naturelle sans engrais chimique."

Donc si on apporte de « l’engrais non chimique »(effluent d’élevage par exemple) on est sur une productivité naturelle alors ????
C’est juste une question car le fait d’être agronome ne suffit plus pour comprendre toute ces nouvelles définitions qui nous sont inventé par des bourguignons et autre ESCROLOGISTE ENVIRONNEMENTEUR !

D’ailleurs eux faisait plus fort ! La version bourguignonne c’est : L’ensemble du territoire français a perdu 95% de sa FERTILITE……. Ben tien mon copain !!!

Donc là on reste sur la productivité naturelle sans « engrais chimique »qui a baissé de 95%.
Un maïs conventionnel fertiliser avec que des effluent d’élevage (come en bio) ce qui se fait beaucoup dans les exploitations en polyculture élevage (fumier, lisier = fertilisant le moins chère) on arrive sans PB a faire plus de 100qx de rendement.
Leur productivité est naturelle ou pas ???
Dans tous les cas, c’est une bonne nouvelle car si avec seulement 5% de productivité (et oui si 95% perdu-reste 5%), il font 100qx alors avec un retour à 100% ils vont faire combien de rdt ????? 2000 qx WHAOUUUUU !!

yann | 04 mars 2016 à 15h43
 
 

suite et fin

Les bio eux, sont en productivité « naturelle » ?
Les converti bio depuis plus de dix ans on du remonter leur productivité !! Non ??

Pourtant il ne produise pas plus voir moins que les mais conventionnel, même avec engrais naturelle!
(Ne parlons pas du blé bio qui ne fait même pas la moitié des rdt du blé conventionnel )

Plus sérieusement que les fertilisants soit naturels ou pas le pb est le même pour l’environnement !
C’est les surdosages aux mauvaises époques qui font des bêtises (rien à voir avec les formes d’engrais)

Quoique si, il est certain que les effluents d’élevages sont bien plus difficile à gérer pour éviter les transferts dans le milieu et c’est pour cela qu’il y a même une réglementation (usine a gaz) énormément contraignante pour leur épandage.

Reste que cette hoax des 95% de perte lancé par les bourguignon était et reste une ânerie de plus répété par des super agro formé sur internet et qui en font des vérités (pourtant absurde avec un minimum de connaissances).

yann | 04 mars 2016 à 15h48
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]