En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Suez environnement remporte quatre nouveaux contrats dans l'eau et l'assainissement en Chine

À l'occasion de la visite en Chine du président Jacques Chirac et de sa délégation d'hommes d'affaire, le groupe Suez environnement s'est vu confirmer quatre nouveaux contrats dans l'eau et l'assainissement.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
À l'occasion de sa visite officielle en Chine fin octobre, le Président de la république française, Jacques Chirac, n'a pas manqué de faire remarquer à quel point la Chine évolue vite avec les conséquences écologiques que cela sous-entend. Les décisions et les choix de la Chine auront du fait de sa taille et de sa croissance un impact considérable sur le réchauffement de notre planète et sur la préservation des équilibres environnementaux a-t-il déclaré lors de son intervention devant des étudiants de l'université de Beïda. Rappelons qu'il emmenait avec lui certains représentants des entreprises françaises du secteur de l'environnement particulièrement intéressées par le marché Chinois et les contrats qui lui sont associés. C'est le cas par exemple du groupe Suez environnement représenté par son Directeur Général Jean-Louis CHAUSSADE, qui s'est vu confirmer la signature de quatre contrats dans l'eau et l'assainissement.

Pour faire face aux besoins en eau de plus en plus importants des 480.000 habitants de la ville de Macao, Degrémont, filiale de SUEZ Environnement, vient de signer un contrat de 13,5 millions d'euros pour la conception et la construction d'une usine d'eau potable d'une capacité de 60.000 m3/jour. Cette nouvelle usine sera équipée de membranes d'ultrafiltration et sera la plus compacte jamais installée en Chine.
Degrémont vient également de signer un contrat de 6,5 millions d'euros pour la conception et la construction d'une usine d'eau potable pour la ville de Tianjin, la 2e plus importante ville de Chine avec une population de près de 10 millions d'habitants. L'usine d'eau potable, d'une capacité de 500.000 m3/jour sera équipée des technologies de décantation primaire et de filtration développées par la société ce qui en fera l'une des deux installations de ce type en Chine, la seconde étant développée à Nanshi, site de l'Exposition Universelle qui aura lieu à Shanghai en 2010. L'usine permettra de distribuer de l'eau de grande qualité au nouveau quartier de Binhai à Tianjin, l'un des secteurs les plus dynamiques du pays. En effet, d'une superficie de 2.300 km2, ce quartier et est en passe de devenir la tête de pont du Nord de la Chine en matière d'échanges commerciaux, de hub logistiques et de recherche et développement.

SUEZ Environnement annonce également la signature d'un contrat de concession pour la gestion du service d'eau de la ville de Changshu, ville à proximité de Shanghai. D'une durée de 30 ans, ce contrat représente un chiffre d'affaires pour la première année de 30 millions d'euros tandis que le montant cumulé pourrait atteindre plus d'1 milliard d'euros. La société française sera en charge de la production et la distribution d'eau potable en provenance de 3 usines représentant une capacité globale de 675.000 m3 par jour et plus de 2.500 km de réseaux, ainsi que de la gestion du service clientèle pour une population de 1,5 million d'habitants. Le démarrage du contrat est prévu pour fin 2006.

Enfin, le groupe a confirmé sa coopération avec l'industrie sidérurgique chinoise par la signature d'un contrat avec la société Tianjin Tiantie Group Co. Ltd. pour la construction d'une usine de traitement destinée à la réutilisation des eaux usées d'une capacité totale de 55.200 m3/jour. Il s'agit du 10ème contrat que SUEZ Environnement passe avec l'industrie sidérurgique chinoise.

En Chine, les investissements du groupe sont essentiellement portés par ses activités dans la gestion de l'eau, à travers Sino French Holding, filiale de SUEZ Environnement. En 2005, ces investissements ont atteint 237 millions d'euros. Sachant que les autorités chinoises ont récemment estimé que 100 milliards d'euros étaient nécessaires dans les cinq ans à venir pour le traitement de l'eau potable, la réutilisation des eaux usées et la protection du milieu naturel, la source de contrats chinois n'est pas prête de se tarir.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager