En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

Cinq étapes pour réaliser son Plan de Mobilité

Démarche aujourd'hui incitative, le Plan de Mobilité induit des co-bénéfices intéressants pour les entreprises. Daphné Chamard–Teirlinck, consultante chez Ekodev, donne des pistes en matière de méthodologie d'élaboration.

Avis d'expert  |  Transport  |    |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°381 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°381
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Si les déplacements sont inhérents à la vie et à la croissance d'une entreprise, ils représentent un poste de dépenses non négligeable et génèrent des externalités négatives tant sur l'environnement que sur la qualité de vie au travail des collaborateurs.

Aidées par l'actualité réglementaire, de plus en plus d'organisations se lancent dans l'analyse et la structuration de politique autour de la mobilité afin d'optimiser les déplacements professionnels et domicile-travail de leurs salariés à travers un "Plan de Mobilité".

Plan de Mobilité, une obligation réglementaire

Depuis le 1er janvier 2018, toute entreprise de plus de 100 collaborateurs et située dans le périmètre d'un plan de déplacement urbain, doit élaborer un plan de mobilité en vue de l'amélioration de la mobilité de son personnel. Cette réglementation issue de l'article 51 de la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) vient compléter les Plans de Protection de l'Atmosphère (PPA) qui rendaient déjà obligatoire ce type de démarche dans certains territoires. Ces PPA viennent donc aujourd'hui renforcer l'article 51 notamment en Ile-de-France depuis la mise à jour du PPA le 31 janvier 2018.

S'agissant pour le moment d'une démarche plutôt incitative, les sanctions actuelles concernent uniquement les entreprises souhaitant bénéficier d'un soutien technique ou financier de la part de l'Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie (l'Ademe) ou celles certifiées ISO 14001.

Une démarche bénéfique pour les salariés comme pour l'employeur

Au-delà de la contrainte réglementaire, le plan de mobilité vise à s'inscrire dans la politique de développement durable de l'entreprise et permet de répondre aux enjeux environnementaux, économiques et sociaux.

En France, le secteur des transports est le principal émetteur de gaz à effet de serre avec 28% des émissions et constitue généralement l'un des premiers postes d'émissions au sein des entreprises. Mettre en place une démarche de management de la mobilité dans son entreprise permet ainsi de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, et de participer à la diminution de la pollution atmosphérique et sonore de la ville.

Les transports représentent par ailleurs la seconde source de dépenses pour les ménages français. En 2016, le budget annuel moyen pour une voiture particulière était de 6.100€. Côté entreprise, le plan de mobilité permet de s'interroger sur la bonne gestion de sa flotte automobile et peut également permettre de réduire le risque routier lié aux déplacements.

Encourager la multimodalité et limiter les déplacements est également un levier d'amélioration de la qualité de vie au travail des collaborateurs, surtout lorsque l'on considère que les déplacements constituent le premier facteur de stress des Franciliens.

Enfin, un plan de mobilité bien réalisé valorise l'image et l'attractivité de l'entreprise aux yeux des salariés, des partenaires et de la société. La concertation et l'implication des collaborateurs sont primordiales pour assurer un bon déploiement des actions et cela permettra également de fédérer vos salariés autour d'un projet commun.

Quelle méthodologie pour réaliser son Plan de Mobilité ?

La mise en œuvre d'un Plan de Mobilité peut être confiée à un cabinet de conseil expert sur les sujets ou traitée en interne, si l'entreprise dispose des ressources, des compétences et du temps nécessaires. L'efficacité du Plan de Mobilité dépendra de la manière dont il est appréhendé et conduit en interne. Pour synthétiser, la démarche peut être déclinée en cinq étapes clés :

1/ Phase préparatoire : définition et articulation du projet

Dans un premier temps, il s'agira de nommer un chef de projet et un comité de pilotage (qui inclut généralement la direction, le service RH, la communication, les services généraux et le gestionnaire de la flotte automobile).

