En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bonnes pratiques de concertation : vers l'appropriation des projets éoliens

Eolien : la filière innove à l'heure de la transition vers le marché Actu-Environnement.com - Publié le 01/10/2017
Eolien : la filière innove à l'heure de...  |    |  Chapitre 8 / 19
Environnement & Technique HS Eolien 2017 Téléchargez le Hors Série E&T spécial Eolien, édition 2017
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]

Les projets éoliens déclenchent souvent des débats passionnés sur les territoires. Face aux difficultés rencontrées localement et compte tenu de l'objectif de doubler la puissance installée, il convient d'appliquer les meilleures pratiques en matière de développement de projets et de viser une appropriation des projets éoliens qui va au-delà de la simple acceptabilité.

 
Une démarche volontaire pour garantir un développement concerté La "Charte des collectivités et des professionnels en faveur d'un développement de projets éoliens territoriaux et concertés" a été signée par Amorce et FEE en octobre 2015. Elle a pour objectif d'associer les collectivités locales aux projets éoliens, le plus en amont possible de leur développement. L'objectif est, d'une part, de prendre en compte les contraintes et les souhaits de la collectivité et de la population et, d'autre part, de garantir que les informations et les outils ont été donnés aux élus afin qu'ils puissent accompagner le projet éolien jusqu'à sa mise en oeuvre et pendant son exploitation.
 
Lorsqu'un projet est officiellement présenté à la population et aux collectivités dans le cadre de l'enquête publique, il a déjà recueilli l'avis d'une multitude de commissions, services et agences de l'Etat et fait l'objet d'une longue série d'études. Par conséquent, les propositions soumises au public sont déjà très détaillées et le citoyen peut avoir l'impression que son avis ne sera pas décisif.

Intégrer le parc dans la stratégie énergétique du territoire

L'immense majorité de la profession éolienne a compris que pour favoriser le bon déroulement des projets, il convient d'informer et de faire participer les parties prenantes très tôt, dans une logique de co-construction. En effet, si le projet éolien est seulement présenté comme un moyen de produire de l'électricité propre, il sera perçu comme un projet porté par un acteur extérieur au territoire. Ainsi, les citoyens déjà sensibilisés à l'environnement pourront y voir un atout, mais les autres retiendront essentiellement les retombées économiques et l'impact paysager.

A l'inverse, si le projet de parc éolien s'inscrit dans une démarche globale de territoire (PCAET, TEPos, etc.) qui a été décidée par les collectivités locales après consultation des acteurs locaux, il sera perçu comme une des composantes de la transition énergétique locale. Le parc éolien fera partie d'un ensemble, à côté de la chaufferie bois et de l'unité de méthanisation, en cohérence avec l'isolation des bâtiments publics et des logements, etc. D'ailleurs, de nombreuses collectivités utilisent les retombées fiscales des éoliennes pour financer les projets d'efficacité énergétique, moins rentables économiquement.

Miser sur le financement participatif

Le financement participatif issu des collectivités et/ou des citoyens peut ajouter une autre dimension positive. En effet, il permet de conserver toute ou partie des recettes issues de la vente d'électricité sur le territoire. Néanmoins, la mise en oeuvre de cet investissement local nécessite une exemplarité dans le processus de développement du projet afin de permettre une véritable appropriation de la population, au-delà du seul rendement financier escompté. Ainsi, si la co-construction, voire le co-financement n'empêchera ni la formation de groupes d'opposants, ni le dépôt de recours, ils permettent à une population, souvent silencieuse a priori, de s'approprier ces éoliennes. Pour cela, différents outils émergent et se généralisent progressivement.

Organiser un suivi régulier de la concertation

Afin de marquer leur engagement dans une démarche de qualité, une quinzaine de développeurs éoliens ont signé les annexes de la charte en faveur d'un développement de projets éoliens territoriaux et concertés. Même si parfois les signataires de la charte se heurtent aux méthodes plus directes d'autres développeurs, cette charte rassure les collectivités quant à leur méthode de travail transparente et à l'écoute des acteurs locaux.

   
   
Par ailleurs, en vue d'une concertation réussie avec toutes les parties prenantes du territoire, Amorce recommande de créer un comité de suivi (ou tout autre instance consultative) qui accompagne et assure la concertation régulière des différents acteurs du projet. Ce comité devrait être constitué dès la première phase du projet et être composé, si possible, de représentants de chaque partie prenante. Ses missions sont détaillées dans le schéma ci-joint.

Et pourquoi pas des réunions de quartier ? Certains territoires ont décidé d'aller plus loin en organisant des rencontres de quartier pour échanger sur le projet éolien, beaucoup plus propices aux échanges que les réunions publiques. D'autres territoires ont associé les collectivités voisines au comité de suivi du projet afin de garantir un même niveau d'information à tous. Parfois, les acteurs locaux décident, avec le développeur, des projets d'accompagnement (parcours pédagogique, table d'orientation, etc.). Bien d'autres exemples de concertation et de démarches territoriales ont fait l'objet d'échanges entre les collectivités et les développeurs au sein du Club des collectivités éoliennes (Cléo), animé par Amorce, en partenariat avec l'Ademe. N'hésitez pas à vous en inspirer !

Thomas Duffes, Responsable de pôle énergie et réseau de chaleur chez AMORCE

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

Réactions1 réaction à cet article

 

En fait tout est monté pour faire accepter une industrialisation de sites restés jusqu'alors intacts et propices à un art de vivre fondé sur des valeurs esthétiques et affectives .
Ces valeurs qui sont totalement étrangères aux esprits utilitaristes .

sirius | 03 octobre 2017 à 19h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…