En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

M. Lepeltier succède à Mme Bachelot au Ministère de l'Environnement

Alors que la presse critique vivement le maintien de nombreux ministres dans le 3e gouvernement Raffarin, M. Lepeltier remplace Mme Bachelot-Narquin à la tête du Ministère de l'Écologie et du DD. Mme Saïfi est reconduite au secrétariat d'état au D.D.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Dans le cadre du 2e remaniement ministériel du gouvernement Raffarin faisant suite à la défaite de l'UMP aux dernières élections régionales et cantonales, Mme Roselyne Bachelot-Narquin est remerciée. Malgré son côté sympathique et sa bonne humeur permanente, les prises de positions répétées de l'ancienne ministre, contre toute attente et en dépit de l'avis du plus grand nombre, l'ont rendu le plus souvent impopulaire. Elle laisse à son successeur la lourde tâche de conclure des dossiers sensibles comme la finalisation de la charte de l'Environnement soumise jusque-là, à de nombreuses critiques, et le Plan-Climat qui se fait toujours attendre. Le nouveau ministre devra également conclure le plan Santé-Environnement pour lequel il sera en relation avec le nouveau ministre de la Santé.

À 51 ans, Serge Lepeltier, diplômé de l'école des hautes études commerciales fût secrétaire national à l'Environnement du RPR puis le vice-président du groupe UMP au Sénat depuis septembre 1998, poste au sein duquel il a participé à la rédaction de plusieurs rapports portant sur les problématiques environnementales et leur interaction avec les aspects économiques et les ''outils fiscaux'' de dissuasion. Citons entre autres, les rapports portant sur les instruments économiques pour maîtriser les gaz à effet de serre (1999), sur les nuisances engendrées par l'automobile au regard des enjeux de ce secteur économiques (2001), et les leçons à tirer de la crise de la canicule de l'été 2003 (2004).

Dans son dernier rapport sur la mondialisation et ses implications environnementales (2004) il fait la lumière sur la faiblesse et la dispersion des moyens des grandes actions internationales (PNUE et AME). Il marque la nécessité de rééquilibrer la gouvernance mondiale sur l'Environnement au regard du poids des organisations qui gèrent les dossiers économiques (OMC) et plaide pour la création d'une Organisation Mondiale de l'Environnement forte.

C'est donc un nouveau ministre conscient des problèmes environnementaux mais aussi des réalités économiques, qui s'installe au Ministère de l'avenue de Ségur. Souhaitons qu'il saura donner un souffle renouvelé à la politique en faveur de l'Environnement en France.

Réactions7 réactions à cet article

 
Bonne Chance à M.Lepeltier

J'espère pour tous les amoureux de la Terre comme moi que M.Lepeltier saura faire avancer les dossiers, et suffisamment vite pour rattraper le temps perdu.
Depuis Barnier et Lepage, on ne peut pas dire que les choses ont beaucoup avancé (Voynet) voire même qu'elles ont reculé (Bachelot). Alors encore une fois bienvenue et bon courage !

chen | 01 avril 2004 à 16h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bonne Chance à M.Lepeltier

La visite du site Internet de M. Lepeltier (Bourges) laisserait entendre que c’est un homme effectivement soucieux d’environnement, sincère et de bonne volonté ; malheureusement
- il est chiraquien et qui plus est tendance Nouvelle République (Raffarin & Barnier)
- l’état est sur-endetté, alors que la tâche est énorme
- depuis très longtemps le ministère de l’industrie sabote tous les projets du MINENV qui dérangent les lobbies industriels.

Alors il n’est pas interdit de rêver, surtout si notre nouveau ministre est autorisé à se constituer un cabinet de gens bien, motivés et profondément soucieux de limiter la casse qu’on nous cache, sans imposition d’un œil de l’Elysée et d’un œil de Matignon pour éviter que M. Lepeltier dérange.

Bonne chance effectivement à lui et à nous et à l’Environnement

Eco-constructif | 06 avril 2004 à 14h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et un de plus...

Bien que les aspects économiques soient incontournables, espérons que la santé humaine pèsera très lourd dans la balance de ce nouveau ministre éco(nomiste)-environnementaliste(???...).

Quelle nouvelle catastrophe faut-il encore pour prouver que notre santé passe par notre environnement ?

Rappelez-vous... Erika, Prestige, AZF, Amiante, Tchernobyl, Plomb, Dioxines, Déchets, Asthme, Cancers, etc. Le boum médiatique est fini mais tous ces thèmes sont plus que jamais sournoisement dans notre quotidien! et d'autres tous aussi graves, mais ne bénéficiant pas de publicité, s'y ajoutent...

Alors juste un voeu : M. Lepeltier, ne pratiquez pas la politique de l'autruche, gardez les yeux grands ouverts et faites avancez cette fichue machine appelée Gourvernement afin de préserver nos vies et celles à venir.

sl | 13 avril 2004 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et un de plus...

Je crois qu'il faut arreter de compter sur les gourvernements pour résoudre tous nos problèmes. Le problème de l'environement s'inscrit dans le plus vaste cadre du développement durable, ce qui englobe les problèmes de société tels que l'intégration, (europe et autres), la santé, le gachis humain (personnes agées "stockées" dans les maisons de retraites, fonctionnaires payés à manipuler de l'information (les ordinateurs le font mieux et plus efficacement) au nom du Dieu Chômage) ...
Chacun doit commencer à faire ce qu'il peut dans la vie de tous les jours et le reste suivra...

ric | 14 mai 2004 à 21h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
des rapports et des améliorations effectives

c'est bien d'écrire des rapports. maintenant passez à la phase suivante : des actions d'amélioration effective et pérenne des pratiques économiques pour avoir enfin des résultats. mettez au pilori ceux qui travaillent mal et consolidez les bonnes pratiques de ceux qui font des efforts.
assez de rapports et de bavardages : des actions nettes et pérennes

yb8 | 15 mai 2004 à 16h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Parlons d'environnement

C'est vraiment terrifiant à constater, mais beaucoup de personnes semblent rapporter le problème de l'environnement au problème de l'environnement humain. Je n'ai personnellement que faire, quand je parles d'environnement, du chomage ou toutes ces notions engendrées par l'homme lui même. J'ai plus en tête la destruction par sa propre main de nos espaces naturels sauvages et de la faune et la flore qui la peuple, et qui représente à mes yeux toute la richesse du monde. Alors il faut seulement espèrer que notre nouveau ministre de l'environnement se détachera de tous ces aspects économiques pour ce concentrer sur ce qui est important et urgent en France à notre époque: la sauvegarde et la protection de ce qui représente réellement l'environnement: la flore, la faune et les milieux naturels.

metallicone | 16 mai 2004 à 02h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 18 mai 2006 à 21h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager