Actu-Environnement
 
 

Energies renouvelables : le SER veut un plan de relance

Alors que la présentation du projet de loi sur la transition énergétique a été repoussée au printemps, le syndicat des énergies renouvelables propose 23 mesures à prendre d'urgence pour relancer les filières EnR, qui sont atones aujourd'hui.

Energies  |    |  Actu-Environnement.com

"Il ne faut pas attendre le vote de la loi sur la transition énergétique pour prendre des décisions sur les énergies renouvelables, car le marché mondial ne nous attendra pas". Alors que la présentation du projet de loi sur la transition énergétique a été repoussée au printemps prochain, le président du syndicat des énergies renouvelables (SER) Jean-Louis Bal a présenté un plan de relance pour les EnR, avec des mesures à très court terme, et d'autres à moyen terme. "Il est exagéré de dire que les mesures d'urgence prises en 2013 par le gouvernement n'ont pas eu d'effets. En revanche, elles sont insuffisantes", a-t-il indiqué.

Si fin 2012, le mix énergétique français comptait 13,7% d'énergies renouvelables, un chiffre proche des 14% fixés par la programmation pluriannuelle des investissements (PPI), il faut regarder ce qui se cache derrière, a insisté Jean-Louis Bal. "L'atteinte de ce point de passage a été possible grâce au respect de la trajectoire des biocarburants et des pompes à chaleur. En revanche, la trajectoire n'a pas été tenue pour l'éolien, la géothermie et, en partie, pour la biomasse collective. L'avance constatée dans le solaire photovoltaïque traduit un objectif initial mal dimensionné dans la PPI". A ce rythme, estime le syndicat, la France devrait atteindre 17% d'EnR en 2020, contre 23% initialement fixés. "Il y a un véritable enjeu. Alors qu'entre 2005 et 2010, les EnR ont créé des emplois, à partir de 2010, il y a eu des destructions d'emplois (de 90.000 à 70.000). Avec 23% d'EnR en 2020, 225.000 emplois sont projetés", a souligné Jean-Louis Bal.

Visibilité, territorialisation et simplification

Dans son plan de relance, le SER propose 23 mesures de court terme (à six mois) pour relancer les filières renouvelables, des mesures maintes fois défendues par le syndicat ces dernières années. La première priorité est d'améliorer le pilotage des EnR, indique le syndicat. Cela passe par une meilleure visibilité à moyen et long terme via une révision des objectifs de certaines filières à 2020 (photovoltaïque, énergies marines, bois énergie, biogaz et déchets ménagers). Des appels d'offres pluriannuels pourraient être lancés pour le solaire.

"Il faut également un pilotage au plus près des territoires", a insisté Damien Mathon, délégué général du SER, reprenant ainsi l'une des conclusions du débat national sur l'énergie. Cette territorialisation pourrait se traduire par une feuille de route par région, qui s'appuie sur les schémas régionaux climat-air-énergie (SRCAE) et qui fixe des objectifs annuels. Le SER souhaite également que la concertation pour la détermination de nouvelles zones en vue des prochains appels d'offres (éolien offshore, hydrolienne, hydroélectricité) soit lancée au plus tard en décembre, et que soit lancé "au plus tôt" l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour les fermes hydroliennes pilotes.

Deuxième priorité : la simplification administrative. Alors que le Président de la République a annoncé un choc de simplification, le SER espère bien que celui-ci va concerner les énergies renouvelables. Il souhaite que soient revues les règles définissant les installations EnR soumises aux schémas régionaux de raccordement des énergies renouvelables (S3RENR) et que soit supprimée l'obligation d'intégration au bâti pour le photovoltaïque dans le bâtiment existant. Il faudrait également prolonger les délais de validité des autorisations environnementales et d'urbanisme, simplifier les procédures d'autorisation pour le renforcement du réseau électrique et garantir le respect des délais de raccordement au réseau. Ces mesures peuvent être prises par voie réglementaire, estime le SER, et ce, rapidement.

Le syndicat demande également que soit créée une procédure d'autorisation unique pour chacune des filières éolienne, biogaz, hydroélectricité et énergies marines, via une expérimentation régionale qui pourrait être lancée début 2014. Enfin, le projet de loi sur la simplification pourrait prévoir la réduction des délais d'instruction des demandes d'autorisation des projets EnR, limiter l'impact des recours contentieux en fixant un délai unique de recours des tiers de deux mois et simplifier le recours au financement participatif.

Economie et fiscalité des EnR

Après l'instabilité tarifaire et réglementaire de ces dernières années, le SER demande également une sécurisation de l'économie des projets. Cela passe par la confirmation des tarifs d'achat (éolien, photovoltaïque, cogénération), un partage équitable des coûts d'adaptation du réseau électrique, le lancement d'un appel d'offres de 1.000 MW pour le photovoltaïque et le solaire thermodynamique et le doublement du Fonds chaleur. Alors que dans les départements et collectivités d'Outre mer (DOM COM), la limite de 30% d'EnR injectées sur le réseau a été atteinte, le SER demande que soit mis en place un tarif photovoltaïque autoconsommation. Pour la métropole, le syndicat a engagé des réflexions avec la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et ErDF afin d'aboutir à un statut juridique et économique de l'autoconsommation dans le courant de l'année 2014.

