En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

Économie : le secteur de l'Environnement polonais suscite les convoitises

Les perspectives à l'international du secteur de l'Environnement sont bonnes. En Europe, le nouvel eldorado, c'est la Pologne. Sébastien Trollé, directeur commercial des Éditions Cogiterra, décrypte les atouts de ce marché en croissance.

Avis d'expert  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com

Après un cycle de réformes menées tambour battant dès les années 90 et une adhésion à l'Union européenne en 2004, la Pologne est un des pays de l'UE qui marque son époque. Croissance économique soutenue, amélioration du niveau de vie de la population, contribution à la vie politique européenne… le pays s'émancipe.

La Pologne, un pays qui se modernise vite et bien !

Sur le plan environnemental, la Pologne adhère aux principes du développement durable et transpose le cadre législatif européen en la matière. Grand bénéficiaire des Fonds structurels européens et d'une fiscalité environnementale en progrès, le pays se dote des infrastructures d'une économie “durable” et rallie la jeune génération à cette mutation.

En progrès vers des lendemains plus durables

Certes, tout n'est pas “vert” en Pologne. Sa politique énergétique à forte intensité carbone n'est pas très inspirée, le système de gouvernance environnementale est complexe, l'économie du pays est très consommatrice en ressources et ses ambitions en matière de transport routier ou d'agriculture intensive sont excessives.

Mais les avancées sont bien là : élargissement de l'accès aux services de l'eau et de l'assainissement, meilleure maîtrise des études d'impact et du droit de l'environnement, décorrélation entre croissance et production de déchets ou prélèvement d'eau, réforme de la gestion des déchets communaux…

L'Europe, un tuteur vertueux pour la Pologne

Avec un Cadre Financier Pluriannuel européen qui prévoit d'investir près de 83 milliards d'euros sur la période 2014-2020, le contexte économique de la Pologne demeure favorable. Particulièrement dans le secteur de l'Environnement qui s'impose, malgré les réticences de certains vieux caciques.

L'accord de partenariat signé entre la Commission européenne et le gouvernement polonais fait la part belle au programme “Infrastructure et Environnement” (27,4 milliards d'euros). Le volet “Recherche, Développement et Innovation”, quant à lui, est également richement doté (13 milliards d'euros). Il ciblera majoritairement les technologies de l'environnement, l'une des “spécialisations intelligentes” retenue pour la Pologne, qui prévoit de privilégier les secteurs suivants : production d'aliments sains, réduction des déchets, transports durables, bâtiments sobres, technologies d'économies d'eau, substitution de matières...

Car l'objectif est de doter la Pologne de sa propre industrie de croissance, compétitive et exportatrice. Doté d'un piètre indice de l'économie du savoir et de l'innovation (Knowledge Economy Index - KEI), le pays bénéficiera des apports de l'Union pour accroître sa part du PIB consacrée à la R&D - elle devrait passer de 0,90% en 2013 à 1,70% en 2020 - afin de stimuler la recherche à visée commerciale, particulièrement en direction du secteur privé.

Un pays qui se dote d'outils pour la mutation

Parallèlement, la Pologne se dote d'une fiscalité et de modes de financement “verts” de plus en plus convaincants. C'est l'une des conclusions du récent Examen environnemental mené par l'OCDE à propos de la Pologne. En 2012, le produit des taxes liées à l'environnement atteignait 2,2% du PIB et 6,8% des recettes fiscales, en hausse depuis 2000 et à comparer aux moyennes de l'OCDE de respectivement 1,6% et 5,2%.

Respectable, d'autant que des marges de manoeuvre existent pour optimiser ces recettes dédiées à la protection de l'environnement : meilleure prise en compte des externalités environnementales, hausse des droits d'accise sur les carburants - actuellement moins élevés que dans la plupart des pays européens - et suppression d'une série d'exemptions... Parallèlement, la Pologne entreprend de baisser la fiscalité sur le travail.

Bien que les sources de financement des projets environnementaux ne soient pas excédentaires, loin de là, le pays tend vers une utilisation de plus en plus efficace des fonds disponibles. Notamment grâce au Fond national pour la protection de l'environnement et la gestion de l'eau (NFOSiGW) et à 16 fonds régionaux, qui ont contribué à atteindre un haut niveau d'absorption des financements de l'UE : 92% des financements au titre du programme “Infrastructure et Environnement” de 2007-2013, avaient été adjugés à la fin de 2013.

Le NFOSiGW, qui a vu ses effectifs passer de 270 personnes en 2003 à 530 en 2013, ainsi que les fonds régionaux, ont acquis l'expérience des projets environnementaux ainsi qu'un savoir-faire relatif au financement des communes, des entreprises, des services publics et des particuliers. Outre l'accès aux fonds de l'UE, ces fonds environnementaux valorisent également des ressources d'origine nationale, internationale, privée et bancaire, constituant un levier important pour le secteur de l'Environnement.

Cap vers une industrie de croissance en Environnement

Selon les experts, la Pologne est en capacité de réussir dans le “green business” : le pays dispose de centres universitaires régionaux de qualité, des formations spécifiques voient le jour et les profils pour doper la R&D sont existants.

