En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Mme Bachelot propose la mise à l'étude de quotas obligatoires

La ministre de l'Ecologie, Roselyne Bachelot, a lancé jeudi l'idée de quotas obligatoires d'énergies renouvelables pour les producteurs d'électricité afin de stimuler l'essor de ces filières énergétiques non polluantes.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
''Il faut dès maintenant se préparer à une ouverture du marché européen de l'électricité renouvelable qui pourrait prendre, d'ici quelques années, la forme d'un marché de certificats verts dans le cadre de quotas d'électricité verte'', a-t-elle dit dans un discours préenregistré avant son hospitalisation diffusé jeudi soir.

''Je ne verrais que des avantages à ce qu'une expérimentation soit réalisée en France avant la mise en place à l'échelle européenne'', a-t-elle poursuivi, dans le discours présenté en vidéo en clôture du colloque organisé par le Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Mme Bachelot n'a pas précisé à qui les pouvoirs publics pourraient imposer des quotas d'électricité d'origine renouvelable, fabriquée par exemple par une éolienne ou un petit barrage hydroélectrique.

Il s'agit le plus souvent des distributeurs d'électricité dans les pays appliquant déjà le système comme la Grande-Bretagne, mais parfois aussi des producteurs ou des consommateurs, a observé son entourage.

''Nous sommes ouverts sur toutes les modalités de mise en place qui pourrait demander plusieurs années'', a ajouté cette source.

Mme Bachelot n'a pas dit si à terme l'instauration de quotas obligatoires pourrait conduire à la suppression des mécanismes actuels de soutien aux énergies renouvelables, garantie de vente du courant vert à un prix plus élevé que le courant classique et subventions. ''On pourrait imaginer des prix garantis pour les petites centrales (de production d'électricité renouvelable) et des quotas obligatoires pour les grandes installations'', a relevé son entourage.

C'est la première fois qu'un membre du gouvernement français évoque la possibilité d'impulser les énergies renouvelables par ce mécanisme de marché, a observé devant l'AFP le président du SER, André Antolini.

Citant un document du SER distribué au colloque, M. Antolini a souligné devant la presse que les industriels des énergies renouvelables étaient également favorables à l'instauration de quotas obligatoires de renouvelables, non seulement pour les distributeurs d'électricité mais aussi pour les distributeurs de chaleur (gaz, fioul domestique).

Mais ce système, a-t-il averti, ne peut être envisagé qu'à moyen terme et ne doit surtout pas conduire à la suppression des mécanismes de soutien existants.

Selon un courtier de la firme spécialisée Natsource, Fiona Santokie, jointe par l'AFP, les quotas obligatoires d'électricité renouvelable ont été introduits dans sept pays (Royaume-Uni, Pays-Bas, Italie, Belgique, Autriche, Suède, Australie) et quelques Etats américains. Ils conduisent déjà à des marchés où un distributeur mal placé pour respecter ses engagements se libère de ses obligations en achetant un certificat vert à un autre plus vertueux.

Mme Bachelot a profité de ce discours pour laisser pointer à nouveau son attachement au nucléaire. Les énergies renouvelables ''n'ont pas vocation aujourd'hui à se substituer aux moyens de production qui fournissent la base, en l'espèce notre parc électronucléaire'', a-t-elle martelé.

Source : AFP

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…