En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Anses relaye deux études sur l'exposition des enfants aux pesticides

Deux études relayées par l'Anses reviennent sur l'exposition environnementale et alimentaire de jeunes enfants aux résidus de pesticides. Elles confirment la dérive des pesticides pulvérisés et l'implication des aliments dans l'exposition.

Risques  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Quelle est l'exposition environnementale et alimentaire des jeunes enfants aux résidus de pesticides ? Ce sujet a été à l'origine de crispations cet été lors de la préparation de la loi d'Avenir pour l'agriculture : Ségolène Royal avait alors annoncé "une interdiction des épandages de produits phytosanitaires « à moins de 200 mètres des écoles »".

Au final, la loi n'a retenu que la mise en place de mesures de protection près des lieux sensibles (écoles, hôpitaux, etc.) : "des haies, des équipements pour le traitement ou des dates et horaires de traitement permettant d'éviter la présence de personnes vulnérables".

Dans son dernier bulletin de veille scientifique, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient alimenter le débat à travers la présentation de deux études : l'une se penche sur l'exposition d'écoles d'Afrique du Sud situées à proximité de vignobles et la seconde tente d'évaluer la contribution de certains aliments à l'exposition de jeunes enfants.

Si l'analyse critique dans le bulletin de l'Agence souligne "la difficulté de documenter les sources d'exposition aux pesticides" du fait de leur "présence ubiquiste (…) dans l'environnement et au nombre élevé de molécules mises sur le marché", elle relève toutefois les apports documentaires de ces deux études.

Le suivi des concentrations résiduelles de pesticides dans l'air, les poussières et la pelouse d'écoles à proximité de vignobles (30 et 100 m) en Afrique du Sud (à l'ouest de la ville du Cap) montre en effet que six des onze pesticides détectés dans les échantillons figurent dans le planning de pulvérisation des exploitations.

Mise en évidence de dérive de pesticides

Selon cette étude, les résultats "en lien avec les données météorologiques (direction du vent, données pluviométriques) ont confirmé la dérive des pesticides utilisés dans les vignobles vers les deux écoles".

L'analyse critique regrette toutefois que tous les pesticides utilisés dans les fermes aux alentours ainsi que dans les écoles en question n'aient été étudiés. "Compte tenu du phénomène de dérive sur des distances pouvant atteindre 750 m, il aurait été pertinent de connaître l'environnement des écoles sur un rayon équivalent", pointe-t-elle également.

La seconde étude a mesuré la concentration de résidus de pesticides dans les urines de 135 enfants, âgés de deux à cinq ans, après la consommation de jus de fruits frais, céréales, légumes et pain aux Etats-Unis (Caroline du Nord et Ohio).

Elle montre ainsi que 99% des enfants ont été exposés aux insecticides TCP, 64% à l'acide 3-phénoxybenzoïque (3-BPA) et 92% à l'herbicide, l'acide dichloro 2,4 phénoxyacétique.

Selon les auteurs, les enfants consommant des pommes et des jus de fruits à une fréquence d'au moins trois fois par semaine présentent une concentration moyenne de TCP plus élevée.

De la même manière, lorsque ces derniers mangent du poulet ou de la dinde à une fréquence supérieure ou égale à trois fois par semaine, leur niveau urinaire de 3-BPA s'avérait plus important.

"La documentation du poids ou du volume des aliments consommés aurait pu permettre une meilleure caractérisation des sources d'exposition", note l'analyse critique. Pour ces experts, les auteurs auraient également pu prendre en compte des critères complémentaires comme les concentrations en pesticides dans les légumes, une analyse de l'eau du robinet, la consommation de produits bio, etc.

Une voie d'exposition qui pourrait ne pas être négligeable, selon l'analyse critique serait également l'ingestion de terre contenant des pesticides : les enfants absorberaient en effet en moyenne 31 mg/jour (et jusqu'à 137 mg/jour) de terre et de poussières.

En France, quelques études se sont intéressées à cette question : l'étude épidémiologique Timoun en Guadeloupe s'efforce de caractériser les éventuels impacts du chlordécone sur le développement de l'enfant et la grossesse. Des scientifiques ont ainsi montré que cette exposition peut conduire à un risque augmenté de prématurité.

Dans le cadre du volet alimentation du projet de recherche Popeye, l'exposition aux pesticides des couples mères-enfants de la cohorte nationale Elfe doit également être étudiée ainsi que les impacts possibles d'une exposition pendant la grossesse.

De manière plus large, l'Institut de veille sanitaire avait alerté en avril 2013 sur les niveaux d'exposition de la population française (adulte) aux organophosphorés et aux pyréthrinoïdes.

Lors de la table ronde santé-environnement de la Conférence environnementale, plusieurs associations ont appuyé sur la nécessité de réduire l'usage des pesticides, la feuille de route qui en découlera en janvier montrera si le Gouvernement a entendu leur appel.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…