En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Collecte des biodéchets des professionnels : retours d'expérience de collectivités

La collecte des déchets à la croisée des chemins Actu-Environnement.com - Publié le 01/02/2016

Zoom sur ces collectivités pionnières qui assurent, depuis des années, la collecte des biodéchets des ménages et des professionnels pour les valoriser en compost et en biogaz.

La collecte des déchets à la croisée...  |    |  Chapitre 6 / 6
Collecte des biodéchets des professionnels : retours d'expérience de collectivités
Environnement & Technique N°355 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°355
[ Acheter le numéro | S’abonner ]

La collecte des biodéchets des professionnels n'est pas une obligation de la collectivité dont le champ de compétences se limite aux ménages. Toutefois, elle peut décider d'étendre son service aux entreprises, à condition qu'une redevance spéciale (RS) soit mise en place (sans recours à l'impôt) permettant aux professionnels de bénéficier de tarifs incitatifs pour encourager leur tri (réduction des coûts à la tonne). Quelques collectivités assurent aujourd'hui ce service. Parmi elles, figurent la Communauté d'Agglomération Pau-Pyrénées (64), la Ville de Calais (62), Lorient Agglomération (56) ou encore Brest Métropole (29). Leur collecte s'effectue majoritairement en bacs roulants de 240 litres, via des bennes classiques permettant d'optimiser les tournées existantes.

Depuis 1999, Calais fait partie des pionniers en opérant cette collecte en régie directe, auprès des ménages et des professionnels. Elle s'effectue une fois par semaine pour les ménages. Les biodéchets professionnels sont collectés deux fois par semaine voire six à sept fois par semaine en fonction des saisons et des quartiers desservis. Les restaurants collectifs ont deux collectes hebdomadaires." Pour les collectes journalières, un camion spécifique fait la tournée", a indiqué David de Smedt, directeur de l'environnement à la mairie de Calais.

La collecte de déchets fermentescibles (hors déchets verts) est passée de 5.923 tonnes en 2006 à 4.273 tonnes en 2014. "On a baissé notre tonnage d'année en année, en partie lié à la diminution du gaspillage alimentaire. Le mode de consommation a aussi évolué". La Ville autorise les gros producteurs à utiliser des sacs plastique de tri pour déposer leur biodéchets, au vue de leur volume. "Ces sacs sont transparents pour qu'on puisse valider leur qualité". Calais n'équipe pas les ménages de composteurs : "Il vaut mieux qu'on les équipe tous de bacs, qu'on récupère le maximum de déchets organiques et qu'on alimente notre usine de biométhanisation, gérée par le Syndicat d'élimination et la valorisation des déchets du Calaisis (Sevadec)". Cette usine a pu traiter, en 2014, 25.199 tonnes "qui ont permis de produire 5.729 tonnes de compost à la norme NFU 44-051. De plus, à l'aide de deux groupes de cogénération, c'est 4.842 mégawattheures d'électricité « énergie verte » qui ont été produits et directement réinjectés sur le réseau EDF", a souligné Guy Allemand, président du Sevadec.

Dès 2002, Lorient Agglomération a également été pionnière dans la collecte séparée des biodéchets de cuisine mais aussi dans le compostage domestique. La fréquence de collecte, en régie et porte-à-porte, pour les ménages est hebdomadaire. Les gros producteurs (restaurants, restaurations collectives, cantines, …) ont une collecte deux fois par semaine. En 2014, Lorient Agglomération a collecté 8.008 tonnes de biodéchets, soit une augmentation de 3% par rapport à 2013. Ils ont ensuite été valorisés en près de 3.000 tonnes de compost à l'Unité de traitement biologique de Caudan. "En parallèle, nous mettons à disposition des composteurs individuels servant pour les déchets de jardin qui ne sont pas pris dans la collecte des biodéchets", a précisé Odile Robert, directrice de la gestion et valorisation des déchets au sein de Lorient Agglomération. Environ 600 composteurs ont été distribués en 2014. "Pour les reliefs de repas, il n'y a pas de concurrence entre les deux systèmes (collecte biodéchets/composteurs) mais de la complémentarité. Tous les déchets carnés, les crustacés et poissons, les épluchures d'agrume ne vont pas au composteur, alors qu'ils sont pris dans le cadre de la collecte des biodéchets".

