En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'optimisation, meilleure preuve de maturité d'une filière

Eolien : la filière innove à l'heure de la transition vers le marché Actu-Environnement.com - Publié le 01/10/2017
Eolien : la filière innove à l'heure de...  |    |  Chapitre 16 / 19
Environnement & Technique HS Eolien 2017 Téléchargez le Hors Série E&T spécial Eolien, édition 2017
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]

L'auteur et parolier Francis Blanche a un jour écrit : "Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement." Cette citation résume assez bien les profondes mutations actuellement en cours dans les métiers de l'industrie éolienne. Aux débuts de la filière éolienne en France, les principales préoccupations des industriels se focalisaient sur les problématiques politiques et environnementales (sécurisation des mécanismes de soutien, minimisation des impacts environnementaux, concertation avec les populations locales, etc…).

Depuis peu, les professionnels de l'éolien doivent toutefois redoubler de créativité afin de jongler avec de  nouvelles problématiques récemment apparues sur le marché français :

  • L'arrivée en fin de contrat d'achat des parcs les plus anciens et la réflexion sur l'extension de durée de  vie qui s'en suit ;
  • Le passage progressif du tarif d'achat à la vente d'électricité sur le marché libre de l'énergie (avec complément de rémunération plafonné dans un premier temps, puis sans soutien public d'ici quelques années, lorsque l'énergie éolienne aura atteint sa pleine maturité) ;
  • La faiblesse du gisement éolien ces dernières années, avec un point d'orgue inégalé depuis 20 ans en 2016, et une tendance qui se poursuit jusqu'à présent en 2017 ;
  • La raréfaction de sites les plus favorables à l'installation de parcs éoliens (conséquence logique du développement raisonné de la filière et de la multiplication des contraintes d'implantation, notamment spatiales).

Tous ces facteurs incitent de plus en plus les industriels de l'éolien français, et surtout leurs chargés d'exploitation, à approfondir et mettre en oeuvre leurs réflexions déjà  existantes sur l'optimisation des parcs éoliens en service, dans l'optique de les exploiter dans des conditions optimales et ainsi maximiser à la fois leur durée de fonctionnement et les revenus financiers  qui en découlent. L'enjeu est ici l'amélioration continue de l'exploitation des parcs éoliens français, avec pour finalité la maximisation de la production électrique éolienne de l'Hexagone.

Partant de ce constat et de l'idée qu'une filière est toujours plus puissante lorsqu'elle unit ses forces sur une problématique commune, la Commission Exploitation de France Energie Eolienne (FEE) a lancé en juillet 2016 une nouvelle thématique dans le cadre du groupe de travail (GT) "Gestion d'Actifs" : l'Amélioration des performances énergétiques des parcs éoliens. En pratique, une trentaine de membres de la Commission Exploitation, représentant la plupart des principaux exploitants, consultants et fournisseurs concernés par la thématique, se sont ainsi réunis régulièrement afin de partager en toute transparence leurs connaissances et leurs retours d'expérience. Lors de ces rassemblements, il a rapidement été décidé d'élaborer tous ensemble un "catalogue" des solutions techniques et des bonnes pratiques en exploitation permettant de maximiser le productible des parcs éoliens actuellement exploités en France. Pour cela, des sous-groupes se sont constitués, chacun d'entre eux focalisant sa réflexion sur l'optimisation d'un groupe de composants principaux : rotor (anémométrie inclus), nacelle et autres. Enfin, un quatrième sous-groupe a centré sa réflexion sur les méthodologies possibles pour évaluer les performances des éoliennes : en effet, difficile de juger de la pertinence d'une solution technique si l'on reste incapable de comparer la production électrique d'une éolienne avant et après le déploiement de cette solution.

En pratique, le catalogue résultant de ces travaux se concentre, pour chaque groupe de composants, sur deux axes principaux : d'une part, l'amélioration de la production électrique des machines à l'aide de nouvelles solutions innovantes, et, d'autre part, la réduction des temps d'immobilisation des machines (conduisant à des pertes de production) grâce à un ensemble de bonnes pratiques à déployer au quotidien en exploitation. Ce catalogue est complété par une fiche  sur l'évaluation des performances machines.

Parmi les nombreuses problématiques identifiées et faisant l'objet de  nouvelles solutions innovantes, on pourra par exemple citer :

  • les problèmes de calage de pales, qui conduisent à un moins bon captage de l'énergie cinétique du vent par l'éolienne ;
  • les désalignements nacelle, qui entraînent des pertes de production (l'éolienne ne faisant pas parfaitement face au vent) et un vieillissement prématuré des machines (en raison des surcharges mécaniques engendrées) ;
  • l'insertion de dispositifs aérodynamiques à la surface des pales, permettant d'accroître la portance des pales et donc la production électrique générée par l'éolienne ;
  • les optimisations de fonctionnement de la machine lorsque ses pales sont givrées, afin d'adapter le comportement de la machine aux nouvelles caractéristiques aérodynamiques des pales recouvertes de givre.

Pour découvrir de nombreuses autres solutions techniques et bonnes pratiques en exploitation, n'hésitez pas à consulter le catalogue réalisé par le GT Gestion d'Actifs, en accès libre sur l'intranet de FEE depuis mi-septembre (réservé à ses membres). Toute personne intéressée par le GT Gestion d'Actifs de FEE peut encore s'y joindre : à compter d'octobre, ce rassemblement prendra une nouvelle forme. Basé principalement sur le partage de retours d'expérience concrets d'exploitants, il visera à faire bénéficier au plus grand nombre des solutions identifiées et  testées par chacun des membres. Le GT Gestion d'Actifs constitue une première démarche pour la filière dans la maximisation continue de la production électrique d'origine éolienne des actifs en exploitation.

En conclusion, on peut résolument affirmer que la mise en place de  groupes de travail tels que le GT Gestion d'Actifs témoigne tout simplement de l'arrivée à maturité de la filière éolienne française, dont les différents acteurs, de plus en plus compétents dans leur domaine d'expertise, cherchent désormais à joindre leur force et à associer leurs réflexions en cours, afin de continuer à faire chaque jour de notre filière l'une des plus dynamiques et performantes de l'industrie française.

Guillaume STEINMETZ, Pilote du groupe de travail gestion d'actifs de FEE et Business Manager chez ROMO Wind

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…