Le gouvernement présentera le projet de loi de finances (PLF) pour 2014 le 25 septembre prochain. Le SER souhaite qu'y soient inscrits un maintien de la fiscalité sur les agrocarburants jusqu'en 2015 (le gouvernement avait annoncé une dégressivité dès 2014), un retour à la TVA à 5% pour le bois énergie (contre 10% prévus pour 2014) et un allègement de la fiscalité pour les nouvelles installation hydroélectriques, dont les stations de transfert d'énergie par pompage (Step). Il demande également le maintien du crédit d'impôt développement durable (CIDD) pour les installations domestiques utilisant des EnR.

Toujours dans le cadre du PLF 2014, le SER souhaite le lancement d'un plan Précarité logement qui équipe d'appareils de chauffage au bois ou de pompes à chaleur 100.000 maisons individuelles du parc social par an sur cinq ans.

Stratégie industrielle à moyen terme

Enfin, le SER souhaite que soient prévus, dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique, un programme Bpifrance ENR sur le modèle allemand et de nouveaux programmes d'investissements d'avenir (stockage d'énergie, R&D…).

Il demande également au gouvernement de mettre en œuvre "au plus vite" les plans industriels, annoncés récemment par François Hollande, sur les EnR, l'industrie du bois, la chimie verte et les agrocarburants. "Un plan industriel peut avoir du sens, à condition qu'il y ait un marché domestique pour l'appuyer", a souligné Jean-Louis Bal.

Pour les DOM COM, dont les objectifs à l'horizon 2020 sont plus ambitieux qu'en métropole (50% d'EnR), le syndicat souhaite que soit défini un véritable plan de développement. "On dit souvent que les EnR pèsent de plus en plus sur la contribution au service public de l'électricité (CSPE), ce qui est vrai. Mais on oublie que la péréquation tarifaire représente 40% de la CSPE. Alors qu'en 2004, cette part représentait 400 millions d'euros, aujourd'hui elle se situe à 1,4 milliard d'euros", précise Jean-Louis Bal.

A plus long terme, le SER propose d'anticiper l'évolution des mécanismes de soutien en tenant compte de l'amélioration de la compétitivité de chaque filière. Il a d'ores et déjà engagé des réflexions à ce sujet.

Réactions33 réactions à cet article

 

Jean Louis Bal défend avec énergie ses adhérents.C'est son travail.
Défend-il les intérêts de la France ? C'est une autre histoire.

Géraldine | 17 septembre 2013 à 22h33
 
 

@Géraldine: 2 lignes qui ne servent à rien si ce n'est de révéler votre parti-pris... Et vous que défendez-vous ?
Développez ou évitez ce genre de constat peu constructif...

julio85 | 18 septembre 2013 à 10h36
 
 

ces mesures me paraissent cohérentes sauf en ce qui concerne les agrocarburants qui n'ont rien à voir avec des ENR et dont les subventions doivent être arrêtées illico presto.

lio | 18 septembre 2013 à 10h50
 
 

@Géraldine: 2 lignes qui ne servent à rien si ce n'est de révéler votre parti-pris... Et vous que défendez-vous ?
Développez ou évitez ce genre de constat peu constructif...

julio85 | 18 septembre 2013 à 11h01
 
 

Mr Bal Bal défend son business ...défendons la France , l'environnement, le bien être et surtout nos paysages....... qui soit dit en passant génèrent beaucoup plus de chiffre d'affaire ...et en sus non subventionné et encore en sus , qui rapportent beaucoup de devises !

carl | 18 septembre 2013 à 12h49
 
 

Vous relayez et défendez surtout le classique discours stéréotypé anti-éolien, qui vise à diaboliser et mettre tout le monde dans le même sac...
Si l'appréciation paysagère est propre à chacun et doit être étudiée au cas par cas, l'imposture consiste principalement à faire croire que l'éolien terrestre impacterait considérablement notre environnement et notre bien-être... Le tout sans considérer notre modèle énergétique actuel. Dois-je remettre l'exemple Japonais sur le tapis ?
Petit rappel d'économie universel : Pour inverser une tendance dans un marché de monopôle, une subvention permet de créer un effet de levier jusqu'à ce qu'on estime que le marché s'équilibre. Quoiqu'on en dise, l'éolien terrestre est de plus en plus compétitif face à l'atome et ne saurait rester dépendant ad vitam de ces satanées subventions d'Etat. Je vous prie au passage de noter que l'éolien n'a pas vocation de remplacer le nucléaire.
Deuxièmement, tout créateur d'entreprise veillera en amont à avoir un business model qui lui permettra, à minima, de couvrir son fond de roulement et son salaire et, de préférence , de générer en sus des bénéfices pour pouvoir éventuellement se développer. Est-ce mal ?? Si vous avez du mal à vivre avec cette logique, c'est tout notre société qu'il va falloir remettre en question...

