En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Le chiffre du 30 Novembre 2015
650km
C'est la distance parcourue par la coulée de boue qui a touché plusieurs villages brésiliens. Début novembre, deux barrages de la compagnie minière Samarco ont cédé sous la pression des fortes pluies. 62 millions de m3 de boues chargées de résidus miniers ont englouti un village avant de poursuivre leur route vers le fleuve Doce puis l'océan Atlantique. "Il est clair que ce qui est arrivé dans le bassin du fleuve Doce est la pire catastrophe naturelle de l’histoire du pays, et cela ne doit pas arriver de nouveau", a affirmé dans la presse brésilienne Isabelle Teixeira, ministre de l’Environnement.

Des experts de l'ONU ont relevé un niveau élevé de métaux lourds et appellent l'entreprise et l'Etat brésilien à prendre des mesures immédiates pour protéger l'environnement. Pour ces experts, la rivière Doce "est maintenant considérée par les scientifiques comme morte".

Samarco s’est engagée à débourser au moins 260 millions de dollars pour réparer les dégâts environnementaux. Plusieurs amendes qui se montent déjà à 175 millions de dollars lui ont été infligées par les autorités brésiliennes, selon le quotidien Le Monde.

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters