En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

CINOV GIAc : les acousticiens s'engagent pour améliorer notre société

L'expertise acoustique gagne du terrain Actu-Environnement.com - Publié le 26/06/2017
L'expertise acoustique gagne du terrain  |    |  Chapitre 1 / 17
Environnement & Technique HS Acoustique Téléchargez le Hors Série E&T spécial Acoustique, édition 2017
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]

Le GIAc est le syndicat professionnel qui regroupe les ingénieurs-conseils et bureaux d'étude qui réalisent, à titre non accessoire, des missions d'ingénierie ou de conseil en acoustique, ceci en toute indépendance vis-à-vis des fournisseurs. Ces deux critères "à titre non accessoire" et "en toute indépendance" sont très forts et confèrent aux membres une grande homogénéité leur permettant d'être rapidement en phase sur les sujets qui concernent l'environnement sonore de notre vie et d'intervenir en qualité de sachant dans de nombreux débats. Partant du constat - reconnu par tous ceux qui s'intéressent au sujet - que l'environnement sonore est beaucoup trop peu pris en compte dans nos sociétés, le principal objectif du GIAc est de développer la prise en compte de l'acoustique en France pour améliorer la vie de tous.

Les documents de référence

Dans cet esprit, son action principale consiste à faire prendre en compte l'acoustique dans les documents de référence. Ainsi, les membres du GIAc s'investissent fortement pour participer à l'élaboration des textes réglementaires relatifs à l'environnement sonore et assister le gouvernement ou législateur dans sa recherche du meilleur équilibre entre les différentes contraintes et aspirations. Mais les documents de référence sont très nombreux entre les projets de normes, de référentiels environnementaux, de guides ou de qualification. Le GIAc pilote depuis très longtemps le groupe acoustique de l'association HQE et a longtemps participé à l'élaboration des référentiels acoustiques de Certivea. Ces échanges avec des partenaires d'horizons différents sont très enrichissants pour tous et de nouvelles idées peuvent alors jaillir. D'où un travail de très longue haleine a été entrepris pour développer une approche la plus pertinente possible d'une notation de la qualité des ambiances sonores au travers d'un indicateur unique.

En prolongement de ces actions centrées sur l'acoustique, le GIAc participe également à de nombreux débats de société au sein de la fédération CINOV dont l'objectif est plus généralement d'encourager et valoriser une ingénierie et des activités de conseil de qualité, comme par exemple sur le thème de la ville durable. La plupart des sujets concernant l'acoustique sont à la croisée de la science et de la culture. Ainsi, de nouveaux modes constructifs apparaissent comme la construction en bois qui sonne de manière très différente de la construction en béton. Avec les modes de vies qui évoluent, le thème des basses fréquences devient un véritable sujet de société qu'il est encore très difficile de maîtriser dans les bâtiments. Si on rajoute la problématique des transmissions vibratoires avec son bruit solidien qui est un "phénomène contemporain" dans le sens où il émergence parce que les bruits aériens sont de mieux en mieux traités par les acousticiens ! Le GIAc s'investit évidemment dans ce domaine.

La communication, la pédagogie

Le langage des acousticiens mêlant des grandeurs physiques en général logarithmiques (en particulier le décibel (dB)) et des données physiologiques (en particulier la pondération A) reste difficile à appréhender pour le non spécialiste. Le GIAc s'est investi depuis sa création, il y a une trentaine d'années, dans la communication avec les professionnels tels que les maîtres d'ouvrages, architectes, bureaux d'études généralistes, pour les convaincre de l'importance de l'acoustique pour leurs clients et la pertinence des conseils formulés. Des approches simplifiées  avec des outils pédagogiques comme par exemple les cartes de bruit sont régulièrement présentées dans nos études.

Malgré ces efforts, le bilan reste aujourd'hui très faible si l'on s'en réfère à la quasi-absence de cours d'acoustique dans la formation des architectes, des métiers de la promotion immobilière et de l'environnement. En matière d'urbanisme également, l'acoustique n'a pas encore trouvé sa place légitime. Ainsi, des réflexions de société à long terme ont été organisées, par exemple, pour le Grand Paris avec des centaines d'intervenants représentant de nombreux métiers pour réfléchir au Paris du futur avec une trop faible participation d'acousticiens alors même que le bruit revient systématiquement parmi les trois préoccupations majeures des habitants dans les sondages avec la sécurité et la qualité de l'air. Le travail reste donc encore immense pour convaincre les équipes en charge des projets que l'intervention d'un acousticien doit être systématique dans tout projet urbain. La ville se densifie, les bruits et les vibrations se propagent encore plus vite alors que la thématique du sonore n'est toujours pas, ou trop peu intégrée, aux premières ébauches d'un programme urbain.

Une fois de plus, la prévention est l'outil indispensable pour construire une société apaisée, les acousticiens sont prêts pour relever ce défi, il s'agit simplement de mieux se faire entendre ! Nos interventions en action de rattrapage sont peu suivies d'effets positifs car les budgets ne sont pas au rendez-vous. Afin d'accélérer cette prise de conscience, le GIAc s'est attaché depuis quelques années à participer activement à la communication vis-à-vis du grand public. Il s'agit d'abord de préciser l'importance de l'acoustique.

Ainsi, les résultats du travail effectué par le ministère de l'Environnement sur le coût social du bruit évalué à 57 milliards d'euros par an en France a surpris tout le monde par son importance : spontanément la plupart des personnes l'évaluent en millions d'euros et non en milliards, ce qui nous confirme dans la sous-évaluation générale de ces phénomènes. Par ailleurs, notre métier reste très méconnu et encore entouré de nombreux fantasmes. Il est en général associé aux grandes salles de concerts, ce qui n'est aujourd'hui qu'une très petite partie de nos activités. Le message que nous souhaitons désormais faire passer est que l'intervention d'un acousticien est pertinente pour tout projet, même modeste, et qu'elle est impérative si l'on souhaite vraiment profiter d'un environnement adapté du point de vue sonore aux activités pratiquées.

Améliorer le cadre de vie de tous

Vous trouverez dans les articles qui suivent que notre profession est extrêmement compétente, que les réglementations et les méthodologies rigoureuses sont respectées, que nous sommes une des rares ingénieries à s'engager sur l'obtention d'un résultat, que nous participons régulièrement à l'innovation de méthodes et de produits. Le métier d'acousticien est très différent en fonction des domaines d'intervention bien que notre finalité soit la même, c'est-à-dire "soigner" un lieu, un riverain ou un usager. Mais de manière plus globale, notre métier consiste à pratiquer des études pour définir un diagnostic et prescrire un traitement qui soignera la société.

Nous militons pour améliorer notre société en proposant des solutions innovantes. Notre engagement est à la fois technique, en qualité d'acteur à l'élaboration des normes et guides méthodologiques, et social en participant activement à l'évolution des connaissances, formations et réglementations. L'approche globale acoustique doit mieux intégrer le volet santé à l'appui de nouveaux indicateurs mieux corrélés à la fatigue, le stress, la gêne par exemple. C'est l'un des nouveaux chantiers que notre profession vient de démarrer en menant des actions de communication et de pédagogie.

Denis Bozzetto, président de CINOV GIAc et Eric Gaucher, ancien président de CINOV GIAc

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…