La Communauté d'Agglomération Pau-Pyrénées (CAPP) a également testé en 2011 la collecte des biodéchets auprès d'une trentaine d'établissements professionnels (essentiellement des cantines scolaires) puis l'a pérennisée. En 2014, environ 300 tonnes ont été collectées, "détournées de l'incinérateur", a souligné Claire Meurice, ingénieure gestion des déchets à la CAPP. Cette collecte est réalisée deux fois par semaine par le prestataire privé Veolia. Les établissements scolaires sont notamment équipés de tables de tri : "Les consignes de tri sont vite comprises par les élèves avant de rendre leur plateau-repas ou par le personnel de la plonge", a souligné Mme Meurice. Les restes doivent être répartis en fonction des récipients prévus. Ils ont été pesés pendant la phase de test permettant de connaître leurs poids collectés.

La CAPP a mis en place une redevance spéciale biodéchets, au tarif incitatif de 0,018 €/L contre 0,036 €/L pour les OMR "permettant ainsi aux professionnels de maîtriser leur facture". Depuis 2005, la CAPP collecte également les biodéchets des ménages une fois par semaine, visant 25.000 foyers. En 2014, les biodéchets des particuliers, collectés par le prestataire Coved, représentaient 11.154 tonnes. "Tous ces biodéchets mélangés aux déchets verts vont vers une plateforme de compostage. Mais aujourd'hui, pour faire monter en puissance cette collecte, on manque de place. Une réflexion sur le process de compostage doit être lancée", a indiqué Mme Meurice. La CAPP encourage aussi le compostage individuel et collectif mis à disposition gratuitement. Aujourd'hui, environ 18% des foyers pavillonnaires sont dotés de composteurs ainsi qu'une centaine de foyers en habitat vertical.

Brest Métropole a également lancé en octobre 2014 une expérimentation de tri à la source des biodéchets dans 13 établissements volontaires (principalement des restaurants collectifs). Cette nouvelle collecte, en régie, a été possible grâce à l'ouverture d'une unité de méthanisation sur la commune de Plourin (29), la SAS du Menez Avel, à 20 km de Brest. "Ces établissements ont été retenus car ils servaient entre 550 et 10.000 repas par jour. Nous avions déjà testé jusqu'à 350 repas par jour, le compostage des biodéchets sur site réalisé dans des collèges", a expliqué Mael Bellec, de la direction déchets propreté de Brest Métropole. En un an d'opération, 242 tonnes de biodéchets ont été détournées de l'incinération. La collecte s'effectue en benne classique deux fois par semaine. "On a positionné un camion tout neuf pouvant contenir hermétiquement les liquides de biodéchets qui ne risque pas d'avoir de fuites", a-t-elle indiqué.

"Nous allons étendre le dispositif dans les trois prochaines années pour atteindre au total 35 établissements, permettant de collecter 1.000 tonnes de biodéchets". Depuis 1998, Brest Métropole met également à disposition des ménages volontaires trois types de composteurs. "Ce qui nous évite par conséquent toute opération de collecte porte-à-porte et rend les citoyens acteurs de leur gestion de déchets". En moyenne, 900 composteurs sont distribués par an. "Sur le territoire, plus d'un quart des foyers ayant un jardin composte. Plus de 1.000 ménages pratiquent le compostage en pied d'immeubles avec leurs voisins".

Rachida Boughriet

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

Environnement et technique

Dossier La collecte des déchets à la croisée des chemins

Retrouvez le dossier "La collecte des déchets à la croisée des chemins"
à la une du n° 355
Acheter ce numéro S'abonner