En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'agriculture et la forêt, des contributeurs possibles à la lutte contre le changement climatique

Le Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux a chiffré le potentiel de réduction des émissions annuelles du secteur agricole en 2030 via des productions agro-écologiques, le reboisement forestier ou les bioénergies.

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le Conseil général de l'agriculture, de l'alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) a remis lundi 22 septembre au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll un rapport démontrant "les voies de contributions possibles" de l'agriculture et de la forêt à la lutte contre le changement climatique. Alors que se tient le Sommet sur le Climat de l'ONU ce mardi 23 septembre à New York, le CGAAER a chiffré le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) par ce "secteur des terres" (agriculture, forêts, sols, usages des terres).

Faire converger adaptation, atténuation et sécurité alimentaire

"Comme toute activité économique et humaine, l'agriculture a une responsabilité dans la réduction des gaz à effet de serre mais elle est aussi une solution dans cette réduction", a déclaré Stéphane Le Foll devant la presse. Il a rappelé les nouvelles pratiques "combinant performance économique et écologique" portées par le projet Agro-écologique français lancé fin 2012 et la loi d'avenir agricole adoptée définitivement le 11 septembre. Il s'agit "d'un début. Il y a des potentialités et de réels objectifs (…) en matière de stockage de carbone (…) et de défense de la biodiversité" sans "diminuer" les productions agricoles. Ce rapport "assure la mutation agro-écologique", a ajouté le ministre. Il a salué "le travail préparatoire" engagé par le CGAAER dans la perspective de la 21ème Conférence (COP21) sur le Climat fin décembre 2015 à Paris. Ce rapport est "une première étape" et sera suivi d'un colloque scientifique national en novembre sur le sujet, a annoncé le ministre.

Le rapport est une "mise au point" des chiffres disponibles sur les émissions de GES du secteur et son potentiel d'atténuation. Il formule "des orientations et des pistes à développer par les politiques publiques", a expliqué Bertrand Hervieu, vice-président du CGAAER.

En France, l'agriculture émet environ 100 millions de tonnes équivalent CO2 (carbone) par an dont 45% dus au méthane (CH4) issu de l'élevage et 45% au protoxyde d'azote (N2O) avec principalement la fertilisation azotée, a précisé Marie-Laurence Madignier, co-auteure du rapport. Si l'on tient compte des émissions liées aux consommations d'énergie, l'agriculture française contribue à hauteur de 20% aux émissions nationales.

L'agriculture et la forêt françaises sont donc appelées à contribuer à l'effort général de réduction des émissions des GES et "adapter" leurs modes de production au changement climatique, a souligné Mme Madignier.  Objectif : assurer la sécurité alimentaire et "participer à la nécessaire substitution des matières premières non renouvelables". Si ce secteur "est émetteur de gaz à effet de serre, il est aussi, grâce à la photosynthèse, une pompe à carbone sobre en énergie et génératrice de valeur et d'emplois. Il constitue ainsi un amortisseur efficace de la dérive climatique de la planète". D'autant que selon le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) paru en avril 2014, le "secteur des terres" pourrait jouer "un rôle majeur" en contribuant de 20 à 60% au potentiel d'atténuation des émissions de GES d'ici 2030, rappelle-t-elle.

Stockage carbone et bioproduits du bois

Le CGAAER a identifié quatre leviers d'actions pour réduire d'ici 2030 les émissions directes de N2O et CH4 et "mieux valoriser les effets de stockage carbone ou/et de substitution" à des énergies et matériaux fossiles.

Pour le secteur agricole, il s'agit de "lutter contre les changements d'usage des terres" et de favoriser les pratiques "agro-écologiques". Cela passe par la réduction des émissions de méthane issues des élevages, notamment par la promotion de la méthanisation, une gestion adaptée des surfaces cultivées, les prairies, la préservation de la matière organique des sols ou encore le stockage additionnel de carbone dans les sols (semis direct, allongement des rotations…), énumère le rapport.

 
Les engagements déjà pris par la France Dans le cadre du Paquet Energie Climat adopté en 2008, la France s'est engagée à réduire de 14% les émissions de GES du secteur agricole entre 2005 et 2020. Le Plan national d'adaptation au changement climatique (PNACC) 2011-2015 vise notamment à promouvoir une agriculture efficiente en eau. A partir de 2015, 30% des aides directes de la Politique agricole commune seront conditionnées à la mise en place de mesures d'écologisation dans les exploitations (diversification des cultures, maintien des prairies permanentes et maintien des surfaces d'intérêt écologique) sur au moins 5% des terres arables.
 