julio85 | 18 septembre 2013 à 15h10
 
 

Désolé julio85 mais elles attirent mon regard comme un aimant sur la feraille ...elles me font tourner la tête ...surtout les grandes .
La france est belle ...avouez quand même que quand elles sont implantées on ne voit plus que ça ...fini les arbres et champs de blé ...elles passent au premier plan ! avec 170 Mètre de haut fini aussi la vue sur mer ...elles seront forcément en face !!! vous avez quand même l'honetté de dire qu'elles n'ont pas vocation à remplacer le nucléaire ...merci pour ça, car sinon on serait en plus enfumé par les centrales thermiques ...comme au japon notemment ..plein gaz
je préférerais que cet argent aille dans les économies d'énergie !
mais vous avez aussi raison sur le nucléaire ....c'est quand même l'énergie la plus propre , la technologie la plus puissante et régulière ceci au M2 utilisé ...mais le risque zero n'existe pas !!! là est le problème et je suis d'accord
c'est pourquoi je préférerais que tout cet argent gaspillé dans l'éolien aille dans la recherche pour des ENR plus performantes , plus régulières et moins perturbantes pour l'environnement.... avec une meilleur performance au m2 ou m3 utilisé !

cordialement

carl | 18 septembre 2013 à 15h49
 
 

Jamais la filière éolienne n'a eu la prétention de remplacer un jour le nucléaire. Pourquoi les anti-éoliens ressassent t'ils ce point en boucle ? Il s'agit bien d'un ensemble de solutions (= mix énergétique) plus acceptables que notre modèle actuel à déployer. A chaque région son potentiel, le vent n'est pas de qualité partout.
Sur la route de mon travail, je croise pas moins de 4 parcs éoliens tous les jours. Originaire du sud-est de la France j'en avais très peu vu. En arrivant ici (14), mon regard était effectivement attiré par ces édifices. Personnellement, elles ne me dérangent absolument pas d'un pt de vue esthétique mais là n'est pas la question. Aujourd'hui je passe à côté sans même y faire attention... Ceci est dû au fait que je l'es ai acceptées et intégrées et que l'habitude réduit l'effet de surprise quand on les découvre... Je vous invite à lire l'article "La psychologie des éoliennes" de l'Agence Science Presse. Ceux qui rejettent en bloc l'éolien sans même s'y intéresser véritablement pourraient finir par se rendre malade en voyant les pâles tourner. J'exagère à peine...
Il s'agit de la même chose pour les personnes a qui on fait croire que leur maison va perdre la moitié de sa valeur sous prétexte qu'on voit un parc éolien depuis le jardin... Il n'y a qu'un anti-éolien pour négocier une maison sous ce seul prétexte ! Aux Etats-Unis, qui ont plus de recul, une étude a démontrée qu'il n'y avait eu aucune incidence significative sur les transactions immobilières

julio85 | 18 septembre 2013 à 19h18
 
 

@ julio85 ...Ha bon ...si vous le dite ! je vais probablement investir dans une maison secondaire dans le cotentin ou bretagne ( avec Emprunt et effort d'épargne pour la retraite !!! ) ....je vous promet que je vais éviter les maisons qui ont comme champs de vision ...une centrale nucléaire, lignes THT, éoliennes terrestres et parcs éoliens offshores qui sont en projets pour les bords de mer et qui seront forçément en face ..ces critères sont incontournables quel que soit le prix .....j'aime les beaux paysages, la natures et la quiètude, c'est comme ça .... mais enfin tout le monde ne raisonne pas comme moi !!! .

carl | 19 septembre 2013 à 09h38
 
 

Bonjour,
"Jamais la filière éolienne n'a eu la prétention de remplacer un jour le nucléaire. Pourquoi les anti-éoliens ressassent t'ils ce point en boucle ?"
Parce que, jusqu'à ce jour, cela est resté l'argument phare des pro-éolien, lesquels nous font le chantage affectif de l'avenir des générations future en boucle.
Pour ma part, j'estime qu'en ces temps de crise, où un nombre croissant de citoyens sont en précarité énergétique, on doit cesser de gaspiller les deniers publics pour perfuser cette "danseuse" qu'est le SER.
L'organisation de Bal est un trou sans fond, à mon avis.

Tireman | 19 septembre 2013 à 09h43
 
 

Suite...
@Carl: De nombreuses alternatives aux centrales thermiques sont disponibles telles que la biomasse, cogénération, géothermie,... Il en est de même pour les technologies de gestion de réseau et très bientôt pour le stockage. Cet argument est déjà désuet... L'Allemagne s'est précipité sans réfléchir. Profitez-en...
Je ne comprends pas votre remarque sur la consommation d'espace. Si le nucléaire a le meilleur ratio production(-danger!)/au m², la "consommation" d'espace liée au développement de l'éolien est plus que modérée puisqu'il s'agit de la surface d'un mât... C'est vraiment allez chercher des arguments pour discréditer à tout prix ! D'ailleurs j'aime bcp votre parallèle avec la résidence secondaire... Vous me parler de consommation d'espace alors qu'il faudrait plusieurs planètes pour que chacun ait sa résidence secondaire. De qui vous moquez-vous ? Effectivement, si Tireman partage vos critères d'achat, ce ne sont pas des critères universels !