De plus, la législation européenne favorise la dynamique du marché et les entreprises profitent d'une main d'oeuvre généralement qualifiée, flexible et peu onéreuse. Le salaire minimum en Pologne est de 410 euros bruts et le salaire moyen de 940 euros bruts en 2015... de bon augure pour un secteur à forte intensité de main d'oeuvre.

Pour le moment, des transferts de compétences ciblés sont organisés par les grandes entreprises internationales du secteur de l'Environnement, lorsqu'elles coopèrent avec des sociétés polonaises ou les rachètent. Cela participe à la professionnalisation du secteur en Pologne, déjà existant. La production des Biens et Services Environnementaux (BSE) est déjà estimée à 5-6 % du PIB.

Dix raisons de voir l'emploi “vert” progresser en Pologne

Dans ce contexte, les perspectives de l'emploi "vert", en Pologne, sont bonnes. Voici 10 bonnes raisons de s'y préparer :

1- mobilisation des techniciens et des ingénieurs en efficacité énergétique par l'industrie, le bâtiment et les réseaux de chauffage urbain. En quête de compétitivité et de sobriété, ces secteurs profitent du Plan d'action pour l'efficacité énergétique (PAEE) qui vise à réduire l'intensité énergétique du pays, supérieure de 19% à la moyenne des pays européens de l'OCDE.

2- mise en oeuvre de la réforme sur les déchets municipaux : 80% seulement de la population bénéficie d'un service de collecte et 75% des déchets sont mis en décharge, contre 45% en moyenne pour l'OCDE. Le besoin en investissements pour améliorer la gestion de ces déchets est estimé à 6 milliards d'euros par an, entre 2014 et 2020.

3- modernisation de l'industrie du recyclage et déploiement du concept d'économie circulaire. En Pologne, l'industrie compte pour près d'un tiers dans le PIB et les taux de recyclage sont très faibles. Les gisements locaux de déchets sont légion mais inexploités, incitant le secteur du recyclage à importer massivement des déchets de l'étranger. La vitalité du tissu industriel polonais implique des débouchés potentiels pour les matières premières secondaires.

4- multiplication des postes en management environnemental, dans les entreprises, pour la réalisation des études d'impact, des audits, la mise en place de systèmes de reporting ou de certification.

5- consolidation du secteur de la gestion et du traitement des eaux. La ressource est rare en Pologne, deux fois plus intensément utilisée que dans la moyenne de l'OCDE, et la qualité des eaux de surface est dégradée. Dans les zones rurales, 30% seulement de la population est raccordée à une station d'épuration. La réforme de la loi sur les partenariats public-privé permettra d'ouvrir le secteur aux opérateurs privés et de moderniser les régies municipales, disséminées et souvent peu efficaces.

6- modernisation des moyens de production d'électricité : plus de 50% des centrales ont plus de 30 ans, 2020 sera l'année du déclassement obligatoire de nombreuses centrales à charbon, les réseaux de transport et de distribution sont surannés. L'AIE estime les investissements nécessaires à 195 milliards d'euros sur la période 2010-2030.

7- développement du secteur des énergies renouvelables et des smart-grids pour satisfaire aux engagements européens. En 2013, seulement 10% de l'électricité produite était d'origine renouvelable, moitié moins que la moyenne de l'OCDE. La loi sur l'énergie facilite désormais le raccordement des micro-installations EnR au réseau : facilitation administrative, exonération des frais de raccordement, autorisation de vendre la production au réseau. Prosument, le plan polonais de 9 ans en faveur de la production d'électricité verte, soutient les projets résidentiels et d'habitat collectif jusqu'en 2022. Avec près de 190 millions d'euros de dotation, le secteur des EnR en profite pleinement.

8- reprise en main du secteur polonais des transports collectifs. L'ouverture à la concurrence, la participation du secteur privé et une autorité de régulation indépendante sont à l'étude pour favoriser la couverture des coûts d'exploitation, d'entretien et d'investissement de cette activité. Pour l'instant, l'allocation des fonds européens privilégie la route.

9- apparition d'emplois nouveaux dans l'agriculture biologique. Avec 4,6% de la superficie agricole totale en 2012, multipliée par plus de dix depuis 2003, l'agriculture biologique était encore sous représentée par rapport à la moyenne de l'OCDE (5,7%).

10- émergence d'un vivier de postes à l'échelle locale, portés par les collectivités, les PME et les acteurs de l'Économie Sociale et Solidaire, à un échelon plus réactif que les initiatives émanant des plans nationaux.

En conclusion, le contexte économique et politique en Pologne est porteur pour le secteur de l'Environnement. À l'heure où le pays investit massivement dans ses infrastructures et espère développer une industrie “verte” de croissance, des places sont à prendre pour les entreprises et les salariés du secteur. En développant teraz-srodowisko.pl, l'homologue polonais d'Actu-Environnement.com en France, les Éditions Cogiterra espèrent contribuer utilement à l'émergence du secteur. Les années à venir vont être passionnantes !

Avis d'expert proposé par Sébastien Trollé, directeur commercial des Éditions Cogiterra.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

 
 
Teraz Środowisko