Ensuite, faites un état des lieux de vos actions existantes, contactez votre AOT afin de vérifier si des PDE ont été réalisés dans le périmètre de votre entreprise, prenez contact avec vos parties prenantes. Enfin, formalisez les rôles et les tâches de chacun en élaborant un rétroplanning.

2/ Réalisation de l'étude d'accessibilité

La première étape du diagnostic vise à réaliser une étude de l'accessibilité existante et projetée des sites. Autrement dit, il s'agit d'analyser l'ensemble des conditions d'accès aux sites afin de comprendre et analyser les modalités de fonctionnement et d'accès ainsi que les difficultés rencontrées. Concrètement, cela se traduit par une analyse de :

  • Accessibilité par voie routière, vélo et piétonne
  • Offre de transports en commun
  • Réseaux de covoiturage
  • Infrastructures de stationnement (2RM, voitures, vélos, PMR)
  • Politiques en matière de déplacements professionnels

Une analyse des flux des collaborateurs est également réalisée par une étude des lieux d'habitation des collaborateurs.

3/ Etude des pratiques et des besoins de vos collaborateurs

Afin de déterminer les besoins et les attentes des collaborateurs, il est nécessaire de diffuser en interne à tous les salariés une enquête. Celle-ci permettra par la suite de déterminer des objectifs et des reports modaux. Ce sera également l'occasion de valoriser des actions déjà mises en œuvre et d'évaluer leur taux d'utilisation, leur pertinence et la perception des collaborateurs sur celles-ci.

4/ Elaboration du plan d'action

A partir de l'ensemble des éléments révélés lors du diagnostic, vous pourrez définir des actions à mettre en place. Le plan de mobilité s'inscrit avant tout dans une démarche d'incitation, des actions simples peuvent ainsi être mises en œuvre (information, sensibilisation, incitations financières et matérielles, etc.).

Pour cibler les bonnes actions, il est possible d'organiser des groupes de travail afin de décliner un plan d'action, porté et initié par vos collaborateurs. N'hésitez pas à vous projeter, en vous fixant des objectifs à court, moyen et long terme.

L'ensemble des actions devra être regroupé dans un programme d'actions qui en précisera les modalités de mise en œuvre.

L'ensemble de la démarche (diagnostics et plan d'action) doit ensuite être formalisé dans un rapport puis transmis à l'Autorité Organisatrice de la Mobilité.

5/ S'assurer du suivi de votre Plan de Mobilité

Un Plan de Mobilité ne s'arrête pas à la phase du diagnostic, il doit continuer à vivre tout au long de la mise en œuvre des actions. Tout processus d'amélioration continue passe par la mise en place et le suivi régulier d'indicateurs de performance afin d'évaluer les résultats, fixer de nouveaux objectifs, réviser les actions mises en place initialement ou encore communiquer sur les résultats.

Communication et co-construction, facteurs clés du succès de votre projet

La réussite d'un Plan de Mobilité passe avant tout par son acceptation et son appropriation par l'entreprise et ses salariés. Il est important de communiquer, informer et sensibiliser vos collaborateurs à ces nouvelles pratiques. Tous les moyens sont bons : challenges internes, ateliers de concertations, animations, jeux, etc.

Vous pouvez également mener une démarche de co-construction de votre Plan de Mobilité en organisant des réunions de concertation avec vos parties prenantes externes : les entreprises voisines, le réseau de transport ou encore le service mobilité de votre localité.

Avis d'expert proposé par Daphné Chamard–Teirlinck, consultante – experte mobilité & développement durable chez Ekodev

Réactions1 réaction à cet article

 

Merci pour cet avis d'expert dans lequel à aucun moment n'est évoquée la distance domicile-travail ni sa place parmi les critères d'acceptabilité d'une offre d'emploi.
Par contre, lâcher de la thune pour un consultant qui va faire un diagnostic et un plan d'action sur la base de copiés-collés, c'est une recommandation ?
Bravo !

Albatros | 11 mai 2018 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…