L'efficacité énergétique est une priorité mais elle doit se faire en parallèle de notre changement de modèle énergétique. L'un va avec l'autre !

@Tireman: Si l'éolien était détrôné par d'autres EnR (algues,...), il disparaîtrait sans délais et conséquence pour l'environnement. Pas le nucléaire. Le chantage affectif consiste également à rejeter en bloc l'éolien sous couvert de la très subjective sensibilité paysagère. Tous les paysages ne sont pas emblématiques ou classés au patrimoine de l'UNESCO, ne vous en déplaise...

julio85 | 19 septembre 2013 à 10h37
 
 

@Tireman: Effectivement votre avis très personnel n'engagent que vous. C'est très aimable à vous de nous en faire profiter.
Les EnR ne pourraient exister sans coup de pouce pour les raisons évoquées précédemment. Vos propos insultant et vos jeux de mots révèlent un certain état d'esprit et un léger parti pris...
La précarité énergétique grandissante est bien une réalité mais vous avez tendance à la manipuler à votre compte. Ce problème prend sa source dans de nombreuses thématiques (normes de construction, lobbying nucléaire et pétrolier, spéculation, augmentation du chômage, inflation,...) et ne pourrait être attribuée au seul développement des EnR... Il y a bien plus d'organisations et de structures à réformer dans notre société pour lutter contre la précarité grandissante que de réduire les subventions pour un nécessaire changement de modèle énergétique !

Vous faites de la démagogie en évoquant le chantage affectif lié au développement des EnR ! N'utilisez pas les mêmes méthodes que vous dénoncez ou veillez à ce que cela ne transparaisse pas trop...

julio85 | 19 septembre 2013 à 11h02
 
 

Mon cher Julio85,
Par principe et par définition, un "avis personnel" n’engage que son auteur.

Propos insultants ?
Cela n’engage que vous…

Dans votre litanie des lobbys, vous oubliez de citer le lobby éolien, et je crois qu’il y a matière à développer.

Concernant le chantage affectif, il suffit de lire l’argumentation pro-éolienne.

Concernant la précarité énergétique, parlez-nous un peu de la CSPE, qui sert essentiellement à financer une dette découlant de l'obligation faite à EDF d'acheter au prix fort de l'électricité éolienne ou photovoltaïque.

A Carl, dont je partage les préoccupations, vous dites, entres autres :
" …la "consommation" d'espace liée au développement de l'éolien est plus que modérée puisqu'il s'agit de la surface d'un mât "…
Même si la surface unitaire utilisée au sol est faible, il faut disposer de 10 Ha afin d'installer un site éolien qui soit significatif. En effet, l'écart réglementaire entre les éoliennes est de 200m minimum.

Parlez nous un peu de l’intermittence, et donc du facteur de charge de vos moulinettes ?
La conséquence directe est l’appoint de centrales thermique, c’est incontournable.

Ce sont juste quelques remarques en passant…
Mais, si vous y tenez, je peux prendre un peu de mon temps pour développer…
Bien à vous.

Tireman | 19 septembre 2013 à 11h35
 
 

Je me permets de noter en passant, mon cher Julio85, votre agressivité envers les intervenants sur cet édito.
Votre réponse à Géraldine, que vous avez doublée (de crainte de ne pas être lu peut-être ?)
Vos réponses à Carl ou à moi-même…
Vous semblez nous reprocher d’être "parti-pris", mais ne l’êtes pas vous-même ?
Chacun ici expose et défend son point de vue, vous y compris.
Cela est chose respectable, et je vous prie dons de bien vouloir respecter l’avis des autres intervenants.
La qualité première d’un débat contradictoire est la courtoisie et le respect mutuel.
Merci de votre attention.

Tireman | 19 septembre 2013 à 11h47
 
 

"vous avez aussi raison sur le nucléaire ....c'est quand même l'énergie la plus propre , la technologie la plus puissante et régulière ceci au M2 utilisé"
Vous êtes sérieux. La plus propre ?
La plus puissante et régulière aller, d'accord (encore qu'il est facile d'être régulier en balançant l'énergie dans le sol quand il y en a trop). Mais bref.
LA PLUS PROPRE ? Mais par rapport à quoi ?
Et les déchets radio-actifs actuel c'est du nougat ?

Bon dieu arrêtez avec cet lubie des énergie propre.
AUCUNE ÉNERGIE n'est propre. La seule énergie propre c'est les économie d'énergie... et encore.

Puis la notion de paysage on en a soupé au bout d'un moment. Toute les centrales "bousillent" le paysage. Alors on fait quoi ? on repart à la bougie ? Non.
La transition sera la diversité. la diversité des sources d'approvisionnement.
A chaque région suffit sont potentiel d'ENR.
Mais soit dit en passant, il est nécessaire de ne plus mettre les subventions astronomique dans les seules ENR et encourager la rénovation thermique.
Les les industriels ont peur pour leur marges ils n'ont cas faire pression auprès de l'Europe pour protéger le marché. Les USA le font bien.