Cela représenterait un potentiel de réduction des émissions d'environ 10 à 15 millions de tonnes de CO2 équivalent par an (Mt CO2 eq/an), chiffre le CGAAER, en se basant sur une étude de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) publiée en juillet 2013. Une diminution de "moitié" du rythme annuel de perte des prairies et de l'artificialisation des sols permettrait un gain de l'ordre de 8 à 10Mt CO2 eq/an en 2030, a ajouté Mme Madignier.

Elle a également souligné la nécessité du "reboisement" des forêts et d'une gestion sylvicole adaptée (agroforesterie). Les forêts françaises permettent de stocker environ 75 Mt CO2/an. Une augmentation "supplémentaire" de récolte de bois de 20 millions de mètres cube et le reboisement de 50.000 hectares par an d'essences "à forte croissance" pourraient réduire 5Mt d'émissions de CO2 par an en "stockage" à l'horizon 2030, estime le rapport. De même, la substitution d'énergies et de produits non renouvelables par des bioproduits du bois (bois énergie, biocarburant de seconde génération, matériau bois, chimie verte) pourrait doubler et représenterait "un potentiel d'émissions évitées dans d'autres secteurs (transports, construction, industrie, énergie…)" de 40 Mt CO2 /an.

Il s'agit, enfin, de réduire de 20% le gaspillage alimentaire - "qui touche 30% de notre production". Ce qui permettrait d'économiser les émissions sur toute la chaîne alimentaire à hauteur de 10 Mt CO2 eq/an.

Au total, ces quatre leviers permettraient d'économiser 50% des émissions du "secteur des terres" en 2030, estime le CGAAER. Soit une diminution de 25 millions de tonnes de CO2 équivalent émis par an. L'adaptation de l'agriculture et de la forêt au changement climatique "nécessite un raisonnement local de la gestion des territoires, la mobilisation de l'eau nécessaire et l'adaptation des espèces par la génétique" [sélection naturelle, cultures in vitro, mutagénèse, …ndlr], a conclu Marie-Laurence Madignier.

Réactions6 réactions à cet article

 

ce rapport tient-il compte de la dégradation de la régénération des forêts par le gros gibier?

DL | 24 septembre 2014 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M'enfin puisqu'on vous dit (et que des bons...) qu'il n'y a pas de changement climatique, pourquoi tenez-vous donc tant à faire contribuer l'agriculture et la forêt ?
Encore un complot de la bobo-écologie pour instaurer sa dictature de khmers verts sur le monde libre...
:-P :-P :-P

Romario | 24 septembre 2014 à 15h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La génétique, OGM, mutagénèse... sont justement les solutions que proposent ceux qui ne veulent pas changer les modes de production actuelle. Ils veulent continuer à polluer en misant sur des solutions industrielles, comme le piégeage du carbone.
Prétendant qu'ils peuvent apporter des solutions à la famine, au réchauffement climatique, aux questions de sécurité alimentaire et qui ne défendent que des intérêts économiques particuliers sans autre préoccupation. Argument dont on sait qu'ils sont fallacieux, en près de trente ans les PGM n'ont rien démontré à part leur capacité à engloutir des milliards de R&D.

JFK | 25 septembre 2014 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On est bien en France où l'on croit qu'un rapport "assure la mutation agro-écologique". C'est bien un langage de fonctionnaire congénital qui croit assurer, par une paperasse, une "mutation"!
Les agronomes de la rue de Varenne ont encore frappé!
Où on est heureux de n'être que des "illettrés" tant méprisés par ces gens-là.

Albatros | 25 septembre 2014 à 17h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut lire ce rapport avant de mettre des commentaires incantatoires sans grand interet .
Bien sur , c ' est un rapport de plus sur le sujet mais il y a un certain nombre chose interessante avec des évolutions par rapport aux discours que l ' on entend habituellement sur le sujet.
Bonne lecture à tous

balxha | 27 septembre 2014 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

POURRAIT ON FAIRE GONFLER DES BALLONS AU TRAIN ARRIÈRE DES VACHES ? Les khmers vert ont ils un rapport a faire ??
Soyons sérieux povre france livrée a l'enarchie

FIRMINOU | 09 décembre 2014 à 16h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…