En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cegelec : entre éolien et nucléaire

Cegelec, groupe mondial intégré de services technologiques, a récemment conclu 5 contrats de livraison de parcs éoliens en France. Dans le même temps, il s'est vu confier une installation dans le futur réacteur d'essais nucléaire RES.

Gouvernance  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Cegelec, groupe mondial intégré de services technologiques aux entreprises et aux collectivités, a conclu 5 contrats de livraison « clés en main » de parcs éoliens en France depuis le début de l'année 2005.

Le montant total de ces contrats s'élève à 12 millions d'euros pour une capacité de 100 mégawatts. Avec ces nouvelles signatures, le Groupe Cegelec précise dans son communiqué, qu'il détient 30% dans la maîtrise d'œuvre de parcs éoliens.
Cegelec s'est vu confier en Bretagne l'installation de 17 éoliennes de 1,5 mégawatt sur les sites de Trebry, Haut Corlais et Lanfains et, à Champfleury en Champagne- Ardennes, le groupe réalise une ferme de 6 éoliennes de 2 mégawatts.
Un autre contrat prévoit la livraison du parc du Plateau d'Ally avec une puissance totale de 39 mégawatts.
Cegelec a notamment livré fin 2004 à Séchilienne-Sidec (groupe Air Liquide) le parc éolien de la Haute- Lys, le plus grand parc français actuel situé dans le Pas-de-Calais.
La société a livré près de la moitié de la puissance éolienne déployée en France en 2004 (70 mégawatts sur un total de 155).

Ces nouvelles installations vont accroître de plus de 25% la puissance éolienne actuellement disponible en France.

Cegelec s'est aussi vu confier par la Direction des Applications militaires (DAM), le pôle Défense du CEA, un important marché d'installation et de raccordement d'équipements électriques dans le futur réacteur d'essais RES (Réacteur d'ESsai) sur le site de Cadarache qui sera opérationnel à l'horizon 2009.
Celui-ci constituera la nouvelle installation de mise au point et d'essais du futur programme de propulsion nucléaire.
Ce contrat, d'un montant supérieur à 10 millions d'euros, comprend la conception, les études de réalisation, l'installation et les essais des différents équipements, et sera réalisé sur une période de 3 ans.
Le projet RES comprend la construction d'un réacteur d'essais à terre pour la recherche et la mise au point des combustibles dédiés à la propulsion nucléaire.

Réactions1 réaction à cet article

 
Tout doucement

Pas très dur d'augmenter la puissance éolienne de 25% en France, sachant que nous sommes le pays qui exploite le moins son potentiel éolien en France...

Les mesures réglementaires vont à l'encontre d'un développement de cette source d'énergie, c'est encore beau que l'on voie des grands groupes qui s'interressent à l'implantation d'éoliennes en France.
Avez vous vu les cartes de potentiel éolien en Europe?
L'énergie éolienne est la plus exploitée au Danemark, avec un potentiel relativement très bas. Le plus fort potentiel éolien en Europe se trouve... dans la vallée du Rhône, où se trouve un parc de trois éoliennes.

NIco | 09 juin 2005 à 14h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…