Terra | 19 septembre 2013 à 12h28
 
 

@Tireman: La répétition de mon édito est un bug du site, je n'ai posté qu'un seul message.
Contrairement à vous, je n'ai insulté personne ni employé de qualificatifs visant à titiller la "partie adverse". "Danseuse", "moulinette", "trou de..B", quelle leçon avez-vous à donner en matière de respect et de courtoisie ? Quand je parle de partis-pris c'est peu dire, il n'y a pas un sujet sur l'éolien sur ce site qui n'ait pas été arrosé de votre prose.
Marre des Géraldine, Paulette et Causette qui balancent gratuitement leur venin sans étayer leurs accusations. Ces interventions de circonstance, de la part de corbeaux anonymes, n'ont que pour seul but de "salir" ce qui les dérange. Ras le bol.
Vous me faites rire avec votre lobby éolien. Il existe comme dans tout secteur d'activité qui pèse mais comment osez-vous prétendre qu'il pourrait être plus influent que celui du nucléaire ou du pétrole ??!!
Cette foutue CSPE est également le fait de la production nucléaire qui nous a été imposée en cachant le plus longtemps possible les coûts et dangers, et qui nécessite aujourd'hui de changer de cap.
L'intermittence ne nous condamne pas à rallumer les centrales thermiques (cf. constats et solutions évoquées plus bas...) Encore une idée reçue et mensongère qui traverse les décennies.
Les champs ne seraient plus cultivées entre les éoliennes ? La seule surface "consommée" est celle de la surface du mât (5 à 6 m de rayon) pas 1 m² de plus ! Pr info, les terrains ne sont pas constructibles...

julio85 | 19 septembre 2013 à 14h44
 
 

La CSPE ne finance pas que les Éoliennes.
Si EDF a des dette c'est parce qu'elle doit aujourd'hui réinvestir massivement dans ses centrales nucléaires j'en perd le chiffre de plusieurs milliards !). Et ça ne va pas diminuer, car EDF doit provisionner le coût de démantèlement desdites centrales. Un coût qu'on ne cesse de repousser et d'augmenter. C'est à ça que sert la plus grosse partie de la CSPE. l'éolien, le solaire et les obligations d'achat sont peanuts (obligation dont le prix ne cesse de diminuer)
A l'heure de la construction d'un réseau européen, les intermittences de production ne sont plus un problème, bien au contraire.
Et quand bien même il faudrait les gérer, on peut produire de l'énergie autrement, et la stocker (c'est le but de la R&D vous savez)

Et oui, vous savez tout ça. Et comme tous ces anti-éoliens vous mettez tjrs en avant les mêmes arguments et bien qu'ils tombent systématiquement en désuétudes vous les relancez. Où est le débat constructif ?
Je suis originaire du Calvados. J'ai vu les éoliennes pousser, et je vous assure qu'elles n'ont pas déchiquetées le paysage. C'est même le contraire. Elles en casse la ligne d'horizon invariablement plane. Je n'ai pas vu d'éolienne au Mont-Saint Michel. Elles sont dans les plaines. dans les champs. Et elles assurent des revenus complémentaires aux agriculteurs et aux collectivités.

Au final elles profitent au plus grands nombre. C'est ça l’intérêt de la collectivité

Terra | 19 septembre 2013 à 15h21
 
 

A l’attention de Julio85 :
En relisant le post de Géraldine, cette internaute admet que, je la cite, que « Jean Louis Bal défend avec énergie ses adhérents. C’est son travail. », et elle pose la question de savoir si cela va dans les intérêts de la France…
Où donc est le venin ?

Les personnes qui osent émettre un avis qui n’est pas la votre, sont donc, je vous cite, des « corbeaux anonymes » qui n’ont « pour seul but de "salir" ce qui les dérange »…
Vous me reprochez d’intervenir à propos des sujet de ce site traitant de l’éolien.
C’est parfaitement exact, il me semble que c’est mon droit le plus absolu, et je le revendique.
De plus, c’est me semble-t-il aussi, la vocation de ce site que de permettre la libre expression d’opinions contradictoires, dans le respect de la courtoisie, cela va sans dire (ou, du moins, cela devrait…).
On appelle cela la démocratie, si cela vous inspire-t-il quelque chose ?
Je réitère donc : avez-vous besoin de manifester une telle agressivité envers les gens qui ne sont pas de votre avis ?

Aussi, je vous le réécris, pour que cela s’imprime bien :
Je suis contre l’éolien industriel,
Je suis contre le saccage de nos paysages,
Je maintiens que d’habiller de vert le lobby éolien est une escroquerie.
Et pour le dire, je n’ai besoin de n’insulter personne, ni même d’être agressif.
Suis-je assez clair ?
Je peux ?
Merci.

