En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le recyclage : un marché à booster

Quel avenir pour les matières recyclées ? Actu-Environnement.com - Publié le 10/09/2012

Forte demande des pays émergents, rareté et hausse des prix des matières premières ont engendré un recours croissant aux matières recyclées. Une tendance que tendent à structurer les politiques, en organisant l'offre mais aussi la demande.

Quel avenir pour les matières recyclées...  |    |  Chapitre 1 / 12
Le recyclage : un marché à booster
Environnement & Technique N°317 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°317
[ Acheter le numéro | S’abonner ]

En 2008, sur 42,6 millions de tonnes de déchets collectées par le service public en France, 37,2 Mt ont été recyclées, engendrant un chiffre d'affaires de 11,3 Mds€. Un chiffre en hausse de 12 % en moyenne au cours des cinq années précédentes…

La croissance à deux chiffres des pays émergents a en effet entraîné une explosion de la demande en matières premières et donc une hausse des prix. Les matières recyclées ont tiré avantage de cette tendance. A l'avenir, la croissance économique et démographique devrait encore l'accentuer. Selon la Commission européenne, la demande de ressources mondiale va progresser de 75 % entre 2005 et 2030. "Le recyclage ne sera jamais qu'une contribution aux besoins en matières premières mondiaux. La croissance est telle, qu'a priori, il sera difficile de satisfaire la demande uniquement avec des matières recyclées", estime cependant Jérôme Betton, spécialiste des filières de Responsabilité Elargie des Producteurs et du recyclage à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Aujourd'hui elles représenteraient tout de même 40 % des besoins en matières premières, selon le Bureau international du recyclage (BIR).

Mais pour l'heure, le marché est instable, très dépendant du prix des matières premières et de la croissance. Il a prouvé sa fragilité lors de la crise de 2008. Quelques matériaux ont su néanmoins résister, car leur recyclage coûte moins cher que la production de matière première. L'Etat français et l'Union européenne réfléchissent donc à structurer ce marché, via la mise en place d'outils pour mobiliser les gisements de déchets non exploités et organiser la chaîne de recyclage, de la collecte à l'incorporation dans de nouveaux produits.

Des gisements encore inexploités

Aujourd'hui, l'un des principaux outils mis en place pour inciter à la collecte et au tri des déchets est la responsabilité élargie du producteur (REP). Mais les nombreuses filières REP organisées en France ne couvrent qu'une partie des produits usagés (9,1 Mt de déchets collectés en 2010 dont 5,4 Mt recyclés). De nombreux déchets d'activité (représentant quelques 100 millions de tonnes par an), des déchets agricoles (374 Mt en 2009) et des déchets du BTP (253 Mt) échappent encore au recyclage.

Ce marché est guidé par la demande. La disponibilité des matières et leurs faibles coûts de production freinent leur recyclage. En revanche, dès que les prix augmentent, les acteurs vont tenter d'optimiser le gisement des déchets. Par exemple, pendant longtemps, les chutes d'usinages de certains métaux n'étaient pas réexploitées de manière spécifique mais mélangées les unes avec les autres. Avec la hausse du prix des matières premières, la récupération spécifique s'organise.

 
Les matières recyclées en chiffres En 2008, en France, les matières recyclées ont représenté 42,9% des matériaux utilisés dans la production. Les papiers/cartons de récupération sont même plus utilisés que la matière première "vierge" (60%). L'acier récupéré constitue 44,5% de la production, le verre recyclé 43,9%, les métaux non ferreux 42,3%. Les plastiques récupérés sont les mauvais élèves : ils ne représentent que 4,9% des plastiques utilisés. Cela tient au fait que seule une petite partie du plastique peut être recyclée aujourd'hui. Mais des recherches sont effectuées pour développer le recyclage de certains plastiques et trouver des débouchés.
 
En outre, si certaines matières ne sont pas recyclées, c'est qu'il n'existe pas encore d'application et de demande. Pour les bouteilles en plastique par exemple, le fonctionnement en circuit fermé (bottle to bottle) constitue un système à haute valeur ajoutée : malgré les grandes quantités de plastique collectées, il est possible de trier les bouteilles afin de les retransformer en bouteille. En revanche, pour les ferrailles ce n'est pas le cas : il faudrait trier de manière très fine pour éviter les mélanges et pouvoir constituer des circuits fermés. De plus, le secteur du bâtiment, en forte croissance au niveau mondial, est très demandeur d'applications à faible exigence, comme les ronds à béton, fabriqués à partir de mélanges de métaux non ferreux.

Le faible coût d'autres filières de traitement (mise en décharge et incinération) n'incite pas non plus au recyclage. "Nous avons constaté que dans les pays qui affichaient le plus fort taux de recyclage, la mise en décharge était interdite, ou très taxée. Nous réfléchissions donc aux outils à mettre en place pour tendre vers zéro mise en décharge, pour éviter l'incinération simple et limiter l'incinération avec valorisation énergétique aux seuls matériaux non recyclables", indique Michel Sponar, chargé de mission à la Direction générale de l'environnement de la Commission européenne au sein du service "gestion des déchets". La Commission entend également durcir les objectifs de recyclage qui ne couvrent pour l'instant que 40 % des déchets mis sur le marché.

De nouveaux outils pour inciter au recyclage

 
Les matières premières secondaires pâtissent d'une concurrence marquée avec les matières premières vierges. Il faut donc rétablir une juste concurrence en envoyant un signal prix  
Christophe Bouillon et Michel Havard, parlementaires
 
Aujourd'hui, les pouvoirs publics réfléchissent également à la mise en place d'instruments réglementaires ou incitatifs afin d'organiser le marché, et notamment la demande. "Les matières premières secondaires pâtissent d'une concurrence marquée avec les matières premières vierges. Il faut donc rétablir une juste concurrence en envoyant un signal prix", indiquent les parlementaires Christophe Bouillon et Michel Havard, dans un rapport d'information publié en octobre 2011. L'application d'un taux réduit de TVA pour les matières recyclées est évoquée, mais "il n'est nullement pertinent de créer une nouvelle niche fiscale dans le contexte budgétaire actuel (…). Le moyen le plus efficace de rendre les matières premières secondaires attractives est de développer les débouchés".

Dans ce sens, le ministère de l'Ecologie et l'Ademe ont commandé une étude sur les certificats de recyclage négociables, qui devrait être publiée en 2013. Le principe : attribuer des objectifs de recyclage à tous les acteurs de la chaîne (collecteurs, incorporateurs, concepteurs…), comme dans le cadre des certificats d'économie d'énergie (CEE), afin de créer un véritable marché de ces certificats.

De son côté, la Commission européenne réfléchit à la mise en place de taux minimum d'incorporation de matières recyclées dans les produits finis.

La Commission travaille aussi à la définition de critères relatifs à la fin du statut de déchets et à des normes de qualité des matières recyclées. "Nous devons également pousser au maximum la recyclabilité des produits grâce à l'écoconception", indique Michel Sponar. Il s'agit de penser dès la conception du produit, à sa fin de vie et à son recyclage, pour faciliter la récupération des matériaux et diminuer les coûts induits.

Sophie Fabrégat

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

Environnement et technique

Dossier Matières recyclées

Retrouvez le dossier "Matières recyclées"
à la une du n° 317
Acheter ce numéro S'abonner