Tireman | 19 septembre 2013 à 17h11
 
 

Ne vous offensez pas si vous n'êtes pas Géraldine.
Vous savez très bien de quoi je parle concernant ces interventions spontanées et systématiques dès que l'éolien apparaît dans un article...
Épargnez nous votre offuscation, le seul qui a écrit ici des propos insultants c'est vous.
Bondir sur tout commentaire défendant l'éolien avec vos sarcasmes ne fait pas de vous un démocrate. Prenez un peu de recul sur vos écrits avant de faire la leçon !
Je ne fais que répondre à des arguments qui ne me semblent pas ou plus recevables et me garde bien d'étaler mes états d'âmes et goûts personnels. Faites en de même pour fluidifier le débat...

julio85 | 19 septembre 2013 à 17h50
 
 

Bravo tirman ...bien parlé, @ julio 85 j'adhère pour biomasse, cogénération, géothermie ...je ne crois pas au mix énergétique ..smart green ché pas quoi ...surtout avec de l'éolien industriel . je crois beaucoup plus aux économies d'énergies , a l'efficacité énergétique ( géothermie entre autre ) ...voir même du petit éolien en régie municipales ( vous voyez !!!) , le tout localement , avec un esprit de proximité , voir d'autoconsommation pour les ENR . ça obligerait à obtenir l'adhésion de tous , ça limiterait aussi le transport , cables , pertes etc c'est plus écolo comme ça ..non !
Pour le reste Julio85 je vous trouve pas trés convaincant sur le fait que vous dite que l'éolien n'est pas consommateur d'espace !!! et je vous sent également clairement anti capitaliste ... j'ajoute aussi que dans le Calvados où vous demeurez, sans les Anglais et autres propriétaires de maisons secondaires de nombreuses maisons Normandes seraient en ruines ..PAS VRAI !!! svp ne critiquez pas ceux qui dépensent leur argent, honnètement gagné , dans la rénovation des batiments ...c'est quand même plus saint que d'acheter des actions dans les ENR avec des prix de revente garantis !!!! Redenment garanti 8 % j'ai pu lire sur une pub !!!

carl | 19 septembre 2013 à 18h00
 
 

Mon cher Terra,
En écrivant que dans la CSPE, la part de "l'éolien, le solaire et les obligations d'achat sont peanuts", je crois qu’il vous manque cette information essentielle, c’est qu’elle a été créée par le législateur pour financer les ENR (69,2% en 2013), la péréquation tarifaire dans les ZNI (27,9% en 2013), et les dispositions sociale (2,8% en 2013).

Quand au problème du coût du démantèlement des réacteurs nucléaires en fin de vie, là oui, c’est un réel problème, nul ne peut le nier.
Je vous fais noter en passant que si l’étude sur la surgénération n’avait pas été arrêté sans fondement autre que des considérations électoraliste, le problème du retraitement et du stockage des déchets n’en serait plus un.
On peut dire que l’on a loupé le coche, merci les verts.

Le rêve du réseau européen que vous évoquez est pour le moment dans le domaine du rêve, car trop de difficultés techniques, et de coût, qui n’ont pas trouvé solution.
Même chose pour le stockage de l’énergie non consommée.

J’ai traversé depuis la Normandie jusqu’au Nord Pas-de-Calais, et sincèrement, je n’aimerais pas y habiter.
Quand au Mont Saint Michel, s’il a été sauvé d’une implantation éolienne, c’est bien grâce à une mobilisation mondiale.
Comme le col du Bonhomme dans les Vosges d’ailleurs.
Ici, en Auvergne, c’est un site classé "Grand site de France" qui nous pose un souci de santé paysagère, le Site du Puy Mary, victime à son tour du lobby éolien...

Tireman | 19 septembre 2013 à 18h10
 
 

Au risque de me répéter, Julio85,
J’ai toujours utilisé un seul et unique pseudo pour intervenir sur ce site, et sur bien d’autres aussi.
Je n’ai jamais utilisé l’insulte, mais par contre l’ironie, parfois, oui, je l’admets.
Enfin, et pour conclure, du moins je l’espère, il me semble normal que j’intervienne sur l’éolien quand il en est question.
Je ne vous reproche pas de le faire, me semble-t-il ?
Notez, si cela vous intéresse, que j’interviens aussi sur le transport ferroviaire.
Bien à vous.

Tireman | 19 septembre 2013 à 18h20
 
 

M. TIREMAN et son inlassable chasse à la moulinette !
J'ai moi-même fait l'objet de leçons de ce type et ne peut que confirmer le constat de julio85.
Quand on aura tous crevé sous prétexte de la défense des paysages, il ne restera plus personne pour les contempler. Il ne vous aura pas échappé que je ne suis pas d'accord avec votre interprétation de la beauté et de la laideur et vous semblez avoir bien oublié et accepté tous les autres pustules qui jalonnent ici et là votre beau paysage.
Vous employez volontiers le terme d'escroquerie pour qualifier l'éolien et ce terme devient une insulte dès lors qu'il pourrait vous concerner.
Je réitère mon précédent constat: une haine aveugle vous anime. Dommage qu'elle ne soit pas convertible en énergie !
Je souhaite beaucoup de chance et de patience à julio85 pour débattre de quoique ce soit avec vous.
Personne n'a demandé ici à qui que ce soit de se taire alors laissez votre persécution et vision de la démocratie de côté et revenons, ou plutôt revenez, au sujet.
Merci.

guirno | 19 septembre 2013 à 19h02
 
 

Pour Tireman.
Certes, la CSPE à été créée pour ça. Et pourtant les fonds n'arrivent pas. Fichtre ! Pourquoi cela ? Parce que par d'habiles mécanismes financiers EDF en profite pour commencer à provisionner ses centrales. Et c'est normal. Elle n'est pas folle la guêpe. Si on produit plus d'éolien ou autre ENR, EDF rentabilise moins son parc et peut encore moins provisionner le démantèlement.
Pour la surgénération, je pense bien que les politiques ont un rôle à jouer dans son échec... de là à dire que c'est les vert, ne soyons pas trop hâtif, les industriels qui verraient fondre leur marges sont aussi de la partie.

Rien n'est jamais facile.

Pour le Mont-Saint-Michel, soyons franc également. Un industriel a vu un potentiel, il a déposé un dossier, le dossier a été refusé. Les élus locaux étaient contre. Bon. Voila. Rien de plus à la base. Une demande, un refus et rien d'autre. Puis les élus voyant que le périmètre de protection n'était plus adapté aux vu de ces nouvelles technologies ont fait en sorte que le préfet l'augmente et prenne ses dispositions. Rien de plus.
Puis déferlement des anti-éoliens qui voient de suite l'Ogre Éolien prêt à tout dévorer.
SVP, stoppez ça. Il n'y a rien eu d'autre qu'une demande et un rejet. On ne peut pas en vouloir à un industriel de demander ? Si ?
Merci
Bonne journée à vous.

Quant à Carl, en parlant de venin, gardez le votre sur l'étendu d'un problème dont vous ne mesurez guerre les enjeux. Et laissez nos amis anglais en dehors de ça.

Terra | 20 septembre 2013 à 09h43
 
 

M. Guirno et son inlassable chasse aux opposants à la moulinette !
J'ai moi-même fait l'objet de leçons de ce type…
« …vous semblez avoir bien oublié et accepté tous les autres pustules qui jalonnent ici et là votre beau paysage. »
Argument récurent.
Je vous l’ai déjà dit, et le redirai inlassablement, ce n’est pas parce que il a été fait des c…ries qu’il faut aggraver la situation.
Un angélisme béat vous aveugle. Dommage qu'il ne soit pas convertible en énergie !
Amusant comme rhétorique, non ?
On pourrait penser avoir à faire à une secte.

Tireman | 20 septembre 2013 à 10h04
 
 

Quand vous dites qu'il a été fait des co..ries vous parler du nucléaire Tireman ,je suis d'accord avec vous il ne faut pas aggraver la situation

lio | 20 septembre 2013 à 10h37
 
 

Tireman vous avez raison !

"ce n’est pas parce que il a été fait des c…ries qu’il faut aggraver la situation."
Bravo. Enfin une belle vision. Sage.
Vous avez tout à fait raison.
Ce n'est pas parce qu'il a été fait ces ânerie avec un développement anarchique des "moulinettes" à vent qu'il faut aggraver la situation ... et condamner tout une filière.
Des éoliennes ont été placées un peu n'importe où, comme au début du photovoltaïque, du nucléaire, des tours ou autres... Chaque début de technologie est systématiquement anarchique.
Maintenant nous avons des règles, nous avons un cadre défini et on peut développer la filière sans nuire à l'environnement. On peut implanter des éoliennes en mer, dans les vastes plaines de champs balayaient par le vent. Une sorte de Vallée du Vent naissante.

Donc oui, vous avez raison, il ne faut pas aggraver la situation. il ne faut pas condamné l'ensemble d'une filière à cause de ses débuts. Avons nous abandonné le nucléaire suite à certains accidents ?
Il en va de même pour l'éolien.

Et il trouvera pleinement sa place dans le mixte énergétique. Et pour en revenir aux fondement de cet article, je ne pense pas qu'il y ai besoin de plus et plus de subvention pour ça. Les filière (avec les grand projets de construction) sont matures et là ou le vent est intéressant à exploiter les industriel iront, car ils auront du profit à faire.
Les prochain financement doivent permettre de développement d'autres filières.

Terra | 20 septembre 2013 à 11h33
 
 

A arguments récurrents, réponses récurrentes non ? Ça fonctionne dans les deux sens et j'ai moi-même l'impression de devoir trop souvent me répéter.
C'est celui qui dit qui est... on se croirait dans une cours d'école ! Je ne connais pas vos précédents échanges avec Guirno mais mais je suis ravi d'apprendre que les personnes qui sont à faveur de l'éolien appartiendraient à une secte ! Votre belle rhétorique masque à peine chez vous un côté quelque peu extrême non ?
Parler d'angélisme après nous avoir exposé vos considérations paysagères et tenté de nous faire croire que la solution à notre problèmes de déchets nucléaire serait en train de capoter à cause des verts est assez culotté de votre part !
L'éolien serait en train d'aggraver nos bêtises et plus personne ne viendra habiter en Normandie si le développement de l'éolien continue. Je crois rêver...
@Carl: je crois que vous vous mélangez les pinceaux entre parcs éoliens et l'éolien pour les particuliers. Le petit éolien n'est une solution intéressante que dans très peu de cas, car rares sont les conditions réunies pour un retour sur investissement raisonnable.
Il va falloir nous convaincre autrement car un simple "je ne crois pas à" est un peu juste comme argumentation.
Expliquer moi cette consommation d'espace parce que là je ne comprends pas ? les surfaces autour des éoliennes sont perdues pour quoi ?
Je ne critique pas les honnêtes gens, j'essayais juste de vous faire réfléchir à votre stupéfiante remarque !!

julio85 | 20 septembre 2013 à 11h33
 
 

De Terra, je cite :
« Pour Tireman.
Certes, la CSPE à été créée pour ça. Et pourtant les fonds n'arrivent pas. Fichtre ! Pourquoi cela ? Parce que par d'habiles mécanismes financiers EDF en profite pour commencer à provisionner ses centrales. »
La Cour des Comptes, cela vous inspire-t-il quelque chose ?

Et TOUS vos arguments sont du même tonneau !
Alors, veuillez m’excuser si je décroche provisoirement.
Bien à vous.

Tireman | 20 septembre 2013 à 11h53
 
 

La Cour des comptes veillent au grain au bon usage de nos finances.
Quel angélisme !
Vous êtes tout excusé...

guirno | 20 septembre 2013 à 12h22
 
 

Je ne peux que vous remercier, mon cher Guirno, pour cette aide, je dois le dire, inattendue, de votre part.
En effet :
"La Cour des comptes est une juridiction financière de l'ordre administratif en France, chargée principalement de contrôler la régularité des comptes publics, de l'État, des établissements publics nationaux, des entreprises publiques, de la sécurité sociale, ainsi que des organismes privés bénéficiant d'une aide de l'État ou faisant appel à la générosité du public. Elle informe le Parlement, le Gouvernement et l'opinion publique sur la régularité des comptes."
(Cf. Wikipédia)
Autrement dit, s’il y avait des "magouilles" de la part d’EDF comme le prétend ce cher Terra, la Cour des Comptes n’aurait pas manqué de l’épingler, comme cela a souvent été le cas au cours de la Vème République.

Au fait, vous n’êtes pas sans savoir que la CSPE à fait justement l’objet d’un examen de la part de la Cour des Comptes, pour cause d’illégalité, et que le dossier a été transmit à la Cour de Justice de l’Union Européenne…

Tireman | 20 septembre 2013 à 14h29
 
 

Qu'est ce que vous pouvez êtes prétentieux dans l'exposé de votre irréfutable vérité...

Qui a épinglé la filière nucléaire pour la traditionnelle sous-estimation des coûts de démantèlement et de la gestion des déchets au fil des décennies ?

L'illégalité relevée serait du fait de l'éolien ? Vous semblez omettre un petit détail qui a son importance: le rapport a été épinglé particulièrement pour la gestion de l'état vis-à-vis du marché photovoltaïque. Evidemment cette omission de votre part est tout à fait fortuite...
Bourde ? Erreur de calcul ? Manipulation des chiffres ou lobbying ?Attendons donc les conclusions de la Cour de Justice Européenne avant de faire de la récupération.

guirno | 20 septembre 2013 à 15h17
 
 

Ai-je parlé de magouilles ?
Il s'agit bien d'habiles mécanismes financiers, rien de plus. Rien en somme d'illégale. Vous fabulez, vous fabulez ...

Le problème dans ce débat c'est que même si l'une des parties fait des concessions cela n'aboutit à rien.
Vous restez vainement planté dans vos convictions en prétendant sans cesse que l'éolien est le mal.

Mais bon sang ! quel mal ? quel mal ? Voyez vous des éoliennes partout ? Il y a-t-il un bruit assourdissant sur toute la France ? Doit-on slalomer entre les poteaux ? A-t-on détruit des maisons pour les implanter ? A-t-on eu des affaires de pollution ? Des gens sont-ils morts d'avoir regardé une éoliennes ou travaillé dessus ?
Non.
Il y a en France un programme d'implantation RAISONNÉE, afin de produire de l'énergie. Même "intermittente" de l'énergie reste de l'énergie. Et je préfère de l'énergie propre.
Je me réjouis au fond que des gens tels que vous n'aient pas assez de pouvoir pour agir, sinon notre pays serait dans l'immobilisme et on regarderai les centrales nucléaires et les centrales au charbon nous empoisonner l'air et l'eau.
Ah vive le progrès.

Les éoliennes sont UNE (et une seule bon dieu) DES (car il y en a plusieurs fitrediou) SOLUTIONS (car c'est bien ce qu'on cherche !) à la transition énergétique et au défi climatique de demain.
Les ENR sont LA solution GLOBALE au défi climatique.

Je quitte ce débat, il est stérile avec vous.

Bonne journée (suis pas une brute non plus)

Terra | 20 septembre 2013 à 16h59
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]